Rue 89 Roumanie, les salariés d’Alcatel-Lucent se rebiffent

dimanche 13 décembre 2009
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 15%

En Roumanie, les salariés d’Alcatel-Lucent se rebiffent
Par Mehdi Chebana | Le Courrier des Balkans | 12/12/2009 | 16H02

Partager :
De Timisoara) Sécurité de l’emploi, bons salaires, primes substantielles, prêts bancaires préférentiels… Quand Alcatel devient la première société étrangère à s’implanter à Timisoara en 1991, ses salariés bénéficient d’avantages bien supérieurs à ceux offerts par les autres entreprises de la ville.

Aujourd’hui pourtant, c’est la tension et le désamour qui règnent sur le site de la plus grosse multinationale du sud-ouest de la Roumanie.

Sous le coup d’un vaste plan de restructuration qui prévoit le transfert de 30% des effectifs vers le sous-traitant indien Wipro, les salariés menacent de cesser le travail mardi et mercredi, après « l’échec » de leur grève d’avertissement du 27 novembre.

Manuel Martin, 35 ans, président du premier syndicat de la société fondé en juillet, déplore :

« Avec près de 500 postes menacés sur 1 600, nous sommes les plus touchés en Europe par le plan global d’économies lancé par le groupe. Les négociations avec le patronat ne débouchent sur rien de satisfaisant, il n’y a que par la grève qu’on pourra faire pression. »

Le Syndicat libre d’Alcatel-Lucent Timisoara réclame notamment plus de garanties pour les employés du Centre technique roumain et du service financier qui seront transférés début 2010.

Mobilisation à l’échelle européenne

Laura Oprea, 25 ans, qui travaille au service financier, raconte :
« Nous bataillons pour que chacun obtienne des compensations financières décentes. Mais jusqu’ici, la direction a mis des offres de moins en moins intéressantes sur la table. Nos collègues allemands ont réussi à obtenir pas mal d’indemnités. Pourquoi n’aurions-nous pas les mêmes droits ? »

Le 10 novembre, les Alcatel-Lucent avaient déjà manifesté à Timisoara pour mettre la pression sur le patronat (les salariés ont aussi lancé un blog). Ce rassemblement, inédit dans l’histoire de l’entreprise, faisait écho à ceux organisés simultanément en France, en Allemagne et en Italie contre la suppression attendue de plus de 4 000 emplois dans toute l’Europe.

Comptant aujourd’hui près de 400 adhérents, le Syndicat libre de Timisoara s’inquiète, en particulier, de l’intégrité et de la santé financière de Wipro.

En France, le géant indien de l’électronique a fermé son unité de Sophia-Antipolis en septembre après avoir encaissé des millions de crédit d’impôt recherche et rapatrié les brevets en Inde.

Catalina Ochesila, directrice de la communication d’Alcatel-Lucent pour l’Europe du Sud-Est, assure :

« Nous faisons tout notre possible pour limiter l’impact social de ces externalisations. Les employés transférés à Wipro continueront de travailler en Roumanie et auront les mêmes droits qu’à Alcatel. Ils sont aussi à l’abri d’être licenciés pendant dix-huit mois. Mais les exigences du syndicat en matière de compensations financières sont, pour le moment, trop importantes. »

« Les employés découvrent qu’ils ont des droits »

Refroidis par le sort réservé à leurs collègues « vendus aux Indiens », les membres du Syndicat libre ont insisté, dans la foulée, pour négocier un contrat collectif de travail. Une négociation rendue obligatoire par la loi mais qui n’avait jamais eu lieu jusqu’ici, en l’absence de représentant des salariés. Manuel Martin :

« Ce contrat va nous permettre de nous protéger en cas de licenciements massifs. Nous ne sommes à l’abri de rien avec la crise… Et puis, c’est l’occasion de mettre les choses à plat en matière de congés payés, de primes d’ancienneté ou d’augmentation. C’était absolument nécessaire ! »
En moins de six mois, les salariés du site ont donc pris conscience de leurs droits et se sont mobilisés pour les défendre.

Mais, au départ, le scepticisme était important dans l’entreprise. Non seulement parce que, pour beaucoup de Roumains, syndicalisme rime encore avec communisme mais aussi parce que les employés d’Alcatel-Lucent ont longtemps bénéficié de conditions avantageuses qui ne les encourageaient pas à se syndiquer.

« La crise a renforcé la solidarité entre les travailleurs et relancé le mouvement syndical », se réjouit Stefan Gogosanu, secrétaire départemental de la confédération syndicale Cartel Alfa à laquelle le Syndicat libre est affilié. « Depuis quelques mois, les salariés découvrent qu’ils ont des droits et qu’ils vaut mieux se rassembler pour les défendre. »
http://eco.rue89.com/2009/12/12/les-salaries-roumains-dalcatel-lucent-veulent-les-memes-droits-quailleurs-129709

logul Sindicatului Liber din Alcatel Lucent Timisoara
Motto :” Din nemulţumirea oamenilor a izvorât progresul. ” Ella Wheeler Wilcox


« Colegii din SUA se alatura protestelor din 10.11.09 !
Petitia inaintata conducerii ALU Romania »

Pétition vers la direction ALU Roumanie
A l’attention de la direction d’Alcatel- Lucent SRL Roumanie

En tant que salariés d’Alcatel Lucent Roumanie, nous voulons porter à votre connaissance notre refus catégorique d’accepter l’externalisation des activités du Groupe Alcatel Lucent.

Nous considérons que la stratégie de l’actuelle Direction, qui inclut le transfère de certaines activités, aura des résultats économiques incertains et va provoquer en fait la perte de la crédibilité devant les anciens et nouveaux clients.

La manière dans laquelle se déroule ce processus est complètement contradictoire au Code de Conduite ALU, où on déclare que : « Alcatel-Lucent s’est engagé à cultiver un dialogue ouvert avec ses engagés et, lorsqu’il est possible, avec ses représentants, en ce qui concerne les décisions importantes qui les touchent directement »

On condamne l’absence du dialogue, cette décision unilatérale qui ne tient pas compte de l’opinion des engagés et de leur avenir.

Il est exclu qu’on accepte de payer les fautes du management au niveau du groupe !

Nous n’acceptons pas d’être traités comme des objets qu’on peut vendre à tout moment et dans n’importe quelles conditions !

Le long des années nous avons prouvé nos compétences et nous avons tout mis en oeuvre pour aider au développement de la Société. En échange, nous sommes traités avec défi et mépris.

Nous voulons du respect, de la transparence. Nous vous demandons de nous traiter ainsi que vous faites avec les autres salariés du groupe et de trouver une modalité meilleure de résoudre le problème.

Nous sommes prêts à protester avec tous les moyens que la loi nous le permet, pour nous faire entendre.

Nous vous prions de considérer cette lettre comme une déclaration d’intention !

Nous avons attaché à cette lettre le document avec les signatures des personnes qui partagent les mêmes points de vue.
Timisora,
Lhttp://blog.sindicatalu.ro/?p=117e 29 Octobre 2009


Réaction d’un syndicaliste roumain, aux messages de solidarités de France :
decembrie 13, 2009 la 6:09 pm
Merci beaucoup de votre support et vos mots. Nous nous excusons du début s’il y a des erreurs de langue dans notre texte et nos commentaires.
Nous essayons d’apprendre la culture syndicaliste et après la démonétisation du ce terme pendant la période communiste c’est assez difficile.
Nous ne sommes pas naïves de penser qu’on va réussir de résoudre toutes les problèmes. Je pense que si après cette bataille avec le management, les autres gens, qui maintenant sont calmes et ils pensent qu’ils sont intangibles, vont comprendre qu’il faut s’opposer pour obtenir qqchose, qu’il faut toujours contrebalancer la pouvoir du management, que nous ne pouvons pas laisser le ALU de quitter la boite sans aucune responsabilité sociale, je pense que dans ces conditions, une chose c’est déjà gagne : le changement de la mentalité du gens. Dans des petites étapes mais finalement, le changement, ca va venir…c’est ca qu’on essaye à faire en effet !


Message de solidarité c’est important pour tous, vive la solidarité.
Lhttp://blog.sindicatalu.ro/?p=117e 29 Octobre 2009


Portfolio

JPEG - 58.8 ko

Commentaires

dimanche 13 décembre 2009 à 23h27

Merci beaucoup, pour vos commentaires et description obiective de la situation.
Salutations

Agenda

 

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345