Pologne : Grève des enseignants, 17ème jour.

mercredi 24 avril 2019
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 38%

Peu d’informations sont diffusées sur la grève des enseignantEs en Pologne, dans les « médias » français.

Notre site « On vauxl mieux que ça » essaye au mieux, avec de petits moyens de vous informer sur cette grève exceptionnelle.


Source : Gazeta Wyborcza (des brèves)
Nouvelles de Katowice

Grève des enseignants. 17ème jour


Mercredi 24 avril 11h30

• Marche pour la défense de l’école polonaise. "Nous sommes avec les petits-enfants pour leur montrer ce qu’est la lutte pour la dignité"

La manifestation est partie ce mercredi matin du rond-point Dmowski en direction du centre de la ville…aux cris « Nous sommes ensemble ! », « Nous pouvons le faire ! »


Mercredi 24 avril 11h13

• Des enseignants d’Olsztyn et des environs lancent un appel : "N’abandonnons pas la grève"

Près de 80 représentants des comités de grève de Warmie et de Mazurie ont pris part à une réunion organisée par la section d’Olsztyn du Syndicat des enseignants polonais. Les pédagogues veulent faire la grève.


Notre journaliste Zuzanna Bukłaha rend compte de la manifestation à Varsovie.

À 9h40, la foule est arrivée au Sejm. - Liberté, dignité, éducation - ont-ils crié en s’approchant du bâtiment de la rue Wiejska. Des professeurs et des professeurs de l’école spéciale n ° 177 de Varsovie sont apparus sur la scène. Ils ont fait une chanson de grève. - C’est plutôt un chant, parce que le gouvernement ne comprend pas les longues phrases, a dit l’un d’eux depuis la scène. Dawid Kacprzyk, le plus jeune conseiller municipal de Varsovie, qui s’est chargé de l’organisation de cette marche, ainsi que du concert :
- Nous nous réunissons aujourd’hui dans un lieu unique où sont prises les décisions concernant notre pays. Certains disent que les enseignants ne travaillent pas pour des idées. Ce n’est pas vrai, car s’ils ne travaillaient pas pour cette idée, ils ne seraient pas des enseignants - a déclaré Kacprzyk.
Et il a appelé à une minute de silence pour l’éducation polonaise.

Enseignant retraité de Varsovie : - Nous sommes venus avec nos petits-enfants pour leur montrer ce qu’est la lutte pour la dignité. Nos pensions ne changeront rien, mais cela affectera peut-être leur avenir. - Quelles pensions ? - Je demande. - moins de 2 000 PLN. ...

La foule a quitté le Sejm au ministère de l’Education nationale à Al. Szucha.

Vingt minutes plus tard, avec le slogan : "Nous voulons un dialogue, pas un monologue ? les manifestants se sont rendus au ministère, où des représentants des écoles primaires et postsecondaires, des conseils de grève des jeunes, du Syndicat des enseignants polonais et des travailleurs non-mondiaux sont apparus sur les lieux, entre autres Zofia Sołtys, Ewa Juszczak, Halina Zajączkowska et Agata Kowalczyk, qui représentent des enseignants de petites villes. Marcin, un professeur d’histoire d’un village de Mazovie : - Nous sommes venus hier avec un groupe d’enseignants pour la première manifestation et avons décidé de rester pour aujourd’hui. Ce n’est pas facile, car nous voulons vraiment retourner au travail et apprendre. Nous voulons faire appel au gouvernement pour qu’il nous laisse faire. Mais s’il ne le permet pas, qu’il assume la responsabilité du chaos qu’il a créé.
• 10h35 Fot. Jedrzej Nowicki / Agencja Gazeta


Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois