Québec. Presse-toi à Gauche ! : La course folle à la résorption de la dette publique

mardi 23 septembre 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

Source : Presse toi à Gauche !

La course folle à la résorption de la dette publique L’austérité expliquée en trois graphiques : ce qu’ils nous disent, ce qu’il se passe et comment s’en sortir… par Olivier Bonfond.

JPEG - 72.3 ko

Source : La Presse CA

La catastrophe des conservatoires

Nathalie Petrowski La Presse

C’est une catastrophe, un scandale, un crime, sinon contre l’humanité, à tout le moins contre les jeunes en région.

Je parle de la fermeture appréhendée des cinq conservatoires de musique. « Appréhendée » est, au demeurant, un bien grand mot. Selon des sources, lors de la réunion du C.A. du Conservatoire, vendredi dernier à Montréal, la recommandation de fermer les cinq établissements régionaux a été adoptée.

Pas à l’unanimité. Que non ! Au moins quatre des membres du C.A. étaient directement concernés, et on imagine mal qu’ils aient pu voter pour la fermeture de leur propre établissement. Reste que la mesure en vue d’éponger le déficit accumulé de 12 millions et de rétablir l’équilibre financier du réseau a été adoptée et sera consignée dans le rapport remis à la ministre de la Culture le 30 septembre.

C’est dire qu’il reste six jours pour faire beaucoup de bruit et exercer toute la pression du monde pour que la ministre de la Culture Hélène David n’aille pas de l’avant avec les fermetures. Le cas échéant, ce sera la catastrophe.

Pour la vitalité de la vie musicale et culturelle de Saguenay, Rimouski, Val-d’Or, Gatineau et Trois-Rivières. Pour les 350 jeunes aspirants musiciens de ces régions, des plus petits aux plus grands, qui n’auront plus accès à une formation musicale de haut niveau.

Je vous rappelle qu’un musicien, qu’il soit violoniste, pianiste ou clarinettiste, se forme entre l’âge de 8 et 15 ans. S’il vit à Rimouski ou à Val-d’Or, où les deux conservatoires pourraient fermer leurs portes, il ne trouvera nulle part près de chez lui une formation de qualité et à moindre coût. Il aura alors le choix : s’expatrier ou renoncer à développer son talent.

La fermeture des conservatoires de musique en région est, je le répète, une catastrophe. Pour les régions. Pour les futures générations qui y vivent. Pour la soixantaine de profs qui vont perdre leur emploi. Pour les orchestres symphoniques locaux qui ne pourront survivre à la disparition du pôle d’attraction et de référence musicale que représente un conservatoire dans une région éloignée. Pour tous les orchestres de chambre et ensembles vocaux qui élisent domicile entre les murs des conservatoires. Pour Val-d’Or, qui vient à peine d’inaugurer un tout nouveau conservatoire, ultramoderne, dont la construction a été financée en partie par la Ville et à hauteur de 6,6 millions par le ministère des Affaires culturelles sous le gouvernement de Jean Charest.

Notez que le Conservatoire de Val-d’Or attendait ses nouveaux locaux depuis 1964, année de sa fondation par Edgard Davignon. Et un an plus tard, il faudrait maintenant qu’il ferme ses portes ?

Notez que le Conservatoire de Trois-Rivières vient lui aussi de célébrer son 50e anniversaire. Cinquante ans, ce n’est pas rien. C’est dire qu’il y a 50 ans, le Québec était assez solide, ouvert, progressiste et ambitieux pour se doter de conservatoires de musique mixtes, laïques, gratuits et éloignés de la métropole.

C’est dire qu’il y a 50 ans, le Québec avait cette force-là et cette conscience que la construction intellectuelle et l’identité des futures générations passent par une formation musicale et culturelle.

Cinquante ans plus tard, que reste-t-il de ce Québec-là ?

La conscience de l’importance de la musique et de la culture a été remplacée par une obsession nationale pour le déficit. Et au nom de cette nouvelle religion, on est prêt à tout sacrifier, tout foutre en l’air.

On se fiche éperdument du fait que ce soit les travaux de 45 millions entrepris en 2007 au Conservatoire de Montréal qui ont plongé le réseau dans le rouge. On sauve Jacques pour mieux noyer Paul. On pénalise les régions pour accommoder Montréal. On ne se pose même pas la question à savoir si la mesure est juste et équitable. On veut couper quelque part, et on le fait brutalement et sans discernement.

Pendant ce temps-là, la Suisse vient de décider par référendum d’inscrire la formation musicale dans sa Constitution. Vous avez bien lu : sa Constitution ! Dimanche, par 72 % de voix, les Suisses ont dit oui à une place de choix à la musique et au chant, oui surtout à une formation musicale encouragée dès l’enfance. En Suisse, on croit que la musique peut faire une différence dans une vie. Au Québec, on ne pense qu’à balayer la musique sous le tapis.

Le décompte est commencé. Dans exactement six jours, la ministre David va recevoir le rapport lui recommandant de fermer les conservatoires en région. Si jamais elle décidait d’aller de l’avant avec la mesure, qu’elle sache qu’elle fera reculer le Québec de 50 ans. Et qu’elle ne mérite pas le ministère qui lui a été confié.


Rimouski) L’Orchestre symphonique de l’Estuaire (OSE) a manifesté vendredi, d’une manière inédite, son opposition au projet de fermeture du Conservatoire de musique de Rimouski en jouant dehors... à l’extérieur de la salle de spectacle Telus-Desjardins, face au fleuve Saint-Laurent.
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201409/20/01-4802099-rimouski-descend-dans-la-rue-pour-defendre-son-conservatoire.php


Commentaires

Agenda

 

2017

 

 

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois