Corée du Sud : La privatisation stoppée, fin de la grève des cheminots, la plus longue grève de cheminots dans l’histoire du pays. La police et les procureurs ont indiqué qu’ils continueront leurs poursuites contre les chefs du syndicat pour avoir organisé cette grève « illégale ».

mardi 31 décembre 2013
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 48%

Source : Agence de Presse Yonhap

Fin de la grève des cheminots : reprise des activités dès demain

SEOUL, 30 déc. (Yonhap)

La grève de trois semaines de milliers de cheminots a pris fin aujourd’hui après l’annonce par les principaux partis politiques de la création d’un sous-comité parlementaire destiné à empêcher la privatisation du secteur ferroviaire.

Vidéo sur le déroulement de la grève des cheminots, la 1ère partie de cette vidéo, montre la brutalité policière et l’arrestation de militants syndicaux dans le siège de la confédération syndicale…

Le syndicat de Korea Railroad Corp. (KORAIL) a fait savoir que ses syndiqués reprendront le travail demain matin à 11 heures.

Quelque 8.700 cheminots avaient entamé une grève le 9 décembre pour protester contre le projet de création d’une filiale de KORAIL pour administrer la nouvelle ligne de trains à grande vitesse partant de Suseo. Les syndiqués voient dans la création de cette filiale un signe avant-coureur à la privatisation de l’entreprise.

Le gouvernement a réassuré a plusieurs reprises qu’il n’a pas l’intention de privatiser le secteur ferroviaire et a promis de révoquer le permis de la filiale si une de ses parts est vendue au secteur privé.

Le syndicat reste sceptique malgré les réassurances du gouvernement.

« Les syndiqués continueront à protester la décision du gouvernement après la reprise du travail », a déclaré le chef du syndicat de KORAIL Kim Myung-hwan lors d’une conférence de presse.

La création du sous-comité vise à empêcher une éventuelle privatisation de la filiale KTX Suseo et souligne la volonté du gouvernement d’apaiser les craintes à ce sujet.

La mise en place de ce sous-comité a fourni une porte de sortie au syndicat face à l’attitude intransigeante de la direction de KORAIL malgré les perturbations engendrées par la grève.

Ce « sous-comité sur le développement du secteur ferroviaire » sera composé de huit députés du parti Saenuri et du parti Démocrate, le principal parti de l’opposition, ont fait savoir des officiels. Le député Kang Seok-ho du parti Saenuri sera à la tête de ce comité qui se réunira pour la première fois demain matin.

Le président de KORAIL Choi Yeon-hye devrait également participer à cette première réunion.

La police et les procureurs ont indiqué qu’ils continueront leurs poursuites contre les chefs du syndicat pour avoir organisé cette grève « illégale ».

Kim et plusieurs dirigeants du syndicat se sont réfugiés au temple bouddhiste Jogye dans le centre de Séoul après l’émission de mandats d’arrêt à leur encontre pour avoir ignoré l’assignation à comparaître des procureurs.

« Nous arrêterons le chef du syndicat de KORAIL Kim dès qu’il sortira », a dit un responsable de la police.

Les procureurs ont par ailleurs réaffirmé que les responsables de la grève devront faire face à la justice. « Les auteurs de ces actes illégaux seront tenus pour responsables malgré l’arrêt de la grève », a déclaré un procureur du Bureau suprême des procureurs de la République.

Le syndicat de KORAIL a précisé que ses dirigeants ne sont pas prêts à répondre aux appels de la police. « La question de l’apparition volontaire du chef du syndicat de KORAIL devant la police n’a pas été discutée pour l’instant », a affirmé un représentant anonyme du syndicat.

La plus longue grève de cheminots dans l’histoire du pays a provoqué de nombreuses perturbations sur le réseau ferroviaire, affectant entre autres la circulation des trains à grande vitesse, des trains de marchandises et des métros. KORAIL s’était vue forcée de réduire à environ 24% de la normale la circulation de ses trains de voyageurs pendant plus d’une semaine, selon l’entreprise.

Le volume journalier de fret durant la grève représentait lui 30% en moyenne du volume normal.

mathieu@yna.co.kr

Source : Agence de Presse Yonhap

(2e LD) Grève des cheminots : « Arrêt de la grève avec la création d’un sous-comité parlementaire »

SEOUL, 30 déc. (Yonhap) — Au 22e jour de la grève des cheminots de Korea Railroad Corp. (KORAIL), le syndicat a annoncé ce matin l’arrêt de cette grève. Avant cette confirmation du syndicat, le député Lee Yoon-seok du principal parti d’opposition, Parti démocrate (PD), avait prédit cette décision dans un contact téléphonique avec Yonhap ce matin.

Lee avait précisé dans ce contact que « le chef du syndicat de KORAIL, Kim Myung-hwan, donnerait une conférence de presse à 10 heures au Parlement pour officialiser cette décision ».

A ce sujet, les partis rivaux et le syndicat de KORAIL sont tombés d’accord hier soir pour la création d’un sous-comité pour le développement du chemin de fer dont le président sera choisi à la majorité et des représentants du gouvernement, KORAIL, du syndicat de KORAIL et les experts civils pourront y participer en tant que conseillers en cas de nécessité.

A l’issue de cette négociation entre les partis politiques et le syndicat de KORAIL avec la participation de députés des deux partis rivaux et du chef du syndicat Kim Myung-hwan, le texte de l’accord a été signé vers minuit, selon le Parti démocrate.

Avant cette déclaration, le chef de file de l’opposition, Kim Han-gil, a dit dans une réunion plénière du groupe parlementaire de son parti tenue ce matin que « je suis très heureux de vous informer de la bonne nouvelle pour mes collègues et mes concitoyens. Nous étions déterminés pour que la grève des cheminots ne dépasse pas l’année alors ce week-end, notre secrétaire général Park Ki-choon a joué un grand rôle pour aller dans ce sens ».

Avec cet accord de création d’une structure de « dialogue social » afin de traiter les problématiques autour de la privatisation du chemin de fer et dès son fondement au Parlement, le syndicat mettra fin à la grève générale qui a été suivie par quelque 6.000 grévistes jusqu’à ce jour.

La commission du territoire et du transport de l’Assemblée nationale a approuvé immédiatement la création de ce sous-comité avec la participation de deux députés de chaque parti et la présidence a été attribuée à Kang Seok-ho de la majorité, Parti Saenuri.

Le secrétaire général du PD, Park Ki-choon, a détaillé l’évolution de la situation jusqu’à l’arrêt de la grève en disant que « deux membres du syndicat de KORAIL sont entrés à l’intérieur du siège du PD à Yeouido en demandant une médiation du milieu politique et une protection contre l’arrestation de la police.

La négociation avait ensuite repris sur l’ordre du chef du parti, Kim Han-gil, le 28 décembre ».

« Une médiation politique a tout de suite été engagée avec la participation de représentants des partis rivaux et le poids lourd de la majorité, membre de la commission parlementaire chargé du transport, Kim Moo-sung (un proche de la présidente Park) », a précisé le député Park Ki-choon.

Kim Moo-sung a noté de son côté qu’« à l’appel de mon collègue de l’opposition Park, j’ai rencontré le syndicat de KORAIL pour élaborer le texte de l’accord et reçu l’approbation des dirigeants de notre parti ».

« Nous avons pensé qu’un compromis verbal ne suffirait pas pour une officialisation donc nous nous sommes déplacés au siège de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) pour y rencontrer le chef du syndicat, Kim Myung-hwan, afin d’avoir sa signature sur le texte. »

A la question sur l’approbation du palais présidentiel à cet accord, Kim Moo-sung a répondu que « nous avons fait tout ce que nous pouvions faire ». Côté syndicat, son porte-parole a annoncé dans un contact téléphonique avec Yonhap ce matin que le syndicat a pris la décision de suspendre la grève. Le syndicat a actuellement une discussion interne pour fixer la date de reprise du travail.

Le porte-parole du syndicat de KORAIL a indiqué que « l’approbation de cette décision sera traitée autrement que par le dialogue social normal avec la direction. Normalement, il faudra un vote des membres du syndicat pour l’approbation mais le cas de cette grève sera différent. Nous regardons de très près l’accord entre les partis politiques (sur le dossier) afin de déterminer les procédures à poursuivre ».

Malgré cette déclaration du syndicat pour une normalisation de la situation, le retour à la normale du trafic ferroviaire prendra plus de deux jours.

Cette grève des cheminots, qui a été déclenchée par la contestation contre la création d’une filiale de gestion d’une nouvelle ligne de train à grande vitesse partant de la gare de Suseo qui sera construite dans le quartier sud-est de Séoul, une tentative de privatisation pour le syndicat et une garantie de compétitivité pour la direction et le gouvernement, s’achèvera enfin après plus de 22 jours, un record dans l’histoire des chemins de fer du pays.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois