Vaulx-en-Velin école Y. Gagarine : infos et polémiques

jeudi 3 juillet 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 100%

Nous mettons en ligne un article du journal « le Progrés » Vaulx, une réaction de la section de la LDH et du Front de gauche de Vaulx-en-Velin au propos de Stéphane Gomez.

LDH

Je suis allée dimanche à l’école manifester la solidarité de la section LDH avec cette action.
Aujourd’hui, mercredi, j’ai participé en tant que LDH, à la délégation reçue par le 1er adjoint –Mr Dussurgey- Mme la Maire étant absente ; nous avons aussi interpelé le “préfet à l’égalité des chances “du Rhône qui passait par là.

L’hébergement de cette famille étant du ressort de l’Etat, cela m’a permis de préciser que la politique de l’Etat était mise en application par les députés, en particulier par la majorité que nous avons portée au pouvoir , pour pratiquer une politique différente de celle de Mr Sarkozy , ce qui n’est malheureusement pas le cas .
Représentante de la section de la LDH


En PDF réaction du Front de Gauche de Vaulx-en-Velin.


Stéphane Gomez, Conseiller Général de Vaulx-en-Velin

Petite question à mes collègues fonctionnaires de catégorie A : qui paiera les surcoûts provoqués par cette utilisation (illégale) de l’école : eux fonctionnaires de catégorie A ou les Vaudais sur leurs impôts ? C’est ça leur définition de la "solidarité" ?

Sans-abri albanais : une école occupée à Vaulx-en-Velin / Logement / Actualités / Actualité /...
www.lyoncapitale.fr

L’école Youri Gagarine de Vaulx-en-Velin est occupée depuis hier soir par des parents d’élèves qui soutiennent une famille albanaise sans papier.

• 2 personnes aiment ça.

Stéphane Gomez, Conseiller Général de Vaulx-en-Velin 26 autres familles vont sortir au même moment du CADA, pourquoi cette focalisation sur une salle famille (bien mal conseillée vu les dossiers qu’elle a déposé et qui la mettent maintenant dans une impasse administrative) et pourquoi demander une prise en charge par la Ville alors que ce n’est pas sa compétence ? À non compétence égale, pourquoi ces "solidaristes" ne se proposent pas de les accueillir chez eux, cette famille mais aussi les 26 autres familles concernées !


vendredi 4 juillet 2014
Réponse Stéphane Gomez
DES NOUVELLES SOLIDARITES ENTRE AUTRES REPONSES A DE MAUVAIS CALCULS POLITICIENS.

Un de mes commentaires sur FaceBook semble avoir suscité quelques réactions d’étonnement chez certains qui fait qu’à mon tour je m’étonne de ces étonnements. D’autant que dans mon commentaire, je me gardais bien de citer quiconque, parlant de manière générale, alors que la réponse, elle, est ad nominem. Mais c’est sûrement le droit de ceux qui ont la certitude de leur opinion que de se permettre des réponses / attaques personnelles. A l’occasion, j’aurai d’ailleurs apprécié, étant directement mis en cause, que le texte me soit adressé avant d’être diffusé, il paraît que ce genre de courtoisie républicaine se pratique encore.

Revenons au sujet : forwardant un article sur une occupation d’école pour un sujet non-scolaire, le soutien à une famille sans papiers, je rajoutais ce commentaire : « Petite question à mes collègues fonctionnaires de catégorie A : qui paiera les surcoûts provoqués par cette utilisation (illégale) de l’école : eux fonctionnaires de catégorie A ou les Vaudais sur leurs impôts ? C’est ça leur définition de la "solidarité" ? ». Comme cela, tout le monde a l’ignooooooble commentaire et jugera sur pièce du caractère choquant de mon propos.

Non parce que tant qu’à écrire 2 pages pour me critiquer, autant le faire autrement que par des citations en exergue à enlever et rajouter au bon vouloir. Et tant qu’à faire, on peut éviter les affirmations péremptoires et mensongères voulant me raccrocher à des propos sur la « chasse aux Roms » ; l’exercice est artificiel, surtout qu’en la matière l’ancien Maire qui avait demandé au Préfet l’expulsion de 2 squats de Roms pourrait expliquer à quel point la gestion concrète conduit à devoir gérer des réalités complexes ; à moins que là aussi les auteurs du texte n’estiment que par cette demande d’expulsion de Roms l’ex-Maire opposait les pauvres entre eux et alors on comprend mieux que c’est à lui que s’adresse la petite saillie sur l’exercice précaire de la souveraineté du peuple.

Entendons-nous bien sur un point, il est essentiel : je ne remets pas en cause le soutien de personnes à une famille sans papier. Ce que je regrette clairement, c’est la manière dont ce soutien est mené, qui ne relève pas de la solidarité mais d’autre chose, j’y reviendrai.

Mais comme je suis aussi interpellé sur mon ancienne présidence d’une association de défense des droits de l’Homme, je vais préalablement me permettre quelques remarques aussi sur ce point. D’abord, je ne ferai pas, moi, mention de quelle association il s’agit, attaché à ce vieux principe républicain de séparation pour éviter toute confusion. Quand j’ai été élu pour la 1ère fois, comme Conseiller Général, j’ai abandonné toutes mes responsabilités associatives ou syndicales, locales, départementales ou nationales. Que des militants politiques m’attaquent, c’est leur choix tactique ; le faire en citant l’association, c’est risquer de transposer la suspicion sur l’association, et c’est regrettable.

De cette expérience associative en faveur des droits de l’Homme, je me permets quand même de penser que ceux qui ont conseillé à une famille originaire d’Albanie de faire une demande d’asile, puis un appel sur un nouveau motif (la santé) avant de lancer un recours sur un nouveau sujet (la criminalité coutumière), ceux-là ont été de bien mauvais conseils. C’est le genre de dossiers impossibles que je devais gérer à l’association, où les personnes nous étaient envoyées en bout de course par des gens remplis de bons sentiments mais pas de notions de droits ; nous arrivions alors à un moment où les espoirs étaient faibles pour demeurer optimiste, mais qu’importe : les militants de l’association prenaient leurs convictions et leurs connaissances du droit et partaient s’adresser à qui de droit justement, à savoir le Préfet ! Car puisqu’on m’interpelle notamment sur ce point (décidément, qu’est-ce que je suis interpellé dans cette attaque, à croire que j’ai été au cœur de tout le système politico-associativo-institutionnel depuis des années !), je n’ai que je sache jamais fait en ma qualité de président de l’association, de courrier au Maire de l’époque pour lui demander d’intervenir hors de sa compétence ! Après on nous explique que c’est parce que tout est dans tout, l’école, le logement, le travail, les papiers,… Certes, tout est dans tout, l’être est un élément total, mais notre société, elle, fort heureusement n’est pas totalitaire, et chacun a son domaine de compétence, et donc le digne soutien à cette famille doit s’adresser à qui de droit et de compétence, à savoir le Préfet, et non pas à la Maire de Vaulx-en-Velin. La Ville agit à son niveau, et je peux d’autant plus librement le dire que nous sommes sur cette matière totalement dans la suite de ce qui a été mis en place sous l’ancienne majorité et donc nous n’avons pas à nous arroger la gloire de l’initiation de l’action, seulement de sa poursuite : Forum Réfugiés qui gère le CADA est soutenu, les enfants quelle que soit leur situation administrative sont scolarisés, un suivi a été mis en place pour les 27 familles concernées.

Car oui, en fait ce n’est pas qu’une famille qui est concernée mais 27 ! Les 26 autres ? Oubliées ! Oubliées, sauf par la Ville ! La réponse un peu légère donnée par certains soutiens ? Mais les autres on ne les connait pas ! Diantre, quel argument ! Mais encore ? Car à défaut de déjà les connaître, ils savent qu’elles existent et ils savent où les trouver. Quant à la définition de la solidarité, c’est une action collective de la société vers l’ensemble d’une catégorie en difficultés ; quand on est dans une démarche personnelle vers des individus choisis, est-on toujours dans la solidarité, ou dans quelque chose qui s’appelle la charité ? « Sauvons » une famille, c’est comme si on les sauvait toutes ? J’ai personnellement toujours la naïveté de croire qu’il faut réfléchir à des solutions globales à un problème global. J’espère que la situation de cette famille va s’améliorer, mais j’ose aussi espérer que ce sont tous les cas qui vont pouvoir être suivis et résolus positivement.

Reste le sujet originel de la polémique : je me suis permis de questionner qui portera matériellement le coût de cette charité. Et je m’exprime avec d’autant moins de tabous que les personnes au cœur de la mobilisation ont le même statut que moi et le même traitement que moi ; autant dire que je connais très bien cette situation pratique. Or, là, non contents de ne pas aller vers le bon interlocuteur, les soutiens ne se proposent pas eux de supporter matériellement leur aide à la famille : ils souhaitent que ce soit la Commune qui le fasse, donc les impôts des Vaudaises et des Vaudais, qui sont, on le sait tous, très largement assujettis à l’ISF ! La solidarité, oui, mais avec l’argent des autres ! Permettez ou ne permettez pas que je me questionne sur cette approche de la solidarité, je me questionnerai quand même !

Derrière cela se retrouve indirectement à mon sens la théorie des « nouvelles solidarités », développée au début des années 80, quand on nous expliquait que puisqu’il était impossible de taxer les plus riches qui pouvaient partir défiscaliser ailleurs, la solidarité devaient se pratiquer entre les classes populaires au sens large ; ce n’étaient plus les CSP+ qui devaient être assujettsi à un impôt de solidarité, ce devaient être les salariés qui devaient être surtaxés pour soutenir les chômeurs. En termes de rationalité dans une économie libéralisée et financiarisée, ça se conçoit, en termes de philosophie politique ça se pose là ! Or j’ai l’impression que ce cas transpose cette théorie des nouvelles solidarités : des personnes dont une bonne part n’habitent pas Vaulx-en-Velin même s’ils y travaillent et qui dans quelques jours seront en vacances et peut-être partiront se reposer ailleurs (ce en quoi ils ont parfaitement raison, la critique n’est pas là) expliquent à une population qui elle en majorité ne peut pas partir que c’est à elle d’être matériellement solidaire par le biais de son budget communal. Ce n’est même plus de la charité, c’est du patronage !

La proposition est matériellement peu perspicace (la famille est soumise à une OQTF : la loger ouvertement par la Ville de Vaulx-en-Velin, c’est indiquer aux forces de l’ordre où aller la chercher !) et moralement peu acceptable. Certaines personnes accueillent chez elles discrètement des sans papiers : je les félicite d’autant plus sincèrement que je n’ai jamais eu le courage de le faire. Je ne reproche pas à d’autres de ne pas le faire, mais je ne permettrai pas qu’on me reproche de refuser que ce soit sur leur desiderata que les impôts des Vaudais qui le fassent. Que celles et ceux qui veulent être solidaires le soient par eux et pas par les autres ! Charité bien ordonnée commence par soit même.

Et pour le reste, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer que les mêmes qui ont hurlé contre la théorie des « nouvelles solidarités » à l’échelle nationale viennent aujourd’hui publier des lettres ouvertes espérant être polémistes pour en faire l’apologie au niveau local !

Alors vraiment, je félicite celles et ceux qui s’investissent ouvertement ou discrètement pour soutenir cette famille et les autres familles dont on ne parle pas. Mais qu’ils ne se trompent pas d’interlocuteur dans leur démarche, et pour le reste qu’ils soient assurés qu’à la charité je préfère la solidarité et qu’aux nouvelles solidarités je continue à préférer la bonne vieille solidarité, celle de tous pour tous et pas celle des autres pour quelques-uns.

Et pour conclure, puisqu’il semble désormais qu’il me soit interdit par voies d’évocation publique de citer JAURES, HUGO, SAINT-JUST ou BRECHT, je vais aller chercher ma référence du côté de MARX, Groucho MARX : « De quoi qu’il s’agisse, je suis contre » !


Documents joints

PDF - 84.8 ko
PDF - 84.8 ko

Commentaires

Agenda

 

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois