La Grèce au bord de l’implosion En attendant l’élection de dimanche, la crise grecque s’aggrave un peu plus chaque jour

vendredi 15 juin 2012
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 10%

Source : Le Devoir.com

La Grèce au bord de l’implosion En attendant l’élection de dimanche, la crise grecque s’aggrave un peu plus chaque jour

Christian Rioux 15 juin 2012

Actualités internationales

Athènes — Aux prises avec une crise qui menace de déstabiliser le continent et de faire éclater la monnaie européenne, les Grecs se choisiront dimanche un nouveau gouvernement. Et cela, un mois seulement après l’élection du 6 mai dernier qui n’avait pas permis de dégager une majorité. Deuxième d’une série de trois articles.

Maria Chachami n’est pas plus à plaindre que ses voisines du petit quartier populaire de Pangrati situé derrière le stade en marbre blanc Kallimármaro.

La pension de son mari, un ancien comptable dans une entreprise privée, a été réduite de moitié. Depuis quelques mois, elle doit payer comptant à la pharmacie tous les médicaments qu’elle achète.

Heureusement, Maria a un appartement qu’elle loue aux touristes pour arrondir ses fins de mois. Mais les touristes se font rares. L’an dernier, elle a dû payer 2500 $ de nouveaux impôts immobiliers. Un impôt « injuste », dit-elle, qui faisait partie de l’arsenal de mesures destinées à sauver la Grèce de la faillite.

En calculant la valeur au mètre carré en fonction des quartiers seulement, l’État a exigé le même montant de celui qui vivait dans un penthouse que de celui qui vivait dans une cave.

Pour forcer les propriétaires à payer, on a intégré la facture à celle de l’électricité.

Mais la cour a depuis décidé qu’on ne pouvait pas couper le courant à quelqu’un qui n’avait pas payé ses impôts.

« De toute façon, dit Maria, personne ne paie plus rien depuis des semaines. Tout le monde attend le résultat de l’élection. » Ce scrutin pourra-t-il dénouer l’impasse politique créée par celui du 6 mai dernier, après lequel aucune majorité ne s’était dégagée ?

En attendant de savoir qui, de la Nouvelle Démocratie (droite) ou de Syriza (gauche radicale), arrivera en tête — les deux partis sont au coude-à-coude —, le temps semble avoir suspendu son vol.

Dans la rue Dimitrakopoulou, au pied du Parthénon, une cinquantaine de devantures sont fermées. Partout, les fournisseurs exigent d’être payés d’avance.

Des centaines de milliers d’entreprises ne versent plus les salaires de leurs employés en attendant de savoir si le nouveau gouvernement pourra rassurer la Troïka (Union européenne, FMI et BCE), qui depuis deux ans a mis le pays en tutelle afin de lui éviter la cessation de paiement.

La médecine de la Troïka

Devant la résidence du premier ministre, une cinquantaine de femmes manifestent. « On n’a plus de quoi vivre », dit l’une d’elles. Ces employées de la Croix-Rouge n’ont pas été payées depuis six mois. Tout comme ceux de l’hôpital Henri Dunant au centre d’Athènes.

Les derniers salaires versés dans les hôpitaux couvraient la fin de 2011.

On estime que le quart des deux millions d’employés du secteur privé ont au moins trois mois de retard salarial.

« À cause des mesures de rigueur qui ont accentué la récession et finalement augmenté les déficits et la dette, le système de sécurité sociale est au bord de l’implosion, dit Maria Karamessini, spécialiste des politiques sociales à l’Université Panteion. La Grèce est entrée dans une spirale infernale. »

Les pharmaciens, qui ne sont plus remboursés par les caisses de sécurité sociale, exigent que les patients paient leurs médicaments sur-le-champ.

Les fournisseurs aussi veulent être payés rubis sur l’ongle. Résultats, certains médicaments commencent à manquer et certains patients ne peuvent plus se les payer.

« Le Fonds de sécurité sociale est au bord de la faillite, dit Karamessini. Jusqu’ici, il comblait les déficits avec ses réserves. Mais celles-ci ont été investies par l’État pour sauver les banques. Elles ont fondu au soleil. Tout le système est sur le point de s’effondrer. »

Le secteur privé ne se porte guère mieux. Même les compagnies en santé et compétitives, comme celles du domaine de l’ingénierie, commencent à être touchées, compromettant d’autant les possibilités de reprise.

« C’est l’hécatombe », dit Dimitris Asimakopoulos, qui dirige la Confédération des professionnels, des artisans et des marchands. Son effectif est en chute libre. Quelque 190 000 petites entreprises sont disparues depuis 2008 et 180 000 déclarent qu’elles pourraient fermer d’ici un an. Asimakopoulos admet que la Grèce n’a rien fait depuis 20 ans pour développer une économie productive.

Aujourd’hui, pratiquement tout vient de l’étranger. Les Grecs importent même 80 % de leur viande, contre 20 % il y a 20 ans. Il reconnaît que beaucoup de ces petites entreprises familiales ne possédaient souvent même pas un ordinateur. « Mais il aurait fallu les accompagner pour qu’elles se modernisent, dit-il. Pas les détruire ! La Troïka a décidé de faire table rase. Si ça continue, la population va dire à l’Europe d’aller se rhabiller. »

Tous les sondages confirment que 80 % des Grecs souhaitent demeurer dans la zone euro, mais pas à n’importe quelles conditions, dit Savas Robolis, de l’Institut du travail, un think tank lié aux syndicats.

« Ceux qui disent que la Grèce est un pays de paresseux devraient savoir que le travailleur grec arrive en tête pour le nombre d’heures travaillées en Europe », dit-il. Il reproche aux Européens de ne pas avoir tenu compte des particularités de l’économie grecque, où les entreprises familiales sont plus nombreuses qu’ailleurs. « Aucun des objectifs fixés dans les mémorandums en matière de dette et de déficits n’a été atteint. Nous l’avions dit depuis le début. »

Une sortie de l’euro ?

L’ancienne ministre de l’Économie Louka Katseli a récemment été expulsée du parti au pouvoir, le PASOK, parce qu’elle avait voté contre le second mémorandum. « Lors du premier, nous n’avions pas le choix, dit-elle. Sinon, c’était la faillite.

Mais, après avoir constaté qu’on aggravait la récession, il aurait fallu s’arrêter, ne pas étendre ces mesures au secteur privé et se concentrer sur certaines réformes prioritaires.

On a fait 13 réformes fiscales, mais elles ne sont pas appliquées parce que les agences qui collectent les impôts ne sont même pas reliées par ordinateurs. »

La thérapie est en train de tuer le patient, estime Maria Karamessini. « Une réduction aussi rapide des dépenses publiques impliquant une chute de 20 % du PNB en deux ans n’était pas possible dans un pays où tout dépendait de l’État. Le premier ministre Georges Papandréou l’avait dit. »

Plusieurs, comme Karamessini, sont convaincus que la brutalité des réformes avait un caractère punitif.

Selon elle, il faut maintenant lier le remboursement de la dette à la croissance, comme l’avaient fait les Américains avec la dette allemande après la guerre.

Sous la pression électorale, les deux partis qui ont signé les mémorandums, Nouvelle Démocratie et le PASOK, s’entendent maintenant pour en revoir les termes et les échéances. Mais que se passera-t-il si dimanche les électeurs choisissent Syriza, la gauche radicale, qui tout en ayant modéré son opposition à l’Europe dit refuser la médecine prescrite par les Européens ?

À Athènes, rares sont ceux qui croient qu’en cas de refus de respecter ses engagements, la Grèce pourrait être forcée de quitter la zone euro. « Ce serait trop coûteux. On n’a pas d’autre choix que de s’entendre », dit Maria Karamessini.

« La sortie de l’euro serait une tragédie qui se jouerait au détriment des plus défavorisés, affirme Savas Robolis. Il y a de riches Grecs dont la fortune est à l’étranger qui n’attendent que le retour à la drachme pour tout racheter pour des peanuts. »

Sachant que deux Allemands sur trois souhaitent le départ de la Grèce, Dimitris Asimakopoulos est beaucoup moins optimiste. « Jamais l’Allemagne ne nous dira de partir, mais elle pourrait nous mettre dans une situation intenable où nous n’aurions plus d’autres options. »



Commentaires

Agenda

 

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois