Québec : Des milliers de personnes manifestent contre la réforme de l’assurance-emploi

dimanche 28 avril 2013
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 13%

Source : Le Devoir –Libre de penser-

Des milliers de personnes manifestent contre la réforme de l’assurance-emploi

La colère contre la réforme de l’assurance-emploi ne s’estompe pas au Québec, mais c’est dans une ambiance enjouée, familiale et festive que plusieurs milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Montréal, samedi, pour manifester contre les changements apportés au programme par le gouvernement conservateur.

Des manifestants étaient venus de partout au Québec pour dénoncer les récentes restrictions fédérales touchant les chômeurs, notamment les travailleurs saisonniers.

Des autobus remplis de manifestants venus de l’Abitibi, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des Maritimes s’étaient rassemblés au parc Lafontaine. D’autres manifestants, dont plusieurs de la grande région de Montréal, s’étaient massés à la Place du Canada, au centre-ville de Montréal, tandis que d’autres groupes ont défilé devant le Complexe Guy-Favreau, également au centre-ville, qui abrite les bureaux de Service Canada.

Les manifestants ont défilé avant de se rejoindre un rassemblement massif à la place des Festivals.

Le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Bernard Généreux, s’est adressé aux journalistes devant le Complexe Guy-Favreau. Il a exhorté le gouvernement Harper à faire preuve de souplesse et de respecter le caractère particulier des économies locales et régionales, souvent basées sur la « saisonnalité ».

1er mai

Plusieurs syndicats ont profité également de l’occasion pour y souligner, quelques jours avant le 1er mai, la Journée internationale des travailleurs. Pour les syndicats, cette réforme constitue une attaque sans précédent contre les travailleurs, en imposant des conditions exagérées pour accéder à l’assurance-emploi.

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, a affirmé que cette réforme attaque les travailleurs les plus précaires de notre société, plus particulièrement les femmes. Elle y est même allée d’un slogan au micro : « Stephen Harper stoppe ton bulldozer. »

Les protestataires trouvent également « scandaleux » que le gouvernement fédéral impose sa vision sans aucune consultation alors qu’il ne met plus d’argent dans la caisse d’assurance-emploi depuis 1990.

Ce mouvement de contestation contre la réforme est concentré au Québec et dans les Maritimes, où se trouvent plusieurs emplois saisonniers. Les militants opposés à cette réforme redoutent les impacts à long terme de ces changements sur les régions et la vie familiale de plusieurs travailleurs.

Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs, a affirmé dans son discours aux médias que 40% des travailleurs saisonniers qui demandaient de l’assurance-emploi se trouvaient au Québec.

Pour lui, le gouvernement Harper avait fait « une déclaration de guerre aux travailleurs et aux travailleuses saisonnières ».

Sylvie Turcotte, âgée de 58 ans et venue du Lac-Saint-Jean pour manifester, est une de ces travailleuses saisonnières.

Elle a raconté que son emploi, dans une usine de congélation qui traite notamment des bleuets, dépendait de la récolte. Elle et ses collègues sont au chômage pendant la saison creuse, qui peut durer de deux à six mois, selon le succès de la récolte, a-t-elle indiqué.

« De nous trouver un travail ailleurs, ça va être dur en région, ça va être soit un peu plus loin, un peu moins cher (payé). Et tout dépendant de l’âge, à 58 ans, 60 ans, c’est assez difficile se trouver un travail », a-t-elle confié, ajoutant que plusieurs de ses collègues étaient inquiets. « Il faut grouiller, il faut sensibiliser les gens (...) Espérons que le gouvernement va abolir » la réforme, a-t-elle résumé.

Hans Marotte, du Mouvement Action Chômage de Montréal, a souligné que ce n’était pas que les travailleurs saisonniers des régions qui étaient touchés par les réformes, mais aussi les gens des grands centres qui ont des emplois atypiques qu’ils ne peuvent occuper toute l’année. Il a illustré que son groupe d’aide avait déjà reçu des demandes d’aides de travailleurs affectés par les réformes.

La manifestation s’est déroulée dans une ambiance pacifique et joyeuse, les services de sécurité des syndicats étant beaucoup visibles que la police.

Plusieurs manifestants portaient des ballons, des drapeaux et des affiches aux couleurs de différentes centrales syndicales, de même que les pancartes arborant le visage du premier ministre Harper sur lesquelles on pouvait lire « Chez nous, c’est NON au saccage de l’assurance-emploi. »

De nombreux enfants étaient dans la foule, qui marchait au bruit de trompettes, de sifflets, de clochettes et de la musique. Un groupe de percussionnistes a également déambulé avec le cortège le long de la rue Saint-Catherine.

Âgée de 51 ans, Sylvie Vaillancourt, de Montréal, a confié qu’elle en était à sa première manifestation. C’est son opposition à la réforme de l’assurance-emploi, mais aussi aux coupes dans l’aide sociale québécoise, et son raz de bol en général de la classe politique, qui l’ont fait descendre dans la rue.

« On tape toujours sur les plus petits, c’est tellement facile (...) Je suis pour le fait que les gens soient protégés. Ce n’est pas en coupant les gens qui ont peu de moyens que l’on va limiter les abus », a-t-elle scandé.

La manifestation de samedi était organisée par la Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi, un groupe composé de nombreuses associations et de syndicats.

Le spectacle à la Place des festivals s’est terminé peu avant 16h et les gens ont commencé à quitter les lieux, selon la police, qui n’a indiqué aucun incident majeur dans son bilan provisoire. Une personne a été arrêtée pour entrave selon le Service de police de la Ville de Montréal.


Source : Collectif des Privés d’Emploi et Précaires de Vaulx-en-Velin

Ils et elles étaient des milliers, sans doute plusieurs dizaines de milliers à participer à la manifestation centrale à Montréal ce samedi.

Ca mériterait de suivre car le mouvement semble fort et le gouvernement - effrayé par la mobilisation des "carré rouge" de l’an dernier tenterait de tergiverser.

Trop tard peut-être, tant l’attaque parait brutale et mal préparée, à contrario d’un mouvement populaire pas mal organisé et déterminé.

Ci-dessous quelques liens trouvés sur internet où il y a plein de chose mais (à cette heure) peu d’image. Ci-dessous celle diffusé par une télé.

A+
Marc

Le Comité chômage de Montréal http://comitechomage.qc.ca/

Le Mouvement Action Chômage de Montréal http://www.macmtl.qc.ca

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses http://www.lecnc.com/

Grande manifestation contre la réforme de l’assurance emploi de Stephen Harper à
Montréal http://www.youtube.com/watch?v=CMLhh5yttt0

Réforme de l’assurance emploi : manifestation festive à Montréal
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201304/27/01-4645276-reforme-de-lassurance-emploi-manifestation-festive-a-montreal.php


Source : Le Devoir-Libre de penser

Réforme de l’assurance-emploi - L’Est appelle l’Ouest à se solidariser

29 avril 2013 | Fabien Deglise | Canada

Après la mobilisation, le bilan. Pour le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), le gouvernement Harper, dont la réforme de l’assurance-emploi au pays soulève l’ire des travailleurs et des chômeurs, vient de perdre la « bataille de l’opinion publique ». Les 50 000 personnes qui sont descendues samedi dans les rues de Montréal, selon l’estimation des organisateurs de cette vaste manifestation, en ont fait la démonstration, a résumé l’organisme dimanche, au lendemain de ce mouvement de foule, qui, une fois de plus, demande à Ottawa de suspendre « immédiatement sa réforme ».
« Ces manifestations ont été un grand succès, a indiqué au Devoir Pierre Céré, porte-parole du CNC. Depuis un an, nous nous sommes mobilisés partout au Québec pour en arriver là. Ce n’est pas fini. Et le message envoyé aux conservateurs ne peut pas être plus clair. »

Samedi, sous la houlette de la Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi (un groupe d’organismes syndicaux, de groupements de municipalités, dont beaucoup en milieu rural, d’associations étudiantes et de professionnels saisonniers), des milliers de citoyens ont pris les rues de Montréal pour faire part de leur opposition à la réforme amorcée par l’administration Harper. Trois manifestations se sont formées au parc La Fontaine, à la place du Canada et devant le complexe Guy-Favreau - un des sièges de l’administration publique fédérale à Montréal - pour ensuite converger vers la place des Festivals, où un grand spectacle de circonstance a été tenu. Par ce geste, la Coalition a réclamé pour une énième fois à Ottawa la suspension immédiatement de sa réforme de l’assurance-emploi, la tenue d’études d’impact sur les changements envisagés, mais également des consultations publiques sur l’assurance-emploi. Les manifestants, en provenance de tout le Québec, principalement des régions durement touchées par la réforme, ont convergé par autocars vers la métropole.

« Cette journée a montré qu’un très grand consensus existe au Québec contre cette réforme, a soutenu dimanche Lucie Martineau, présidente du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ). Ce n’est pas seulement les organisations syndicales, mais aussi les municipalités, les travailleurs des milieux agricoles, les organisations économiques, culturelles et communautaires qui y sont opposés. Devant cette mobilisation, Stephen Harper n’a pas le choix de prendre acte de l’opposition et d’agir en conséquence. Sinon, c’est lui qui va se retrouver au chômage ».

Ailleurs au Canada

« La diversité de notre coalition va marquer l’histoire, a ajouté pour sa part Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec, par voie de communiqué. À deux reprises, les quatre partis politiques de l’Assemblée nationale ont voté, à l’unanimité, contre cette réforme. Le gouvernement fédéral ne peut ignorer un tel consensus. »

Dans les grandes lignes, la réforme de l’assurance-emploi modifie le régime d’indemnisation des travailleurs saisonniers, mais également le calcul et la durée des prestations dans les régions du Québec à haut taux de chômage, portant atteinte, selon la coalition, aux travailleurs les plus vulnérables et aux ouvriers situés au bas de l’échelle. Le Québec et les régions maritimes du Canada, en raison de leur configuration économique et sociale, sont les provinces les plus touchées par ces mesures du gouvernement central.

« Il faut que le fédéral arrête de gérer comme s’il ne représentait que les provinces de l’Ouest, lance Mme Martineau. Il doit aussi consulter et être à l’écoute de ce qui se passe ailleurs. »

À l’heure des bilans, le Conseil national des chômeurs a soutenu dimanche que « le travail de prise de parole et de sensibilisation » va se poursuivre dans les prochaines semaines, jusqu’à ce que l’administration Harper fasse marche arrière. « Pour aller plus loin, il faut que le reste du Canada emboîte le pas et vienne étoffer les rangs de notre coalition, a dit M. Céré. De grands acteurs sociaux, comme le Congrès du travail du Canada, vont devoir bouger de manière sérieuse et significative » à l’avenir pour porter plus loin le message des opposants à la réforme, a-t-il ajouté.


A lire également

Québec : L’ASSÉ rejoint la Coalition québécoise contre la réforme de l’assurance-emploi. 27 avril manifestation contre la réforme de l’assurance-emploi.

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article3133


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois