Hongrie Education Nationale : Les manifestantEs protestent contre les mesures gouvernementales

dimanche 26 janvier 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 20%

Source : notre correspondant à Budapest.

Les manifestantEs protestent contre les mesures gouvernementales

Samedi 25 janvier, à 15:00 heures, quand la manifestation pour l’éducation libre des lycéenNEs, enseignantEs et sympathisantEs a commencé à la place de la Liberté à Budapest, les policiers étaient presque plus nombreux que les manifestantEs.

Pourtant, beaucoup d’organisations et réseaux s’y sont représentés :

les réseaux des lycéenEs (KIHA), des étudiantEs (HAHA), des enseignantEs (universitaires) (OHA), le Réseaux pour la liberté de l’éducation (HAT), le Syndicat démocratique des enseignantEs (du primaire et du secondaire - PDSZ), la Fédération de la jeunesse syndicale (SZISZ), la Fédération indépendante de la santé et l’Association des professeurs de l’histoire.

Les manifestantEs protestent contre les mesures gouvernementales :

• |comme la centralisation de l’édition des manuels scolaires en réduisant le nombre des manuels à un ou deux par niveau tandis que jusqu’à
maintenant chaque prof avait le droit de choisir le manuel qu’il voulait utiliser.

• l’augmentation des heures de gymnastique à une heure par jour avec obligation d’introduire l’équitation – sans matériel de gym et sans chevaux-.

• l’annulation de la position des enseignantEs atteinte dans la grille en les remettant tous au niveau débutant. |

12 ans ou 25 ans d’expérience sont annulés ! Ceux qui veulent avancer au deuxième niveau, doivent déposer leur portefeuille selon des critères nouveaux avant la fin ’avril.

Les premiers intervenants étaient les représentants des lycéenNEs et de OHA qui ont souligné les effets négatifs que les enseignantEs et les élèves doivent subir. il les ont mis en même temps dans le cadre de la politique du Fidesz qui n’est favorable que pour les serviteurs du pouvoir.

Puis les manifestantEs se sont dirigés vers la Basilique en scandant des slogans (Ils riment en hongrois) comme : "Pays libre - éducation libre !" ; "La morale n’a pas besoin de gardien", Rózsa Hoffmann cuit des moutons" ; "Un seul manuel - n’est pas manuel", "L’éducation n’est pas un jouet - Non, non, non !" ; "Pas de gym à l’école - l’équipe nationale perd toujours !".

Sur la place devant la Basilique on a distribué des torches et nous avons tourné sur la rue Bajcsy, le cortège était salué par les klaxons des voitures et des motos, et le nombre des participantEs avait déjà atteint environ 2000 personnes.

Les organisateurs lycéenNEs ont distribué du thé chaud au coin de la rue de la Constitution, parce qu’aujourd’hui le temps est devenu hivernal.

On est arrivé à la porte du ministère de l’éducation en scandant pour Mme la secrétaire d’état : "Hoffmann Rózsa sort pour dire un mot".

|László Miklósi, le présidant de l’Association des professeurs de l’histoire a qualifié l’inscription obligatoire à l’Ordre national des enseignants comme une mesure fasciste comme l’était l’établissement des corporations professionnelles par Mussolini.|

Désormais, cet Ordre est la seule organisation autorisée à représenter les enseignantEs.

Les enseignantEs sont obligéEs d’y adhérer par la loi depuis le 1er septembre 2013.

Fait caractéristique de ce régime : l’Ordre n’est pas encore établi de facto.

L. Miklósi a appelé les enseignantEs à boycotter cette mesure du régime.

Le Syndicat PDSZ soutient l’appel en soulignant que la mesure vise à remplacer les syndicats par une organisation marionnette dirigée par le gouvernement et à priver les fonctionnaires des moyens de se défendre.

Notre correspondant à Budapest


Une vidéo Hvg.hu
sur la manifestation en hongrois

"Ez egy megalkuvó társadalom"


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois