Québec 75 ans de scrutin au féminin : Dans leur combat pour obtenir le droit de vote, les suffragettes ont fait face à toutes sortes de résistances, dont celle des femmes elles-mêmes. Petit portrait des alliés et adversaires parfois insoupçonnés du droit de vote.

samedi 25 avril 2015
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 100%

Source : Le Devoir Québec

75 ans de scrutin au féminin

Quand les femmes ne voulaient pas de leur droit

25 avril 2015 |Isabelle Porter | Québec

Dans leur combat pour obtenir le droit de vote, les suffragettes ont fait face à toutes sortes de résistances, dont celle des femmes elles-mêmes. Petit portrait des alliés et adversaires parfois insoupçonnés du droit de vote.

« On a beaucoup insisté sur l’opposition des hommes à juste titre », note Denyse Baillargeon, qui enseigne l’histoire des femmes à l’Université de Montréal. « Or, on s’est beaucoup moins intéressé aux réticences de beaucoup de femmes à l’égard de l’amélioration de leurs droits. »

« Ce qui me frappe, c’est l’indifférence qu’avait à l’époque une très large proportion des femmes, voire leur opposition. […] C’est une chose sur laquelle il faudrait se pencher davantage. »

Mme Baillargeon rappelle que les Cercles de fermières avaient fait signer des pétitions contre le vote à l’époque.

« Nous affirmons que l’immense majorité des mères de famille et épouses canadiennes-françaises désapprouveront ce mouvement féministe », plaidait Rolande S.-Desilets au nom du Cercle des fermières à la fin des années 1920.

« Bien plus, elles demanderont aux autorités compétentes de mettre fin à cette agitation qui trouble la paix habituelle de certains foyers. »

Le vote des riches

Au niveau fédéral, les Canadiennes avaient pourtant le droit de vote depuis 1918.

Comment expliquer ce décalage ?

Par les curés qui recueillaient les appuis des femmes sur les perrons d’église, mais aussi par les tensions entre les classes sociales, explique Marie Lavigne, l’une des coauteures du livre de référence L’histoire des femmes au Québec.

Les suffragettes étaient perçues alors comme des « bourgeoises ». « Ce qui n’a pas aidé à cette image, c’est l’origine de Thérèse Casgrain elle-même, qui était la fille de l’homme le plus riche au Québec à l’époque  », dit-elle. Ce n’est pas pour rien que sa biographe l’a appelée la « suffragette au collier de perles ».

À l’inverse, la majorité des femmes de l’époque vivent une réalité très précaire, renchérit Denyse Baillargeon.
« Le plus gros de la lutte se déroule durant les années 1930, des années noires, de crise économique. Les femmes, surtout en milieu urbain, en arrachaient. Elles étaient probablement beaucoup plus préoccupées par la survie de leurs familles que par n’importe quelle autre question. »

Influencées par les avancées des Britanniques, les militantes anglophones du Québec, comme Carrie Derrick, ont aussi été très actives dans le mouvement pour l’obtention du droit de vote.

Or, cela peut également expliquer en partie la résistance des élites québécoises francophones à suivre.

Selon Mme Lavigne, l’opposition au droit de vote au Québec était marquée par une certaine volonté d’affirmation vis-à-vis des Britanniques et du Canada anglais. « Un député québécois était même allé dire à l’époque : “Nous ne sommes pas une province d’imitation” », rappelle-t-elle.

Pendant des décennies, le combat des femmes a été instrumentalisé par les politiciens.

Adélard Godbout lui-même avait voté contre année après année avant de finalement permettre le droit de vote en 1940 dans un contexte plus facile, note-t-elle.

On sait cependant peu de choses des hommes qui ont soutenu la lutte des femmes à l’époque. Chaque année, à partir de 1922, les suffragettes se présentaient au parlement pour réclamer le droit de vote et, chaque fois, un député relayait leur demande au Parlement, rappelle Mme Lavigne, qui a déjà présidé le Conseil du statut de la femme (CSF).

Ils s’appelaient Victor Marchand, William Tremblay ou encore Anatole Plante et représentaient pourtant le Parti libéral de Taschereau, farouchement opposé à l’amélioration des conditions de vie des femmes.

Contexte défavorable

Mais au-delà des divisions, que doit-on retenir de celles qui se sont battues pour avoir le droit de voter ?

« Ce qui est intéressant, c’est leur opiniâtreté, leur détermination. On n’insiste probablement pas assez là-dessus, croit Denyse Baillargeon. Elles ne lâchaient pas le morceau. »

Car les critiques étaient féroces et cruelles.

La commission d’enquête Dorion, qui s’était penchée sur les droits des femmes à la fin des années 1920, avait laissé entendre que les féministes avaient tout simplement mal choisi leurs maris.

« Elles sont malheureuses parce qu’elles sont mal mariées, non pas parce que la loi protège leur mari », peut-on lire dans un extrait cité dans L’histoire des femmes au Québec.

À l’époque, non seulement les femmes n’avaient pas le droit de vote, mais elles n’avaient aucun contrôle sur leur salaire lorsqu’elles travaillaient.

Elles ne pouvaient pas non plus se défendre en justice et devaient composer avec une iniquité majeure en matière d’adultère.

Ainsi, un mari pouvait exiger la séparation si sa femme le trompait, mais la femme ne pouvait l’exiger que si la maîtresse vivait… chez elle.

La plupart de ces règles ont d’ailleurs été révisées bien après l’obtention du vote, soit au début des années 1960, mais c’est une autre histoire…

Quelles résonances ces luttes peuvent-elles avoir aujourd’hui ?

Le Devoir a posé la question à la plus jeune des administratrices du Conseil du statut de la femme, Élise-Ariane Cabiral.

Âgée de 32 ans, cette résidante de Rouyn-Noranda est audiologiste, actuellement en congé de maternité. Pour elle, le rappel du 75e anniversaire du droit de vote est le prétexte à une prise de conscience.

« Ça nous paraît évident aujourd’hui que les femmes doivent avoir le droit de vote et pourtant ça ne fait pas si longtemps. »

Récemment, Mme Cabiral cosignait une lettre dans laquelle le CSF dénonçait le faible pouvoir économique des femmes au gouvernement. Les élues ne contrôlent que 9 % des portefeuilles gouvernementaux, dénonçait-on.

« La place qu’occupent les femmes n’est pas encore ce qu’elle devrait être », résume-t-elle.

Certaines mentalités restent à changer.

« Il faut travailler là-dessus. Du côté des pères, ce n’est pas encore toujours bien vu de prendre un congé parental », déplore-t-elle en insistant sur l’importance d’améliorer les mesures de conciliation travail-famille.

« Les femmes sont encore les premières à mettre leur emploi et les promotions de côté pour leur famille. C’est correct de suivre ses valeurs, mais à l’échelle de la société, ça fait que les femmes ont moins de pouvoirs dans leurs vies que les hommes. »


Commentaires

Agenda

 

2017

 

 

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois