Caspe 1936 : quand l’anarchisme espagnol reproduit la révolution libertaire ukrainienne

mardi 17 mai 2022
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 14%

Source : L’association Autogestion

Caspe 1936 : quand l’anarchisme espagnol reproduit la révolution libertaire ukrainienne

Auteur : Eduardo Bayona | 21 Avr 2022 | Archives et mémoires

Le Conseil d’Aragon, la structure étatique qui a géré pendant dix mois la moitié orientale de l’actuelle communauté pendant la guerre civile, s’est directement inspiré de l’expérience anarchiste de la Makhnovtchina, les territoires entre la Crimée et le Dombas dont l’autonomie insurrectionnelle a été défendue pendant deux ans par l’Armée noire de Nestor Makhno.

Publication in Público, Saragosse 13/03/2022, Eduardo Bayona

« J’espère que, le moment venu, vous ferez mieux que nous. Makhno n’a jamais refusé un combat ; si je suis encore en vie lorsque le vôtre commencera, alors je serai un combattant comme les autres« .

Nestor Makhno s’est adressé à Bonaventure Durruti, qui l’avait auparavant salué en ces termes : « Nous venons saluer en votre personne tous les révolutionnaires qui ont lutté en Russie pour la réalisation de nos idées libertaires, mais nous voulons aussi rendre hommage à la riche expérience que votre lutte en Ukraine a représenté pour nous tous« .

Makhno (également orthographié Makhnov), le leader de la révolution libertaire qui, pendant deux ans et demi, a maintenu un État autonome dans le sud-est de l’Ukraine, précisément dans les territoires situés entre la péninsule de Crimée et le Donbas que la Russie tente avec le plus d’insistance de dominer, a entretenu avec Durruti et d’autres anarchistes tels que les Saragossiens Francisco et Joaquín Ascaso, tant en France pendant leurs périodes d’exil qu’à Barcelone pendant leurs périodes d’activisme dans les années 20, contacts étroits dans lesquels a germé l’idée de ce qui, des années plus tard, entre octobre 1936 et août 1937, prendrait forme dans le Conseil d’Aragon, la structure étatique sous contrôle anarchiste qui gérait la moitié orientale de ce qui est aujourd’hui le territoire de la communauté en pleine guerre civile.

« Même Joaquín Ascaso, qui s’est exilé à l’âge de 17 ans pendant la dictature de Primo de Ribera et qui est devenu plus tard président du Conseil d’Aragon, a eu des contacts avec Makhno en France« , explique Agustín Soriano, universitaire anarchiste et auteur du livre Libertaires d’Aragon, qui décrit l’Ukrainien comme « une figure transcendante du mouvement libertaire et des mouvements sociaux« .

Cependant, son épopée a été autant négligée par les historiographies officielles que sa figure a été déformée, ce qui semble être une constante pour les dirigeants libertaires. « Toutes les figures de l’anarchisme ont été ostracisées« , affirme Martín, qui évoque le Territoire ukrainien libre ou Maknovtchina comme « une expérience antérieure au Conseil d’Aragon en Ukraine, l’un des endroits où les idées anarchistes et libertaires se sont le plus enracinées et que les bolcheviks ont réprimé avec force« .

Makhnovtchina, le territoire libre de l’Ukraine

La Makhnovtchina, du nom de son chef, ou le Territoire libre d’Ukraine, était en fait une vaste zone d’insurrection dans laquelle, entre novembre 1918 et juin 1921, la milice commandée par Makhno est parvenue à dominer la partie sud-est du pays entre la Crimée et le Donbas, la même région où la Russie concentre actuellement ses opérations d’invasion militaire, et à exercer son emprise sur une zone encore plus vaste face à la présence des troupes autrichiennes et bolcheviques qui tentaient d’en prendre le contrôle.

« L’armée de Makhno était appelée noire, par opposition au rouge des bolcheviks« , note Martin.

L’insurrection des milices était combinée à un système de conseils populaires locaux qui administraient les collectivités agraires, souvent issus de l’expropriation de fermes par le Comité de défense que Makhno avait organisé face à l’invasion austro-hongroise après la révolution de 1917, système qu’il décida de maintenir après avoir rencontré Lénine et d’autres dirigeants bolcheviks à Moscou l’année suivante.

Avant cela, et jusqu’à l’amnistie décrétée par le gouvernement provisoire d’Alexandre Kerensky après le début de la révolution russe, Makhno avait passé neuf ans incarcéré dans une prison de Moscou où il fit la connaissance de Pyotr Archinov, l’une de ses références idéologiques.

Le manifeste makhnoviste de 1920

« L’armée insurrectionnelle ukrainienne a été créée pour se soulever contre l’oppression des ouvriers et des paysans par la bourgeoisie et par la dictature bolchevique-communiste« , proclame le manifeste lancé officiellement le 1er janvier 1920 par l’armée insurrectionnelle ukrainienne, qui se fixe comme objectif « la lutte pour la libération complète des travailleurs ukrainiens du joug de telle ou telle tyrannie et pour la création d’une véritable constitution socialiste parmi nous« .

Le manifeste déclare l’abolition des règles de tout gouvernement, prévoit le transfert de toutes les terres appartenant aux monastères, aux grands propriétaires terriens et autres ennemis (…) aux mains des paysans qui ne vivent que par le travail de leurs bras », ainsi que le transfert des usines et des mines aux ouvriers, et, entre autres mesures, invite les ouvriers à “construire des conseils libres” auxquels « les représentants des organisations politiques ne peuvent participer (…) car cela pourrait aller à l’encontre des intérêts des ouvriers eux-mêmes« .

Persécuté et harcelé par les troupes bolcheviques, Makhno finit par quitter l’Ukraine après avoir été gravement blessé à la mi-1921. Il entame alors un voyage qui le mènera à Paris l’année suivante, puis à Barcelone avant de revenir dans la capitale française, où il meurt en 1934.

Il y a deux ans, ses derniers descendants ont autorisé le rapatriement de ses cendres dans sa patrie, où sa figure a longtemps fait l’objet d’une révision déformée.

La République démantèle le Conseil


Deux ans après sa mort, les propositions de Makhno finiront par se concrétiser dans le Conseil d’Aragon qui, pendant dix mois, établit une structure étatique dans la moitié orientale de l’Aragon avec les villes de référence de Caspe, Alcañiz, la ville qui, en 1938, sera bombardée par l’un des plus impitoyables bombardements de la Légion Condor italienne, et Barbastro, après que les trois capitales provinciales historiques aient été aux mains des rebelles depuis le début de la guerre civile.

Avec Caspe comme capitale en raison de sa liaison ferroviaire directe avec Barcelone et de son importance emblématique pour l’autonomisme en tant que lieu de naissance de ce qui devait être le quatrième statut de la Deuxième République, les priorités du Conseil étaient de normaliser la vie civile, de garantir les réformes sociales, d’assurer les collectivisations, de maintenir l’activité productive et d’ouvrir les flux commerciaux avec la Catalogne et le Levant.

Cependant, ce gouvernement libertaire, le premier de l’histoire à être reconnu comme tel (Azaña se plaignait même que son existence même assombrissait les relations de la République avec la France et l’Angleterre), fut finalement dissous par ce “manu militari” à la suite de plaintes d’organisations minoritaires concernant le rôle dominant de la CNT.

La confiance de Makhno dans les anarchistes ibériques

« En Espagne, les conditions sont meilleures qu’en Russie pour mener à bien une révolution à fort contenu anarchiste, puisqu’il y a une paysannerie et un prolétariat avec une grande tradition révolutionnaire« , avait dit Makhno à Durruti et Francisco Ascaso à Paris en 1927, selon l’universitaire anarcho-syndicaliste Abel Paz dans Durruti dans « la revolución española », livre auquel appartiennent également les citations qui ouvrent cette pièce.

L’Ukrainien était convaincu que ses propositions collectivistes pouvaient se concrétiser en Espagne.

« Notre commune agraire en Ukraine était une unité active, tant sur le plan économique que politique, dans le système fédéral et solidaire que nous avions créé« , ajoutait-il, avant d’exprimer sa confiance dans le fait que « peut-être votre révolution pourrait arriver à temps pour que j’emporte la satisfaction de voir l’anarchisme vivant enseigné par la révolution russe« .

« Non seulement j’admire le mouvement anarchiste ibérique« , en raison de son organisation, mais « je pense que, pour le moment, c’est le seul qui puisse mener à bien une révolution plus profonde que celle des bolcheviks et sans le danger bureaucratique qui l’a menacée dès les premiers instants«  , a-t-il ajouté, avant de conclure que « le bolchevisme a triomphé militairement en Ukraine et à Kronstandt, mais l’histoire révolutionnaire nous donnera un jour raison et condamnera comme contre-révolutionnaires les fossoyeurs de la révolution russe« .

Les autres Makhnovtchinas, les autres Aragons de l’Est

En fin de compte, l’histoire du Conseil d’Aragon a été encore plus courte que celle de la Makhnovtchina en Ukraine. Outre la Commune de Paris de 1871, et selon les données fournies par Martín, il y a eu au moins quatre autres expériences libertaires qui n’ont pas non plus réussi à se consolider.

La Commune libertaire de Basse-Californie, dirigée par les frères Enrique et Ricardo Flores Magón du Parti libéral mexicain (PLM), est parvenue à dominer, entre le 29 janvier et le 22 juin 1911, pendant la Révolution mexicaine, un vaste territoire comprenant des villes telles que Mexicali, Tijuana et Tecate.

Entre le 1er et le 18 mars 1921, alors que la Makhnovtchina est en vigueur dans le sud-est de l’Ukraine, un soulèvement populaire connu sous le nom de rébellion de Kronstad se développe sur l’île de Kotlin, base de la flotte russe dans le golfe de Finlande.

Ce soulèvement populaire cause 10 000 pertes à l’armée soviétique, qui finit par le réprimer.

Les membres de la Fédération anarchiste coréenne dirigée par Kim Jwa-jin ont proclamé la province libre de Shinhim en Mandchourie (Chine) à la fin de 1929-1930, où ils avaient émigré.

Enfin, durant la semaine du 18 au 25 janvier 1932, la CNT proclame pour la première fois en Espagne le communisme libertaire avec la Commune de Figols, une ville minière de Barcelone.

Publication originale dans Públicole13/03/2022 :
« Caspe 1936 : cuando el anarquismo español replicó la revolución libertaria de Ucrania »
https://www.publico.es/culturas/anarquismo-caspe-1936-anarquismo-espanol-replico-revolucion-libertaria-ucrania.html?utm_medium=newsletter
Traduction Richard Neuville


A lire également

Identité nationale ukrainienne et perspectives de cohabitation pacifique entre les peuples

http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article6076


Commentaires

Agenda

 

2022

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois