Québec : « C’est une victoire pour tous ceux qui se sont battus, pour toutes les futures générations d’étudiants et pour tous les Québécois »,

vendredi 21 septembre 2012
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

Québec : « C’est une victoire pour tous ceux qui se sont battus, pour toutes les futures générations d’étudiants et pour tous les Québécois »,
Source : Le Huffington Post
20 septembre 2012

Les étudiants crient victoire

Les fédérations étudiantes se réjouissent de l’annulation de la hausse des droits de scolarité annoncée par la première ministre Pauline Marois, jeudi après-midi.

«  Collectivement, on vient d’écrire un chapitre de l’histoire du Québec  », a souligné la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.

Mme Desjardins a ajouté que le sommet sur l’éducation qui aura lieu au cours des prochains mois permettra non seulement aux étudiants de s’exprimer, mais aussi aux citoyens qui désirent à avoir une voix dans le dossier.

« Aujourd’hui, la jeunesse regagne la place qui lui était due. L’éducation redevient une priorité au Québec », a affirmé pour sa part la présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Éliane Laberge.

Mme Laberge a par ailleurs accueilli avec satisfaction l’abrogation de la loi 12, anciennement le projet de loi 78 qui encadrait entre autres les manifestations. Selon elle, ce moment décisif représente le triomphe de la justice et de l’équité.

« C’est une victoire pour tous ceux qui se sont battus, pour toutes les futures générations d’étudiants et pour tous les Québécois », a-t-elle écrit sur Twitter, un réseau très utilisé par les étudiants lors du conflit.
« On voit que ça a été payant d’attendre et de tenir nos principes », a réagi de son côté Camille Robert, porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

Mme Robert a toutefois souhaité que le sommet ne soit pas l’occasion de « fixer un prix sur une marchandise », mais plutôt celle de donner des objectifs à l’éducation supérieure.

La CLASSE a demandé une rencontre avec Mme Marois, avec qui elle n’a pas encore pu discuter de la question des droits de scolarité, contrairement à la FEUQ et la FECQ.

Sa porte-parole a conclu en rappelant que les trois fédérations étudiantes pourraient amorcer un rapprochement puisqu’elles souhaitent toutes que les droits de scolarité ne soient pas indexés au coût de la vie.

Source : La CLASSE

La CLASSE réagit à l’annulation de la hausse des frais de scolarité MONTRÉAL, le 20 septembre 2012 –

Suite à l’annonce de l’annulation de la hausse des frais de scolarité et l’abrogation de la loi 12, la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) tient à saluer le courage et la détermination de tous ceux et celles qui se sont mobilisé-e-s durant les derniers mois.

L’organisation souhaite également rappeler que cette victoire n’est pas la fin de la lutte, et que la mobilisation étudiante et populaire doit se poursuivre.
« Si le Parti Québécois décrète aujourd’hui une série de mesures qui répondent à nos revendications, c’est parce que nous avons tenu à nos principes et les avons défendus par une approche combative et rassembleuse », déclare Camille Robert, coporte-parole de la CLASSE.

« A l’avenir, notre approche aura gain de cause sur toute mesure régressive. » La CLASSE rappelle donc qu’elle demeure opposée à toute hausse des frais de scolarité, incluant l’indexation au coût de la vie. « L’éducation est un service public qui doit demeurer accessible, et non une marchandise dont le prix varie selon le marché », poursuit Jeanne Reynolds, coporte-parole de l’organisation.

En ce sens, la CLASSE demeure prudente face à la tenue prochaine d’un sommet sur l’éducation. « Les députés péquistes défendent surtout une indexation des frais de scolarité au coût de la vie. D’ici les conclusions de ce sommet, l’annulation de la hausse est, en quelque sorte, une victoire temporaire.

Les bonifications à l’aide financière aux études doivent également être maintenues au-delà de l’année courante. C’est pour cette raison que nous resterons mobilisé-e-s », explique Mme Reynolds. Au-delà d’un sommet sur le financement, la CLASSE insiste plutôt sur la tenue d’États généraux qui permettront de réfléchir collectivement à la mission des établissements postsecondaires.

Enfin, la CLASSE convie à nouveau la population dans les rues de Montréal et de Québec le 22 septembre prochain. « Nous pouvons être fiers et fières de ce que nous avons accompli, mais gardons à l’esprit que le combat pour l’accessibilité à l’éducation ne se termine pas aujourd’hui. En ce sens, nous continuons à défendre la gratuité scolaire comme projet de société », conclut Camille Robert.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

 

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois