Une association nationale regroupant les professionnels (paysans, horticulteurs, employés municipaux) malades à la suite de l’usage de pesticide est née hier en Charente.

dimanche 20 mars 2011
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 9%

Nous mettons un article du 20 mars 2011 du journal SUD OUEST

La Rochelle

Pesticides : les victimes réunies en association

Une association nationale regroupant les professionnels (paysans, horticulteurs, employés municipaux) malades à la suite de l’usage de pesticide est née hier en Charente.

Ils sont venus de toute la France à Ruffec. Malgré la maladie qui les mine (différents types de cancers, Parkinson…), parfois au nom de proches décédés ou dans la souffrance. Une quarantaine d’agriculteurs étaient réunis hier au centre culturel La Canopée pour la naissance de Phyto-victimes, association nationale destinée aux professionnels victimes de pesticides et à leur famille.

Outre les paysans, à qui on pense tout de suite - notamment après avoir vu le documentaire de Marie-Monique Robin diffusé sur Arte mardi (1) - tous ceux qui ont utilisé des pesticides dans leur métier et qui en subissent les conséquences sur leur santé sont concernés par l’association : c’est le cas des horticulteurs, par exemple, ou des employés municipaux chargés des espaces verts.

Le but de l’association est « de soutenir moralement les victimes, mais aussi de les soutenir dans leurs démarches. Il faut commencer par appeler les bonnes personnes au bon endroit », indique Paul François, l’agriculteur charentais de la région de Ruffec connu pour avoir « osé » intenter un procès à Monsanto, après une grave intoxication liée à l’usage d’un herbicide.

Son avocat (parisien), Me François Lafforgue, était présent hier pour expliquer à l’assistance les différentes procédures qui s’ouvrent devant une victime afin de faire reconnaître sa maladie comme maladie professionnelle, et de faire valoir ses droits et obtenir des compensations.
« Défendez-vous, ne vous laissez pas bouffer. Et pensez à vos familles derrière » a jeté comme un cri la veuve de Yannick Chenet, viticulteur charentais-maritime, décédé en janvier d’une leucémie reconnue comme maladie professionnelle. En début de matinée, Paul François avait indiqué que la journée serait dédiée à Yannick Chenet.

Paul François espère que l’existence de l’association « accélérera le recensement des victimes, le processus de prise de conscience et bouscultera un peu les politiques », qui ont tendance à écouter les propos rassurants des fabricants de pesticides.

Il souhaite aussi, que grâce à Phyto-victimes (2), les agriculteurs « arrêtent de culpabiliser. Ils n’ont fait qu’employer des produits homologués. Mais jamais les firmes n’ont testé les produits mélangés. Or dans une carrière, un agriculteur peut utiliser 500 molécules différentes… » Les paysans sont des gens responsables, insiste Paul François, ils ont changé leurs pratiques. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut laisser tomber les malades.

Molécules des années 70/ 80

Hier à Ruffec, le parallèle avec l’amiante est revenu souvent.

Ainsi, ce n’est pas parce que l’amiante est interdit aujourd’hui qu’il faut laisser les malades à leur sort et cacher le lien entre leur mal et leur ancien métier.

« Pensez amiante ! », a lâché Annette Le Toux, médecin du travail agricole, qui est intervenue la première dans la matinée. Employée par la MSA, cette femme qui fait honneur à son métier, a insisté sur les délais qu’il peut y avoir entre l’usage des molécules (celles des années 70 et 80, désormais interdites) et l’apparition d’une maladie.

Elle a aussi mis en avant l’importance pour les malades de se signaler auprès du réseau Phyt’attitude. Les tableaux officiels de maladies professionnelles intègrent peu de produits utilisés par les agriculteurs. Il y a toute une jurisprudence à établir. Il faut aussi aider les médecins et chercheurs qui travaillent sur le sujet a établir les liens de cause à effets.
Plusieurs des paysans qui étaient hier aux côtés de Paul François ont vu leur maladie déclarée comme professionnelle. Ils ont pleinement conscience d’avoir, par leur combat, ouvert la voie.

(1) La réalisatrice était vendredi à Salles-de-Villefagnan (16). (2) contact : victimes.pesticides@ gmail.com et bientôt un site internet : www.phyto-victimes.fr


Commentaires

Agenda

 

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois