20e vendredi de mobilisation et 5 juillet : Les Algériens se réapproprient leur histoire

dimanche 7 juillet 2019
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 19%

Source : El Watan.com

20e vendredi de mobilisation et 5 juillet : Les Algériens se réapproprient leur histoire

Exceptionnel ce 20e vendredi de manifestation pour un changement radical du système politique. Sortis massivement dans la rue, les Algériens se sont réappropriés l’histoire de leur pays en ce 5 Juillet, Fête de l’indépendance de l’Algérie.

Signifiant clairement leur rejet de ce système mis en place depuis 1962, les manifestants, drapés de l’emblème national, ont rendu un vibrant hommage aux martyrs qui ont sacrifié leur vie pour libérer le pays du joug colonial.

Par des slogans fort résonnants dans les boulevards et les rues de toutes les grandes villes du pays, les manifestants ont exprimé leur détermination à poursuivre le combat pour une « Algérie libre et démocratique », telle que rêvée par les martyrs.

Drapeaux, pancartes et banderoles à l’effigie de figures historiques, chants patriotiques, les Algériens ont célébré, comme cela n’a jamais été fait, cette date historique en réclamant haut et fort une nouvelle République et un Etat de droit.

Si des figures de héros de la Révolution ont toujours été présentes dans les manifestations depuis le début du hirak, le 22 février dernier, jamais les rues de la capitale n’ont été auréolées par autant d’images de figures emblématiques de la Guerre de Libération nationale.

Certaines icônes de la Révolution encore en vie, qui n’ont d’ailleurs raté aucune marche, ont été au rendez-vous pour le changement, à l’instar de la légende vivante Djamila Bouhired, de Zohra Drif-Bitat, de la sœur de Larbi Ben M’hidi ou de Lakhdar Bouregaâ, avant son arrestation et incarcération à la prison d’El Harrach.

D’ailleurs, les manifestants, toujours à jour dans leurs slogans, ont fortement réclamé la libération du moudjahid Bouregaâ durant cette 20e manifestation.

« Libérez l’Algérie, libérez Bouregaâ », exigeaient de nombreux manifestants à Alger et dans d’autres villes.

D’autres scandaient « Ya Amirouche, ya Lhouaes, Bouregaâ mesdjoun f El Harrach » (Amirouche, Si El Haoues, sachez que Bouregaâ est en prison à El Harrach).

Une façon pour ces manifestants de dénoncer l’arrestation de ce moudjahid, commandant de la Wilaya IV historique, à la veille de la Fête de l’indépendance.

Des manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles ils glorifiaient les martyrs.

Comme par exemple, ce jeune qui a arboré une pancarte à l’effigie de Abane Ramdane et de Larbi Ben M’hidi sur laquelle est écrit « Vos successeurs vous disent, il y a un seul héros, le peuple ».

Dans les rues d’Alger, de nombreuses pancartes étaient hier à l’effigie de Zighout Youcef, de Hassiba Ben Bouali, de Didouche Mourad, de Krim Belkacem, de Si El Haoues, de Ali La Pointe, de Mustapha Ben Boulaïd, de Mohamed Boudiaf, de Hocine Aït Ahmed, Benyoucef Benkheda, de Mustapha Lachref, Colonel Amirouche, du Colonel Mohand Oulhadj ou encore du Colonel Mohamedi Al Saïd.

Souvent, les manifestants associaient les images des martyrs à des slogans relatifs à leurs exigences politiques et leur vision de sortie de crise, en partant notamment de l’application de l’article 7 de la Constitution, qui parle du peuple comme seule source de pouvoir et comme unique détenteur de la souveraineté nationale.

Certains aussi évoquaient l’Assemblée constituante en rappelant celle que des grandes figures historiques voulaient faire au lendemain de l’Indépendance sans y être parvenu.

Tout au long de cette 20e manifestation, nombreux ont été les slogans qui renvoyaient à la Guerre de Libération.

Les Algériens ont ainsi marqué cette date historique à leur manière, en lui donnant un sens politique, loin de tout folklore. Ainsi donc, l’ombre des martyrs a fortement plané sur ce 20e vendredi de manifestation.


Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois