Au nom du Covid-19, les lobbies s’attaquent aux règles environnementales

mercredi 6 mai 2020
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 11%

Source : Reporterre

Au nom du Covid-19, les lobbies s’attaquent aux règles environnementales

6 mai 2020 / Gaspard d’Allens (Reporterre)

Patronat, automobile, agro-industrie, aviation, plastique… tout ce que l’Union européenne compte comme lobby productiviste fait front commun contre les mesures environnementales. Au nom de la survie de l’économie, menacée par la pandémie de Covid-19. Reporterre le raconte.

Face à la crise, « l’environnement, ça commence à bien faire ». En écho à la célèbre formule de Nicolas Sarkozy en 2010, des lobbies industriels se démènent aujourd’hui pour faire reculer les normes environnementales. En plein confinement, ils susurrent à l’oreille du pouvoir que le monde d’après doit continuer à tourner comme avant. « Business as usual », sans contrainte.

Les constructeurs automobiles, le secteur aérien, la filière agroalimentaire, les industriels du plastique…

Tous profitent de cette période pour avancer leurs revendications et obtenir l’attention des gouvernants et de la Commission européenne.

Ils exigent des reports, des moratoires, des annulations de taxes ou de mesures jugées trop coercitives et hostiles à la relance économique.

En ligne de mire ?

Les objectifs de réduction des émissions carbone, le Pacte vert et la Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne, mais aussi en France la loi Mobilité, la loi Économie circulaire et la loi Climat.

« En ce moment, les lobbies mènent une bataille idéologique. Ils défendent leur terrain comme s’ils étaient dans des tranchées, dit, à Reporterre Maxime Combes, porte-parole d’Attac. Ils ne veulent pas reculer d’un iota et cherchent à maintenir leur pouvoir d’influence sur la fabrique de la loi. »

Un courrier du Centre patronal, l’équivalent suisse du Medef, résume bien l’inquiétude des grands patrons :

Il faudrait éviter que certaines personnes soient tentées de s’habituer à la situation actuelle, voire de se laisser séduire par ses apparences insidieuses : beaucoup moins de circulation sur les routes, un ciel déserté par le trafic aérien, moins de bruit et d’agitation, le retour à une vie simple et à un commerce local, la fin de la société de consommation (…) Il est indispensable que l’activité économique reprenne rapidement et pleinement ses droits. »

Dès mi-mars, l’offensive était lancée.

Reporterre revient sur cette séquence de lobbying intense, secteur par secteur, et les lettres écrites par les industriels pour influer les politiques environnementales européenne et française.

Alors que plusieurs échéances approchent — comme la ratification du Pacte vert en Europe — l’addition de ces demandes pourrait avoir des effets nuisibles pour l’environnement.

Rien qu’en France, les grandes entreprises ont déjà obtenu 20 milliards d’euros d’aides sans sérieuse contrepartie environnementale.

Le 22 mars, le Premier ministre a également créé un comité chargé d’évaluer les mesures de soutien financier aux entreprises confrontées à la pandémie. Parmi ses membres, on retrouve le Medef mais aucun syndicat ni ONG. Pour Greenpeace, « il est grand temps de mettre en place des mesures de distanciation sociale entre le gouvernement et le patronat ».


Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.
Soutenir Reporterre


Source : Gaspard d’Allens pour Reporterre
Photos :
. autoroute : © Loup Espargilière/Reporterre
. marche : © Éric Coquelin sur Facebook
. avion : Pixabay (CC0)


Commentaires

Agenda

 

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234