Algérie : En grève, les étudiants de l’ISMAS menacent de durcir leur mouvement par une grève illimitée.

jeudi 14 février 2013
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 10%

Source : El Watan.com

Des étudiants de l’ISMAS en grève illimitée se rassemblent devant la Maison de la presse.

le 13.02.13 |

Ils étaient un peu plus d’une trentaine d’étudiants de l’Institut supérieur des métiers des Arts du Spectacle et de l’Audiovisuel(ISMAS) à se rassembler, ce matin mercredi 13 février, devant la Maison de la presse, Tahar Djaout, Alger. Le but ? "Maintenir la pression sur la tutelle (le Ministère de la Culture) qui jusque-là n’a pas réagi ».

Les étudiants de l’ISMAS que nous avons rencontrés devant la Maison de la presse ont insisté pour nous dire que la grève qu’ils tiennent est « une grève artistique ».

En effet depuis hier, mardi, première journée de leur mouvement de grève illimitée, ils ont opté pour l’organisation des manifestations culturelles dans leur Institut qui se trouve à Bordj El Kiffan.

Dans le communiqué de presse, des étudiants de l’ISMAS s’interrogent sur leur situation : « jusqu’à quand cette marginalisation de la jeune génération rescapée de la décennie noire dans une Algérie qui fête ses cinquante ans d’indépendance ? ».
Hamida Mechaï
- 

A la une Actualité

En grève, les étudiants de l’ISMAS menacent de durcir leur mouvement.

le 12.02.13

Les étudiants de l’Institut Supérieur des métiers des Arts du Spectacle et de l’Audiovisuel (ISMAS) entrent aujourd’hui mardi 12 février dans une grève illimitée. Ils menacent de durcir leur mouvement si le ministère de la Culture ne répond pas à leurs revendications, nous confie Ramzi Naïli, membre de la cellule de crise du bureau des étudiants de l’ISMAS.

La crise des étudiants de l’ISMAS se prolonge. En effet, il y a deux ans après des grèves répétées, la ministre de la Culture s’est déplacée jusqu’à l’institut en animant des ateliers durant lesquels les étudiants ont exposé leurs problèmes. La ministre leur « a promis de résoudre leurs problèmes », mais il se trouve qu’ « au bout de deux ans aucune suite n’a été donnée aux ateliers », regrette Ramzi Naïli.

Le sort des étudiants de l’ISMAS reste inconnu tant que leur diplôme n’est pas reconnu par le ministère de la Culture, ni par celui de l’Enseignement supérieur. Alors par cette grève ils veulent crier par la énième fois : « la nécessité d’avoir une équivalence qui nous permettra de poursuivre nos études en post-graduation ».

Ils veulent aussi recevoir une formation de qualité, ils demandent à ce que leur institut soit doté d’un matériel pédagogique mais aussi d’un corps enseignant qualifié.

R.Naïli rappelle le sort réservé à des étudiants meneurs d’une grève de deux jours qui a eu le 21 et 22 janvier dernier : « 10 ont été exclus, 15 passés au conseil de discipline, 5 suspendus pour une année… ».

« La grève que nous avons menée a été jugée illégitime car le règlement intérieur de l’institut nous l’interdit mais un droit consacré par la constitution algérienne » poursuit notre interlocuteur. « On se demande bien est- ce que l’institut est bien algérien ? », s’interroge-t-il.
Pour lui « en fait la situation s’est empirée depuis deux ans ».

La direction accuse les étudiants de l’ISMAS venant des autres wilayas de venir étudier à Alger rien que pour « fuir le service national ». Notre interlocuteur regrette de tels propos tenu qui selon lui sont humiliants.
Par ailleurs, note R.Naïli "malgré un préavis de 8 jours, nous n’avons reçu aucun écho, rien...".

Ce qui est certain "nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout jusqu’à la satisfaction totale de toutes nos revendications. Nous nous battons pour notre avenir et celui des promotions futures".
Hamida Mechaï


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois