« Refusant de parler d’alliances, le chef du parti antiaustérité, Pablo Iglesias, a insisté pour que le nouveau parlement, qui prendra ses fonctions le 13 janvier, s’occupe en priorité des déshérités. » « Podemos déposera à l’ouverture de la session parlementaire, une loi « d’urgence sociale ». »

mercredi 30 décembre 2015
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

Source : Le Devoir
Espagne

Podemos refuse de céder au compromis

29 décembre 2015 | Patrick Rahir - Agence France-Presse - à Madrid | Europe
La formation de gauche radicale Podemos a renvoyé dos à dos lundi les autres partis espagnols, bloquant pour l’instant toute perspective de formation d’un gouvernement après les élections législatives qui ont laissé un parlement fragmenté.

Refusant de parler d’alliances, le chef du parti antiaustérité, Pablo Iglesias, a insisté pour que le nouveau parlement, qui prendra ses fonctions le 13 janvier, s’occupe en priorité des déshérités.

JPEG - 27.3 ko

Il a annoncé avoir exposé aux différents partis une proposition de loi « d’urgence sociale », que Podemos déposera à l’ouverture de la session parlementaire. Elle vise à éviter que des citoyens se retrouvent sans chauffage ou sans électricité, que des familles soient expulsées sans logement alternatif, ou que des retraités soient incapables de payer leurs médicaments.

« Il y a des Espagnols qui ne peuvent pas attendre », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse après une longue rencontre avec le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy.

Celui-ci, qui avec 123 sièges au Parlement est loin de la majorité absolue de 176, tente de former un gouvernement minoritaire. Podemos, troisième force politique avec 69 sièges, ne veut pas en entendre parler.

La seule solution pour M. Rajoy serait d’obtenir que le Parti socialiste(PSOE), arrivé deuxième avec 90 sièges, s’abstienne lors du vote d’investiture, comme les libéraux de Ciudadanos ont accepté de le faire. Cependant, le PSOE lui a opposé une nouvelle fois lundi son refus catégorique.

Le chef du PSOE, Pedro Sanchez, voudrait former une coalition de gauche, avec Podemos. Mais il a exigé que Pablo Iglesias abandonne sa proposition de référendum sur l’indépendance de la Catalogne souhaité par une majorité des Catalans. M. Iglesias lui a opposé une fin de non-recevoir.

JPEG - 41.4 ko

Résultats Congrès
Parti populaire : 28,72% (123 s) (-63)
PSOE : 22,01% (90s) (-20) Le pire score depuis la transition
Podemos : 20,66% (69s) pénalisé par le mode de scrutin proportionnel par province
Ciudadanos : 13,93% (40s)
ERC (Gauche républicaine de Catalogne) : 2,4% (9s)
DL (Democràcia i Llibertat –ex Convergencia – nationalistes de centre-droit) : 2,26% (8s)
PNV (Parti nationaliste basque –centre-droit) : 1,21% (6s)
Unidad Popular –Izquierda unida : 3,67% (2s) obtenus à Madrid
EH-Bildu (Gauche nationaliste abertzale) : 0,88% (2s) -7
Coalition canarienne : 0,31% (1s)

Résultats au Sénat
Le PP remporte 124 sièges (-12), le PSOE 47 (-1), Podemos 16, ERC 6, DL 6, PNV 6, CCA-PNC 1


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123