REPAS : pratiques alternatives et solidaires

mercredi 15 février 2017
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 100%

REPAS : pratiques alternatives et solidaires

Publié le 9 février 2017 par Aurélie Edet

Le réseau d’échanges et de pratiques alternatives et solidaires (REPAS) regroupe en France des entreprises qui se reconnaissent dans le champ de l’économie alternative et solidaire. Toutes expérimentent de nouveaux rapports au travail, des comportements financiers plus éthiques et plus humains, de nouvelles relations producteurs – consommateurs et des présences engagées sur les territoires. Fondé en 1994, le réseau fédère une trentaine de structures qui interviennent dans des champs professionnels variés : agriculture, transformation de ressources locales, culture ou social.

Toutes partagent la nécessité d’échanger autour de pratiques innovantes pour donner corps à des alternatives concrètes pour un rapport au salariat et à la production émancipé des injonctions libérales. La plupart sont des coopératives et portent dans leurs organisations de travail la volonté de rompre avec les modèles de management hiérarchisés.

Parmi elles la coopérative Ardelaine figure l’un des exemples les plus connus et les plus anciens.

Le réseau fonctionne de manière informelle au gré des échanges entre ses membres, il ne compte pas de permanent et repose sur la bonne volonté et le désir de « faire ensemble » des structures qui le composent. Il privilégie les rapports directs entre ses membres fondés sur le partage d’expériences.

Le réseau organise ainsi des rencontres bisannuelles qui permettent à ses membres d’échanger autour de leurs pratiques respectives mais également de réfléchir autour de thématiques transversales : l’habitat collectif, l’articulation entre bénévolat et salariat, l’éducation populaire, la façon de convertir ses pratiques alternatives en projets politiques mais aussi et de façon très responsable des phénomènes identifiés comme des freins objectifs à l’activité et dont tous ont eu à pâtir dans leurs expériences : la question de l’argent bien sûr mais également des dérives (lorsque le projet initial est dévoyé). .

Ces rencontres sont accueillies par l’une des entreprises membres du réseau et se déroulent aux quatre coins de la France rompant ainsi avec les pratiques centralistes de nombre de réseaux militants.

Le réseau porte également une activité éditoriale pour aider à rendre publiques les expériences vécues par ses membres. La collection pratiques utopiques égrène les réflexions autour de l’éducation (notamment l’ouvrage Une Fabrique de libertés qui relate l’expérience du LAP, le Lycée autogéré de Paris), de l’histoire ( avec l’évocation de Godin aux prémices de l’économie sociale avec le Familistère de Guise) et des pratiques de l’autogestion de manière plus globale en rassemblant des témoignages directs sur des « pratiques utopiques » contemporaines telles que celles d’Ardelaine, d’Ambiance bois, de Télé Millevaches… Les titres sont régulièrement remis à jour et font l’objet de rééditions.

Le réseau s’est engagé depuis deux ans dans une démarche inédite de compagnonnage. Une réflexion entamée en marge des échanges du réseau sur le recrutement des salariés dans les structures et face à de nombreuses sollicitations d’étudiants ou d’institutions a abouti au début des années 2000 à la mise en place de ce dispositif. Il a pour vocation d’ouvrir le réseau à des personnes qui souhaitent mûrir un projet ou simplement s’évaluer au contact de la réalité et de l’expérience d’autres qui ont fait le chemin avant eux. Le principe est d’ouvrir les lieux de travail à ces personnes et de mutualiser leur accompagnement dans le cadre d’un comité de pilotage.

JPEG - 11.2 ko

En 2000, le Secrétariat d’État à l’Économie Solidaire a sélectionné cette action dans le cadre d’un « appel à projets », et apporte depuis son soutien financier aux cotés des deux Régions Limousin et Rhône-Alpes, sans que des critères d’âge, de diplôme ou de situation sociale soient imposés. Il y a eu 19 compagnonnages de 1997 à 2015 qui ont permis d’accueillir plus de 300 compagnons.

Concrètement Ce compagnonnage est conçu comme une sorte de « tour de France » dans les entreprises du réseau REPAS, destiné non à apprendre un métier mais à transmettre des valeurs au cours du projet coopératif. Il alterne immersions individuelles en entreprises et expériences d’actions collectives entre compagnons. Des regroupements réguliers formalisent des temps d’échanges, de bilans, de chantiers et de réflexion.

Les entreprises du Réseau REPAS

ARDELAINE – Ardèche – www.ardelaine.fr

ARDELAINE – Drôme et ASSOCIATION LE MAT – Drôme –http://lemat.hotglue.me

AMBIANCE BOIS – Creuse – www.ambiance-bois.com

LA FRENAIE – Deux Sèvres – http://lafrenaie.org

GAEC CHAMPS LIBRES – Hte Vienne

SCEA FERME DU VIEL AUDON Ardèche

LE BATTEMENT D’AILES – Corrèze – www.lebattementdailes.org

LE MAT – Ardèche – www.levielaudon.org

LE MONDE ALLANT VERS – Haute-Vienne – www.lemondeallantvers.org

COURT-CIRCUIT – Creuse – www.court-circuit-felletin.org

LE CHAMP COMMUN Morbihan – www.lechampcommun.fr

LE BATELEUR Ardèche – www.le-bateleur.org

GARZA LOCA – Aveyron – https://garzaloca.wordpress.com

LA FERME DE CHALONNE – Isère

LA MIJOTE-SAINT FRANC – Savoie

LA CONQUÊTE DU PAIN – Seine-Saint-Denis – https://laconquetedupainmontreuil.wordpress.com

LA FERME DE LA BATAILLEUSE – Doubs – www.claj-batailleuse.com

LE TRI-CYCLE ENCHANTÉ – Dordogne – www.tri-cycle.org

GAEC RADIS ET CO – Mayenne – http://radis.et.compagnie.free.fr

LA COOPÉRATIVE PAYSANNE DE BELÊTRE – Indre et Loire


Commentaires