Vaulx-en-Velin : Maurice Luya, ancien Résistant, Déporté, participant aux Marches de la mort, Syndicaliste…Une grande figure de Vaulx-en-Velin est mort cet après-midi mardi 13 mai 2014.

mardi 13 mai 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 6%

La Force de Résister from Emilie Souillot on Vimeo.

Maurice est mort, il a été sans le savoir une référence pour le collectif On vaulx mieux que ça.
Vaulx-en-Velin perd une figure de la résistance d’hier et d’aujourd’hui, un défenseur du programme du CNR, où le mot SOLIDARITE avait son véritable sens.
Au revoir Maurice, toutes nos pensées à Marie-Claude.

Musique du chant de Buchenwald
Pour lire les parole
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article3849


LE MONDE REEL

Bonjour à tous
Je viens d’avoir la nouvelle par Jean SINTES Maurice LUYA nous a quitté hier après-midi.

Cette nouvelle, de son départ nous attriste car venons encore de perdre un homme de convictions, ancien résistant Grenoblois et déporté Français.
Maurice LUYA a beaucoup témoigné devant les jeunes générations pour faire mémoire de cette période-là : « Devant les écoliers d’Anatole-France, Marcel ROCHE se souvient de la solidarité́ qui s’est développée dans les camps de concentration. Maurice LUYA leur explique l’appel et les punitions devant la maquette du camp de Buchenwald. A Berlin, les collégiens écoutent les explications sur la résistance allemande du fils de Hans et Hilde Coppi tous deux exécutés en prison. »…(Vaulx le Journal )

Pour ne pas oublier, le Monde R.E.E.L organise une projection du documentaire réalisé par Emilie SOUILLOT et Christelle THOMASSIN « La force de Résister »

Le 20 mai 2014 à 19H00 Au Monde R.E.E.L

8 chemin de la Godille (local bariolé situé au centre des bâtiments).
04.27.82.14.46

En pièce jointe vous trouverez une interview de Maurice LUYA faite par une ex salariée du Monde R.E.E.L Naïma DAIRA malheureusement décédée bien trop tôt.

Une petite erreur s’est glissé dans l’article, le départ de la marche de la mort de Maurice Luya n’est pas parti du camp Buchenwald, mais du camp de concentration de Rottleben


A lire

Vaulx-en-Velin : message de Maurice Luya à la soirée du 14 nov. 2013 organisé par le collectif Solidarité Rroms.

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article3512


Toujours debout, jamais assis.

C’est ainsi que Maurice Luya venait témoigner de son engagement, de sa résistance et de sa déportation devant les classes, une heure, deux heures durant. D’Henri Barbusse à Maurice Scève, de Vaulx-en-Velin à la Croix-Rousse, en passant par de nombreux autres collèges et lycées.

C’est ainsi aussi qu’il accompagnait les collégiens visiter les camps nazis, du Struthof en Alsace à Ravensbrück en Allemagne.

Debout, droit, la tête haute.

Maurice apparaissait comme solide comme un roc, peut-être parce qu’il avait traversé et survécu à l’horreur du siècle, la barbarie nazie et son système concentrationnaire et qu’il en avait tiré la force de poursuivre ses engagements et de témoigner. Qu’on sache, pour ne pas oublier, pour ne pas que cela recommence.

J’espère que, comme moi, c’est cette image que garderons tous les jeunes qui l’ont rencontré et côtoyé ces nombreuses années et qu’ils en auront tiré l’envie eux aussi de vivre debout, le regard tourné vers l’avenir.
David Rappe,
Enseignant d’Histoire


Maurice Luya était un homme généreux, simple et rassurant.

Je ne l’ai jamais entendu dire du mal de qui que ce soit, qu’il s’agisse des milieux de la résistance ou de nos contemporains : la "marque de fabrique" des vrais résistants.

Je me souviendrai toujours des premières conférences sur les Allemands avec lui.
Il savait trouver le bon moment pour expliquer que l’instructeur de son groupe de résistance, à Grenoble, avait vraiment un drôle d’accent...
Et pour dire, surtout, que sans ses camarades allemands, il ne sortait pas de Buchenwald vivant !

Merci de transmettre toute ma sympathie à Marie-Claude.
Amitié,
Anne Sizaire


Je pensais à lui cette semaine en regardant le journal de Vaulx...
Toutes mes condoléances à M Claude

Il restera dans la mémoire des Vaudais

Bises

Monique Burekhart enseignante à Vaulx-en-Velin


Le journal "Le Progrès" de Vaulx-en-Velin

Jeudi 15 mai 2014
Publié le 15/05/2014

Vaulx-en-Velin. Résistant et ancien déporté, Maurice Luya nous a quittés

Résistant, déporté, témoin infatigable, Maurice Luya s’est éteint ce mardi 13 mai, dans la région de Saint-Etienne, parmi les siens, alors qu’il allait atteindre ses 90 ans.

Nécrologie
Sa haute silhouette, son corps de rugbyman et son sourire tranquille, malgré son âge, donnaient le sentiment de côtoyer une force de la nature. Affaibli par la maladie, usé par les années terribles de combat et de déportation, Maurice Luya témoignait inlassablement auprès des jeunes, au CHRD(1) et dans les établissements scolaires, depuis près de trente ans.

Jeune travailleur grenoblois, Maurice Luya était entré dans la Résistance à 18 ans. Il racontait ainsi cette histoire peu banale : « C’est un Hongrois, un voisin, qui m’a mis en contact avec les FTP(2), et, dans ce réseau, c’est un Allemand antifasciste qui m’a appris à poser des bombes ! Ensuite, j’ai créé le Front Patriotique de la Jeunesse. Je recrutais les gars dans mon équipe de rugby ! » Ces jeunes de 17 à 19 ans sabotaient les usines qui collaboraient avec l’ennemi. Arrêté le 16 août 1943, Maurice sera condamné puis un an plus tard, déporté à Buchenwald.

Lors de la libération des camps par les Alliés, Maurice Luya était encore sous le joug des Nazis en fuite, dans « Marche de la mort ». Il parviendra à s’évader début mai 1945. À son arrivée à Grenoble où son père l’attendait, il ne pesait plus que 37 kg.

Maurice Luya a vécu de longues années à Vaulx-en-Velin, puis s’était retiré à la campagne. Souvent honoré, il avait reçu de nombreuses distinctions, dont le titre d’officier de la Légion d’honneur en juin 2013.

À son épouse Marie-Claude, ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, nous présentons nos sincères condoléances. Ses funérailles auront lieu lundi 19 mai, à 14 h 30, au funérarium de Bron.
M D

(1) Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation.

(2) Francs-tireurs et partisans.


Ses amiEs de l’AFMD

Qu’elle tristesse pour tous ceux et toutes celles qui luttent contre toutes les formes de fascisme et d’exclusion, au revoir Maurice, amitiés à Marie-Claude !

Joseph LAURENT


Je suis vraiment très triste.

Nous partageons tous le même chagrin car nous perdons un être qui représentait beaucoup de valeurs pour nous.

Maurice et Marcel laissent un grand vide au sein de notre famille commune.
Je pense très fort à Marie-Claude et je l’embrasse de tout mon coeur.
Merci de m’informer pour les funérailles.
je ferai mon possible pour y assister.
Mes amitiés à tous,
Françoise


Hommage à Maurice Luya du 19 mai 2014 à Bron.

C’est une prise de parole personnelle, bien que je pense que Maurice, l’AFMD, l’ANACR et un bon nombre de militants associatifs et syndicalistes partageront l’essentiel de celle-ci.

Je suis heureux de vous voir aujourd’hui nombreux pour Maurice, sa famille et pour Marie-Claude.

Marie-Claude cette militante des MémoireS infatigable et efficace.

C’est par Marie-Claude qui était présidente de l’association MémoireS que j’ai vraiment connu Maurice, Marcel Roche, Roger Pestourie et bien d’autres Résistants et Déportés.

C’est Maurice et Marie-Claude qui m’ont convaincu d’adhérer à l’AFMD et ils ont bien fait.

Sur Vaulx-en-Velin, de nombreux noms s’entremêlent, s’entrechoquent, s’assemblent, Jean Moulin, Gilles Champion, Roger Pestourie, René Baumer, Daniel Cordier, Marie-Jo*, Anne Sizaire, Hans Coppi, Derri Berkani, Dora Schaul, Armand Gatti, Charlotte Delbo,…et Stéphane Hessel, qui a été un compagnon de camp de Maurice.

• Mais aussi les montages sur « Les marches de la mort » réalisés pour Maurice et ces compagnons.

• « Jean Moulin artiste peintre », la culture comme forme de Résistance.

• « La Rose Blanche »

• Le merveilleux film d’Emilie et de Christelle « La Force de Résister »

• Ces rencontres avec les écoliers, collégiens, lycéens avec des supers enseignants (Anatole-France, Lorca, Marie Curie, Barbusse…), avec des parents d’élèves, sans oublier les éclaireurs de France.

Aujourd’hui nous rendons hommage à Maurice, beaucoup de sensibilités et de personnalités sont présentes et j’en suis extrêmement heureux.
MAIS, permettez-moi de vous dire, qu’il faudra aller bien plus loin, en fonction de nos convictions individuelles ou collectives.

Il faut que l’hommage à Maurice LUYA, soit Durable, écologiquement sien et transmissible de générations en générations.

Sur les deux premiers points, nous devons être tous Unis et sans aucune faille.

1. Défendre l’esprit de la Résistance contre le fascisme. Allumer tous les projecteurs sur ces Résistants, femmes, hommes, jeunes, étrangers, comme les Algériens, les Manouches, les Espagnols, Arméniens, les Italiens, les Polonais, les Hongrois, les Africains, les Autrichiens, les Allemands,…avec ces mots de Missak Manouchian, « Je meurs sans haine envers le peuple Allemand »

2. Sur la Déportation, les Déportations, Politiques et Raciales (Juifs, Rroms, Slaves), combattre résolument, les contre-vérités odieuses qui consistent à nier, les chambres à gaz et l’enfer nazi.
Mais aussi reprendre les convictions de Maurice LUYA :

• Défendre le programme du CNR.

• La justice sociale.

• Une véritable Démocratie.

• Combattre toutes formes de racisme.

• Combattre sur tous les terrains les idées de l’extrême droite.

Pour faire comme le dit Armand Gatti

« Que l’homme soit plus grand que l’homme »

Jean Sintes

* Marie-José Chombart de Lauwe présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Château de Virieu (Isère) Mardi 20 mai au château Virieu un hommage a été rendu à Maurice LUYA devant 120 élèves d’écoles primaires


Source : VaulxenVelinjournal

La ville rend hommage Monique Martin et Maurice Luya

Photo © Laura Tangre

La Ville rendait hommage à la présidente de l’association Mémoires et chef de chœur de l’ensemble des Ans chanteurs ainsi qu’au Résistant déporté, tous deux disparus au cours de l’année. La cérémonie a eu lieu en salle du conseil municipal jeudi 20 novembre, en présence d’élus, de responsables associatifs et de nombreux citoyen et aussi en présence de la chorale les Ans chanteurs.

Monique Martin a été institutrice et a vu passer des générations de bambins sur les bancs de l’école Grandclément où elle enseignait. Retraitée dynamique, elle intervenait également dans les écoles de la commune pour rappeler la mémoire de celles et ceux qui ont porté les valeurs de citoyenneté, de liberté et de résistance. En 1993, elle a fondé l’association Mémoires afin de collecter une source considérable de documents sur l’histoire vaudaise.

Il a été le matricule 69 732. A son arrivée à Buchenwald, en 1944, Maurice Luya, jeune résistant, apprend la déshumanisation. Sa vie durant, il a témoigné dans les écoles de Vaulx et d’ailleurs, avec son copain Marcel Roche, lui-aussi résistant déporté. Le résistant a vécu de nombreuses années à Vaulx puis s’est retiré à Faverges-de-la-Tour, dans le Nord Isère. En juin 2013, il a reçu l’insigne d’officier de la légion d’honneur.

“Ce sont deux histoires différentes et un engagement commun, a souligné la députée-maire lors de son allocution. Nous honorons deux vies exemplaires. Ils furent deux grands passeurs d’humanité”.

Stéphane HESSEL compagnon de camp de Maurice LUYA

Hommage à Stéphane Hessel from Emilie Souillot on Vimeo.


Documents joints

PDF - 139 ko

Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois