Toutes et tous ensemble pour l’éducation prioritaire en lycée !

dimanche 25 septembre 2022
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 17%

Toutes et tous ensemble pour l’éducation prioritaire en lycée !


Après 5 années de réformes Blanquer, au cours desquelles rien n’a été fait pour nos établissements, nous constatons la souffrance de nos élèves et de nos collègues


Nous sommes actuellement 14 lycées (Jacques Brel et Marcel Sembat à Vénissieux, Robert Doisneau à Vaulx-en-Velin, Frédéric Faÿs et Pierre Brossolette à Villeurbanne, Albert Camus à Rillieux-la-Pape, Guy de Maupassant à Colombes, Galilée à Gennevilliers, Joliot-Curie à Nanterre, Victor Hugo à Marseille, Elie Faure à Lormont, Jacques Brel à La Courneuve, Feyder à Epinay Sur Seine, La Viste à Marseille) et de 5 académies (Créteil, Versailles, Bordeaux, Aix-Marseille, Lyon) à avoir adopté la lettre ci jointe, adressée au nouveau Ministre de l’Education Nationale.

Un collectif national devrait être créer prochainement, prenant le relais du collectif du Rhône.


Lettre ouverte

Objet : Éducation prioritaire : il est temps d’agir pour les lycées des quartiers populaires !

………………………………, le ……………………. 2022

Monsieur le Ministre,

La France est régulièrement épinglée dans les enquêtes internationales pour le caractère profondément inégalitaire de son système scolaire. C’est un constat terrible : loin d’ouvrir à chacun·e une destinée sociale déconnectée de son origine, l’école reproduit les inégalités de naissance. La lutte contre cette situation inacceptable devrait présider à toutes les politiques scolaires, guider toutes les réformes.

Nous, qui enseignons dans des lycées accueillant une majorité d’élèves de milieux populaires - le plus souvent issus des collèges REP et REP+, concentrant les difficultés sociales et scolaires -, savons l’importance de disposer de moyens supplémentaires pour réduire les effectifs par classe et augmenter le temps d’apprentissage. Nous savons également la nécessité de développer divers projets de soutiens à nos élèves et d’ouverture culturelle. Nous savons enfin que l’efficacité de nos lycées repose sur le travail collectif d’équipes pédagogiques stables et expérimentées. Nous le savons, car nous y exerçons chaque jour.

Après 5 années de réformes Blanquer, au cours desquelles rien n’a été fait pour nos établissements, nous constatons la souffrance de nos élèves et de nos collègues.

Dans nos établissements plus qu’ailleurs, l’aggravation des inégalités sociales, la dégradation constante des conditions d’apprentissage des lycéen·ne·s, des conditions de travail des enseignant·e·s et de l’ensemble des personnels socio-éducatifs ont des effets directs sur la santé physique et psychologique des élèves et des personnels. Cette année encore, nous ne comptons plus les incidents graves, entre élèves ou entre élèves et personnels.

Cette année encore, nous avons constaté que les APM (Allocations Progressives de Moyens) qui sont censées répondre à la « spécificité » de nos publics, se réduisent comme peau de chagrin. Cette année encore, nous avons pu constater le mépris de notre hiérarchie face aux multiples alertes et aux dysfonctionnements chroniques que nous n’avons eu de cesse de dénoncer (personnels de direction et collègues non remplacé·e·s, CPE manquant·e·s, manque criant d’AESH, d’AED, de personnels socio-éducatifs...).

Ces cinq dernières années, nous avons attendu des réponses à nos questions concernant l’éducation prioritaire en lycée. À quand une véritable prise en compte des difficultés spécifiques de nos établissements ? À quand une véritable prise en compte des besoins de nos élèves, majoritairement issu·e·s des quartiers populaires et des collèges REP ou REP + ?

M. le Ministre, il est urgent de vous atteler à cette question. Les moyens accordés pour les CP et CE1 en REP et REP+ ne suffisent pas à masquer l’abandon dont sont victimes les générations actuelles de lycéen·ne·s de milieux populaires scolarisé·e·s dans nos lycées. C’est pourquoi nous demandons un véritable statut « d’éducation prioritaire » pour nos lycées, matérialisé par la publication d’une carte des lycées en bénéficiant, avec :
- des seuils fixes et clairs concernant les effectifs par classe (25 élèves maximum en Seconde GT et en voie Technologique ; 30 élèves maximum en Première et en Terminale Générales ; 12 élèves en CAP, 15 élèves en 3ème prépa métiers, 24 en bac pro) ;

- des moyens supplémentaires conséquents, en heures-poste, pour dédoubler les classes et réaliser les projets pédagogiques dont nos élèves ont besoin ;

- des embauches massives de personnels de vie scolaire, de personnels médicaux et socio-éducatifs (infirmier·e·s, assistant·e·s sociales/sociaux, médecin scolaire) ;

- un système de bonifications et de primes pour tous les personnels exerçant dans nos lycées de manière à stabiliser les équipes et rendre nos métiers attractifs ;

- des moyens pour l’éducation socio-culturelle dans un contexte de coupes budgétaires sévères au niveau régional.

Au-delà de nos lycées, ce sont des dizaines d’autres établissements en France qui sont au bord de l’implosion. Nous ne pouvons pas attendre 5 ans de plus. Nos élèves et leurs familles non plus. Il est temps que les moyens soient alloués en fonction des besoins des élèves et de la communauté éducative, et non en fonction de logiques budgétaires injustes qui creusent depuis tant d’années déjà les inégalités, au détriment de nos élèves.

Les personnels mobilisé.e.s du lycée ……… aux côtés des lycées Jacques Brel (Vénissieux, 69), Jacques Brel (La Courneuve, 93), Pierre Brossolette (Villeurbanne, 69), Albert Camus (Rillieux-la-Pape, 69), Robert Doisneau (Vaulx-en-Velin, 69), Feyder (Epinay sur Seine, 93), Elie Faure (Lormont, 33), Frédéric Faÿs (Villeurbanne, 69), Galilée (Gennevilliers, 92, ), La Viste (Marseille, 13), Victor Hugo (Marseille, 13), Joliot-Curie (Nanterre, 92), Guy de Maupassant (Colombes, 92), Marcel Sembat (Vénissieux, 69).


Commentaires

Agenda

 

2022

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois