LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA SANTÉ DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS

mardi 23 février 2016
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

LES ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA SANTÉ DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS POUR NE PLUS PERDRE SA VIE À LA GAGNER !

Nous sommes confronté-e-s à des organisations du travail de plus en plus violentes et à des employeurs qui nient ou banalisent les dégâts humains engendrés, quand ils ne les mettent pas dans la balance du chantage à l’emploi. Combien de nouvelles victimes des produits toxiques inhalés au travail ? Combien d’apprentis, d’intérimaires ou de salarié-e-s sous-traitant-e-s soumi-se-s à des travaux dangereux, dans l’indifférence du donneur d’ordres ?

Combien de pathologies générées par des travaux de nuit injustifiés ? Jusqu’où iront l’accélération des rythmes et la réduction des marges de manœuvre des travailleur-se-s, et qui peut espérer échapper aux troubles musculo-squelettiques, aux atteintes à la santé mentale qui en découlent ?

Où s’arrêtera le mépris des directions pour la réalité de notre travail, de son sens, et de ses
conditions de réalisation ?

L’année 2015 est marquée par l’accélération des attaques contre les droits des travailleur-se-s sur le champ de la santé au travail avec l’adoption notamment de la loi Rebsamen. Cette remise en cause des Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) intervient après d’autres réformes visant à affaiblir le pouvoir d’intervention de la médecine du travail et de l’inspection du travail.

Plus récemment encore, c’est l’annonce par le gouvernement, à la suite du rapport Combrexelle, d’un projet de loi visant à la refonte complète du code du travail.
L’objectif est manifestement, sous couvert de pseudo négociation, de réduire les obligations
des employeurs notamment sur le champ de la santé et de la sécurité.

Qui en parle, qui dénonce, qui alerte ? Certainement pas les médias dominants. Quant au
gouvernement, son principal objectif semble être de faire taire les acteurs qui ont pour mission de préserver la santé des travailleur-se-s. Pendant que des campagnes de santé publique nous incitent à bouger, manger des légumes ou arrêter de fumer, l’État contribue à rendre invisibles les dégâts de l’exploitation salariale. Tout est fait pour que la santé au travail ne soit pas ce qu’elle est : une question politique.

Pourtant, sur le terrain, les batailles continuent. Travailleur-se-s, militant-e-s syndica-les-ux, élu-e-s du CHSCT, médecins et inspecteur-rice-s du travail, avocat(e)s, intervenant(e)s auprès des CHSCT et bien d’autres, nous luttons, au quotidien, pour tenter d’empêcher la casse, améliorer les conditions et gagner de nouveaux droits. Nous avons besoin d’unir nos forces, de partager nos connaissances, nos pratiques, nos luttes et nos victoires.


Documents joints

PDF - 325.3 ko
PDF - 325.3 ko
PDF - 357.6 ko
PDF - 357.6 ko
PDF - 34.5 ko
PDF - 34.5 ko

Commentaires

Agenda

 

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301