Comment l’État a laissé tomber son usine de production de masques, l’une des plus importantes au monde

mercredi 15 avril 2020
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 14%

Source Basta/Politis
Gâchis industriel

Comment l’État a laissé tomber son usine de production de masques, l’une des plus importantes au monde

par Nadia Sweeny (Politis) 14 avril 2020

Le gouvernement prétend qu’il était impossible de prévoir le besoin en masques. C’est faux. Pour parer au risque de pandémie, une usine bretonne, près de Saint-Brieuc, était chargée de produire des dizaines de millions de masques FFP2. Abandonnée sous le quinquennat Hollande, l’usine est définitivement fermée en 2018. Ses machines sont vendues au prix de la ferraille, puis détruites.

« Il ne reste que les murs : tout a été détruit », souffle un ancien salarié de l’usine de Plaintel en Côtes-d’Armor. Avec sa production montée à 200 millions de masques FFP2 [1] par an, destinée à l’État français, « on était le plus gros producteur d’Europe », affirme-t-il. L’usine a fermé ses portes en 2018. Aujourd’hui, face au nouveau coronavirus, la France manque de masques.

C’est en catastrophe qu’Emmanuel Macron annonce l’augmentation de la production française de 15 à 40 millions (chirurgicaux et FFP2) d’ici au mois de mai.

Mais l’immense majorité des stocks – 2 milliards – doit en fait arriver de Chine, « par pont aérien d’ici la fin juin », selon le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

La France est dépendante des aléas du marché mondial en crise. « On ne peut pas demander aux gens de l’avoir prévu il y a dix ans », a lancé le président de la République, agacé par les critiques. Et pourtant, l’État l’avait prévu. Il y a quinze ans.

Un État stratège

Dès 2003 et l’épidémie de Sras en Asie, le gouvernement français réfléchit à une stratégie de production de masques sur le territoire national.

« À cette époque, nous étions le seul fabricant français et j’ai été contacté pour réfléchir à cette stratégie », se souvient Roland Fangeat, ancien président de la division respiratoire du groupe français Bacou-Dalloz, propriétaire de l’usine de Plaintel, en Bretagne.

En 2005, alors que le virus H5N1 menace le pays, la dépendance de la France à la production étrangère et aux risques de ruptures d’approvisionnement en cas de pandémie mondiale est au cœur des préoccupations.

« Les Chinois ont été très clairs avec nous : s’ils étaient touchés, ils produiraient pour eux-mêmes d’abord : ce qui est logique », se souvient Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé (gouvernement Villepin).

Au cours d’une mission d’information de l’Assemblée nationale sur les mesures préventives face à cette grippe A, Gérard Dumont, haut fonctionnaire au ministère de la Santé en charge de la question des masques, pointe l’urgence : « En cas d’événements infectieux graves à l’échelle mondiale, les exportations s’arrêteront.
Il faut mettre en place une industrie française du masque ! », clame-t-il alors.

Problème : avant cette date, « il n’y avait pas réellement d’industrie du masque en France, admet Didier Houssin, directeur général de la Santé à l’époque. Alors, avec Bercy, on a lancé des marchés publics pour donner naissance à cette industrie. On était dans un esprit de stock de défense ».

Une logistique d’arsenal militaire.

La première commande est confiée à sept prestataires dont une seule entreprise française : Bacou-Dalloz, devenu par la suite Sperian, et son usine à Plaintel, pour 12 millions de masques. Puis, l’État demande aux industries nationales d’augmenter leur capacité de production.

Une industrie dédiée « à la protection des personnes particulièrement exposées »
Roland Fangeat interroge les députés : « Que se passera-t-il dans deux ou trois ans, quand nous aurons une capacité de production de 200 millions [de masques par an], alors que le marché n’absorbera plus que 60 millions ? »

En décembre 2005, le gouvernement signe un contrat avec le groupe ainsi que quatre autres partenaires français comme Paul Boyé, aujourd’hui prié de refabriquer en catastrophe des FFP2.

Objectif : « installer sur le territoire national des ateliers de production de masques FFP2 », à 35 centimes l’unité, prix fixe. Le protocole d’accord signé par Xavier Bertrand fait presque office de délégation de service public.

« Devant le risque avéré de survenue d’une pandémie grippale, le gouvernement a décidé la constitution des stocks d’équipements nécessaires à la protection des personnes particulièrement exposées de par leur profession, au premier rang desquels les professionnels de santé », est-il indiqué en préambule du contrat, que Politis s’est procuré.

Il spécifie que « cela exclut de dépendre exclusivement d’importations qui se trouveraient interrompues dans un contexte de pandémie ».

Source : Politis

Dans ce contrat, l’entreprise est aussi tenue d’organiser la filière d’approvisionnement et de maintenir un stock « tampon » pour le besoin de la nation.

En cas de nécessité, l’ensemble de sa production est dévolu aux besoins de la France.

En échange de quoi, l’État s’engage noir sur blanc à maintenir des commandes.

Cinq sont passées entre 2006 et 2008 à l’usine de Plaintel, pour un total de 200 millions de masques FFP2.

« La France avait la capacité d’un tiers de la production mondiale ! », clame Xavier Bertrand.

Pour cela, « nous avons construit une extension de l’usine, qui nous a demandé entre 7 et 10 millions d’euros d’investissement », se souvient Roland Fangeat. De nouvelles machines sont acquises. « Des machines neuves et modernes mais qui ne fabriquent qu’un seul produit : des masques “pandémiques” pliables », explique un ancien salarié de l’usine.

La question du renouvellement des stocks stratégiques

Jusqu’en 2010, l’entreprise tourne bien, malgré les premiers questionnements autour des dates de péremption des masques.

Dès 2008, Roland Fangeat fait des propositions au ministère : tester les stocks pour repousser les dates, ou encore dévaluer leur protection afin d’en faire des masques FFP1.

« On a porté la date de péremption de 3 à 5 ans », confirme un administratif au cœur des rouages. Lorsqu’en 2010 la multinationale américaine Honeywell rachète Sperian, l’usine est quasiment totalement dévolue au contrat d’État.

« La dernière livraison faite au gouvernement a lieu en septembre 2010, quelques semaines avant l’arrivée d’Honeywell, se souvient un ouvrier. On pensait tous que ce contrat allait perdurer. »
Le protocole signé en 2005 était d’une durée de 5 ans mais mentionnait à l’article 11 que « l’État assurera le renouvellement de son stock arrivé à péremption ». Il ne l’a jamais fait.

Pourtant, les services de Xavier Bertrand, qui reprennent la main fin 2010 après le passage de Roselyne Bachelot [2], maintiennent leur cap, malgré la polémique autour du surplus de vaccins achetés contre la grippe A H1N1.

Dans une note interne de juillet 2011 que Politis s’est procurée, le ministère de la Santé envisage « un lissage du renouvellement des stocks stratégiques par 25 % » des masques, soit la mise en place d’un stock tournant, « impliquant la libération (par exemple vers les hôpitaux pour l’usage en soins courants) et la reconstitution régulière d’une partie du stock et ce, compte tenu des durées de péremption de ces masques », selon ce que recommandait encore le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) le 1er juillet 2011. Mais, pour l’année 2012, ce renouvellement « ne semble pas justifié », est-il inscrit dans la note interne : avec 600 millions de FFP2 et 800 millions de chirurgicaux – soit 1,4 milliard de masques en stock –, il y a de quoi voir venir. En revanche, le ministère précise son souhait d’inscrire ce renouvellement dans le projet de Loi de finances 2013.

Toute la séquence que vit la France depuis janvier avait été anticipée

En 2012, changement de majorité : dans le gouvernement Ayrault, c’est Marisol Touraine qui occupe le ministère de la Santé.

Les stocks stratégiques, notamment des FFP2, s’érodent.

Dans Le Parisien du 22 mars dernier, la socialiste, devenue proche d’Emmanuel Macron, réfute cette responsabilité : « Le Haut Conseil de santé publique avait mis la priorité sur les masques chirurgicaux [dans son rapport en 2011, NDLR] », clame-t-elle.

Or non seulement le HCSP préconisait à l’État de continuer de stocker des FFP2 pour les personnels au contact des malades, mais en plus, il précisait lesquels : « Le masque “à plis” dont les propriétés d’adhésion au visage sont supérieures à celles des masques de type “coquille dure” ou “bec de canard”. » Soit exactement le produit fabriqué par l’usine de Plaintel.

Dans ce rapport, le HCSP recommande aussi « d’évaluer auprès des fabricants les capacités de fabrication et d’approvisionnement en période épidémique, dans un contexte où la demande internationale pourrait être élevée », afin de « définir une durée minimale que le stock permanent devra couvrir en attente d’approvisionnement complémentaire ». En d’autres termes, de maintenir une stratégie industrielle française. Toute la séquence que vit la France depuis janvier avait donc été anticipée.

Olivier Véran, ministre de la Santé, omet lui aussi ces éléments lorsqu’il clame, le 3 mars à l’Assemblée nationale, qu’« en 2011 il a été déterminé que la France n’avait pas à faire de stocks d’État des fameux masques FFP2 », et que « ce qui n’avait peut-être pas été anticipé, c’est que parfois les crises sanitaires pouvaient engendrer des crises industrielles ».


Ancien socialiste, il défend Marisol Touraine, avec qui il a collaboré par le passé.

Autour d’Emmanuel Macron, nombreux sont d’ailleurs issus de l’ancien cabinet de la ministre : Benjamin Griveaux, Gabriel Attal, mais aussi Benoît Vallet – directeur général de la Santé en 2013, aujourd’hui en mission pour l’AP-HP sur le Covid-19 – ou encore Jérôme Salomon, l’actuel directeur général de la Santé, qui en 2013 était conseiller de Touraine en charge de la sécurité sanitaire… Ont-ils oublié que cette crise industrielle avait tellement été anticipée qu’elle a justifié des mesures d’urgence au sein des premiers plans grippaux ?

Une usine progressivement abandonnée

Dans les deux premières variantes de ce plan d’action national – datées de 2007 et 2009 –, « la constitution de stocks nationaux de produits de santé et de matériels de protection », accompagnée du « renforcement des capacités de production de masques par l’industrie française », apparaît dans les mesures d’urgence.

Puis elles disparaissent de la version élaborée en 2011 sous Xavier Bertrand, et sur laquelle le gouvernement s’appuie encore aujourd’hui. « Le plan grippal était une boîte à outils complète et détaillée.

En 2011, les équipes ont voulu le simplifier, mais la logique industrielle était toujours présente dans notre stratégie », se défend un membre de l’équipe ministérielle de l’époque.

Pour lui, le réel changement de doctrine arrive avec l’équipe Touraine.

« Quand on est partis en 2012, il y avait 1,4 milliard de masques, dont 600 millions de FPP2. Huit ans plus tard : le plan grippal – censé être mis à jour tous les deux ans – est toujours le même et il n’y a que 145 millions de masques chirurgicaux et aucun FFP2 ! » Un scandale « qui risque d’avoir la portée du sang contaminé », prédit-il.

« La question devra se régler devant une commission d’enquête parlementaire », plaide pour sa part Xavier Bertrand, qui affirme que « le secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale [SGDSN, rattaché au Premier ministre, NDLR] avait aussi repris la main sur cette question stratégique » après son départ du ministère de la Santé.

Quoi qu’il en soit, dès 2013, le stock des FFP2 est mis sous la responsabilité des employeurs des soignants.

« Mais personne n’a vérifié ces stocks, regrette Roland Fangeat. À partir de là, il n’y a plus eu de commandes et l’usine de Plaintel a progressivement chuté. On était en surcapacité, ça nous a mis dedans. On n’avait pourtant pas besoin de fonctionner à plein pour survivre, mais le groupe américain ne s’est pas défendu. »

Dès 2011, Honeywell licencie 43 salariés sur 130. Telle une allégorie de la nouvelle stratégie étatique, le géant américain impose à son usine bretonne une « politique du zéro stock » : « Avant leur arrivée, on avait une marge de stocks de matière première, explique un ancien ouvrier. Honeywell nous a imposé de rendre nos stocks proportionnels à notre production.

On est passé d’une visibilité de deux mois à quatre semaines. On n’a plus été en capacité de répondre aux grosses commandes soudaines qu’on devait honorer rapidement. Et puis moins on produit, moins on stocke… C’est un cercle vicieux. » La stratégie du « flux tendu » fait perdre des clients à l’usine. Les plans sociaux s’enchaînent alors que le groupe fait des bénéfices et profite des aides de l’État français, comme le CICE.

« Les ordonnances Macron nous ont achevés »

Puis, viennent les ordonnances Macron.

Les salariés se souviennent : « Avec le plafonnement des indemnités prud’homales et la réduction de l’analyse de la santé économique d’une entreprise à un site national et non plus au groupe, les ordonnances Macron nous ont achevés. »

Certains écrivent quand même au président de la République, mais rien n’y fait : en 2018, l’usine ferme ses portes.

Pire : les machines dévolues au stock étatique, dont certaines étaient quasi neuves, sont vendues au prix de la ferraille, puis détruites. L’industrie française du masque FFP2 perd l’un de ses plus gros producteurs.

Plus cynique encore : à l’heure de la pandémie du Covid-19, le groupe Honeywell rouvre une usine à Rhode Island, aux États-Unis, pour subvenir aux besoins américains, avec les mêmes masques que ceux fabriqués à Plaintel. Pour Roland Fangeat, « avec les autres entreprises impliquées, et le maintien de la stratégie de stock de sécurité géré par l’État, nous aurions pu subvenir aux besoins de la demande française aujourd’hui. » Mais la logique du flux tendu à l’américaine a écrasé une vieille sagesse politique française : « Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte. »

Nadia Sweeny (Politis)
Photo : © Anne Paq / Un message politique collé sur un poster contre le coronavirus COVID-19, Aubervilliers, 3 avril 2020.

Mise à jour : Depuis quelques jours, des collectivités locales, notamment la région Bretagne et le Conseil départemental des Côtes d’Armor, travaillent avec d’autres partenaires et avec l’ancien directeur du site, à un projet de relance. Celui-ci pourrait prendre la forme d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Mais la relance de l’activité ne se ferait pas avant un an.

Cet article a été initialement publié par Politis le 3 avril 2020 et actualisé. Pendant toute la durée de la crise du coronavirus, les rédactions de Basta ! et Politis se coordonnent pour couvrir les événements et proposer une information indépendante sur la pandémie.

Notes
[1] Masque filtrant destiné à protéger le porteur d’une contamination extérieure, contrairement au masque chirurgical, anti-projection, qui protège l’extérieur des émanations du porteur.
[2] Xavier Bertrand a été ministre de la santé en 2005-2007 (gouvernement Villepin, sous Chirac). Il y est revenu à la fin du quinquennat Sarkozy (gouvernement Fillon), en 2010-2012. Entretemps, le portefeuille a été tenu par Roselyne Bachelot en (2007-2010).
Soutenez une information indépendante
https://www.bastamag.net/don


Commentaires

Agenda

 

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois