Hongrie : 100 jours de protestation CONTRE le "monument de l’occupation" - conçu pour laver la Hongrie du titre du dernier allié de l’Allemagne NAZI.

mercredi 17 septembre 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 8%

Source : Notre correspondant à Budapest

22 juillet 2014

Après 100 jours de protestation, le "monument de l’occupation" - conçu pour laver la Hongrie du titre du dernier allié de l’Allemagne nazi et la montrant comme victime - est pourtant érigé.

Le gouvernement n’osait pas le compléter en plein jour : c’est en secret, pendant la nuit que les éléments principaux ont été mis en place.

Un quotidien (propriété d’un groupe proche du gouvernement) - ne voulant pas mentir, ô ! - écrit discrètement : "Hier matin, le monument enfin érigé ..." Le secrétaire d’état du premier ministre, a refusé la tâche d’inaugurer le monument, au dernier moment. »

En plus, il y a des doutes concernant la grammaire du texte en hébreux gravé sur le monument.

En hébreux, on a plusieurs expressions pour le mot "victime", et ici le traducteur a utilisé le terme qui désigne l’animal sacrifié sur l’autel.

L’autre scandale est la nomination d’un raciste comme ambassadeur de la Hongrie á Rome.

Dans les années 70 et 80, M. Péter Szentmihályi Szabó a publié des poèmes sur l’amour flamboyant qu’il sentait pour le communisme, et vingt ans plus tard, dans un article, il explique que tous ceux que ne sont pas à l’aise en Hongrie, ne sont qu’étrangers - les juifs, les Rroms, les communistes, les libéraux, les sans toits, les hommes de la finance etc. - et « ces étrangers » devraient quitter le pays au plus vite.


26juillet 2014

Une petite victoire : face à la protestation massive soutenue partout en Europe - et surtout par les journalistes italiens - M. Péter Szentmihályi Szabó, antisémite reconnu, a été retiré de la nomination au poste de l’ambassadeur á Rome !

Petite victoire, je dis, parce que je me souviens d’un numéro de cirque d’un clown de musique qui disait, souriant, chaque fois qu’un instrument lui était enlevé : "J’en ai un autre !" - et tirait un autre instrument d’une autre poche.

Pourtant, la résistance montre sa force.


7 septembre 2014

La résistance, qui s’est organisée contre le monument historique falsifiant l’histoire, se maintient, bien que le monument est déjà érigé.

Le gouvernement ne risquera pas de tenir une cérémonie pour l’inaugurer.
Des objets de la falsification s’accumulent autour du monument : souliers, bouquins, cartes d’identité, lettres, photos etc… Et des cailloux.

Un groupe pour la compréhension mutuelle s’y rassemble chaque soir pour parler, discuter, s’entendre.

Une action parmi d’autre, une grande foule chantait (21 juin) « le chœur des esclaves de Nabucco » de Verdi avec un chef d’orchestre de renommé internationalement : Iván Fischer.(voir vidéo)

« La Hongrie a dit au revoir à la démocratie »

Et tout cela dans une situation ou Orbán fait dit clairement son but : en finir complètement avec la démocratie. C’est le programme qu’il a déclaré á Tusnád (pron. touchnade), en Transylvanie.

Le nombre des citoyens qui ont quitté le pays surpasse déjá ceux qui ont émigré après la révolution de 56.

Mes amis intellectuels mettent leur confiance dans un futur lointain en disant qu’un tel régime ne peut durer pour toujours.

Notre correspondant à Budapest

Hongrie : faire oublier tout ce que les fascistes hongrois ont commis comme crimes depuis les années vingt.

25 avril 2014
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article3818


Le Mouvement Solidarité a tenu une Assemblée pour réviser son statut et élire ses responsables.

Péter Kónya et Sándor Székely sont réélus co-présidents, ainsi que János Dávid membre du présidium

Les militants viennent d’achever une action lourde : collecter des signatures de soutien pour leurs candidats aux élections municipales du 12 octobre.

Parmi les candidats de gauche il y a beaucoup de militantEs du Mouvement Solidarité.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique