Elevage : des salariés lancent l’alerte sur du maïs contaminé par un pesticide très toxique

vendredi 24 février 2017
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

Source : Basta
Brest

Elevage : des salariés lancent l’alerte sur du maïs contaminé par un pesticide très toxique

par Nolwenn Weiler 23 février 2017

En décembre dernier, 25 000 tonnes de maïs contaminé à la phosphine ont été débarqués dans le port de Brest.

La phosphine est un pesticide épandue sur les stocks de céréales au moment de l’embarquement ou au cours de la traversée. Inhalée à forte dose, elle « provoque des atteintes neurologiques, respiratoires et cardiaques sévères pouvant aller jusqu’à la mort du sujet », signale l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail (INRS).

L’exposition à de plus faibles doses entraine également des graves conséquences sur la santé.

Acheminée depuis un port roumain à bord d’un cargo battant pavillon des Bahamas et propriété d’un transporteur polonais, la cargaison était en partie destinée à une usine de fabrication d’aliments pour bétail appartenant au groupe Triskalia, propriétaire de marques alimentaires comme Paysan breton, Mamie Nova, Régilait, Ronsard (volailles) ou Socopa (viandes). Située à Plouisy, dans les côtes d’Armor, l’entreprise a déjà fait parler d’elle en 2008, suite à l’intoxication grave de deux de ses salariés par un autre pesticide (lire ici http://www.bastamag.net/Intoxication-aux-pesticides-l-interminable-combat-des-ex-salaries-d-un-geant).

Les résultats des analyses n’ont pas été rendus public

D’après des courriers sur lesquels les salariés de l’entreprise ont pu mettre la main, la direction était informée de la présence de phosphine sur la cargaison roumaine. Les salariés, eux, n’en savaient rien, pas plus que les dockers qui ont ouvert les cales du navire.

Pourtant, les risques d’intoxication sont tels que « des mesures rigoureuses de prévention et de protection s’imposent lors du stockage et de la manipulation et des opérations susceptibles d’en libérer » recommande l’INRS. Sous la pression d’un collectif d’associations et de syndicats, l’encombrant chargement a été bloqué pendant plus d’un mois dans le port de Brest [1].

Ce lundi 20 février, Triskalia a fait savoir, via un communiqué, que « près de la moitié du stock a été analysé conforme à la réglementation », et que « les lots de maïs conformes vont donc pouvoir être utilisés dans les usines de nutrition animale, au fur et à mesure de leurs besoins ».

JPEG - 23.4 ko

À quoi ressemblent ces échantillons de maïs « conformes » ?

« Leur teneur en phosphine est inférieure à 0,1 mg par kilogramme, limite maximale de résidus autorisée par la législation européenne », répond Cobrema achat, filiale de Triskalia. Financées par l’entreprise, « les analyses ont été réalisées sur des échantillons prélevés en présence de fonctionnaires de la direction départementale de protection des populations (DDPP, en charge de la répression des fraudes, ndlr).

Les résultats leur ont été communiqués, ils les ont validés.

La préfecture aussi », assure encore Cobrema achat.

La valeur limite d’exposition professionnelle imposée par le code du travail français, à savoir 0,14 mg/m3 d’air, est-elle respectée ?

Mystère. Les résultats des analyses n’ont pas été rendus public.

« Ni Marisol Touraine, ni Stéphane Le Foll ne répondent à nos sollicitations »

« Il y a une omerta totale. On demande aux services de l’État de prendre position, mais on ne les entend jamais, proteste Michel Besnard, du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest. Ni Marisol Touraine, ni Stéphane Le Foll ne répondent à nos sollicitations, alors que l’on parle d’un vrai problème de santé publique. C’est Triskalia qui mène le jeu depuis le départ. C’est l’entreprise prise en défaut d’utilisation de céréales non conformes, qui annonce elle-même que ces céréales sont à nouveau conformes ! C’est incroyable. »

Le collectif d’associations et de syndicats, qui continue à demander la destruction du stock de maïs, estime ne pas pouvoir faire confiance à Triskalia. « Si les salariés de Plouisy n’avaient pas tiré la sonnette d’alarme, reprend Michel Besnard, il y a longtemps que ces céréales contaminés seraient dans le ventre des cochons, puis dans l’assiette des consommateurs. »
Photo : © Laurent Guizard pour Basta !


Commentaires

Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123