Les manifestations en Iran se poursuivent avec des grèves universitaires et une indignation internationale croissante

mardi 27 septembre 2022
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 31%

Source : Mércé.hu

Les manifestations en Iran se poursuivent avec des grèves universitaires et une indignation internationale croissante


Bernáth Lackó
27 septembre 2022

Vous pouvez lire Mércé gratuitement et sans publicité. Ceci est assuré par le soutien régulier de nos lecteurs. Nous avons aussi besoin de vous. Soutenez-nous !

Même selon les données officielles de l’État, au moins 41 personnes sont mortes dans des affrontements entre les forces gouvernementales et des manifestants en Iran, où des manifestations de rue anti-régime ont lieu dans plusieurs régions et dans la capitale, Téhéran, sans interruption depuis 10 jours.

Lundi, pour la première fois pendant les manifestations, plusieurs professeurs de la célèbre université de technologie Sharif de Téhéran se sont mis en grève, exigeant que les autorités libèrent leurs étudiants arrêtés lors des manifestations.

Cité par Iran International, le professeur Dr. Ali Sarifi Zaredzsi a écrit sur Twitter :
"Je ne suis pas disposé à organiser un seul cours tant que les étudiants détenus de l’Université Sharif ne seront pas libérés jusqu’à la dernière personne."

Le Conseil de coordination des syndicats d’enseignants iraniens a annoncé dimanche une grève pour lundi et mercredi (mardi est un jour férié) en soutien aux manifestants.

Il s’agit du premier grand appel à la grève, bien qu’il y ait déjà eu des appels sur les réseaux sociaux pour que les travailleurs des principaux secteurs économiques du gouvernement ne se présentent pas au travail.

Les manifestations à l’échelle nationale ont éclaté après le meurtre présumé de la femme kurde iranienne de 22 ans Mahsa Amini (de son vrai nom Jina Amini) par la police, réclamant justice et le départ du régime.

De nombreuses femmes ont protesté en se coupant les cheveux et en brûlant leur foulard musulman traditionnel, le hijab, mais les affrontements de rue avec les autorités sont devenus monnaie courante à Téhéran, et en particulier dans les régions du nord habitées par les Kurdes, où au moins 450 personnes ont été détenues par les autorités en les 10 derniers jours.

Selon le British Guardian, Amnesty International a rapporté que depuis le début des manifestations, au moins quatre enfants sont morts à cause des actions des autorités.
"Le nombre croissant de morts est une indication alarmante de la brutalité avec laquelle les autorités s’attaquent à la vie humaine dans l’obscurité causée par les coupures d’Internet"

- a déclaré Heba Morayef, coordinatrice de l’organisation pour le Moyen-Orient et l’Afrique.

Ces derniers jours, les manifestations ont pris une ampleur internationale, des centaines de personnes ont manifesté dans les zones habitées par les Kurdes du nord de la Syrie, notamment à Kamislo, près de la frontière turque, en raison du meurtre de Jina Amini.
Mais des manifestations ont également eu lieu en Europe, à Milan, Hambourg et Budapest, et à Londres et Paris, il y a aussi eu des affrontements entre la police et les manifestants. Dans la capitale française, des centaines de manifestants ont tenté de pénétrer dans le bâtiment de l’ambassade d’Iran, ils ont été dispersés par la police locale à coups de gaz lacrymogène, tandis qu’à Londres, également à l’ambassade d’Iran, 12 personnes ont été arrêtées après que les manifestants se sont affrontés avec la police, dont cinq ont été hospitalisés, plusieurs avec des fractures.

Amini a quitté Sakkez au Kurdistan pour Téhéran il y a une semaine, le 13 septembre, pour rendre visite à des parents avec sa famille. Cependant, dans la capitale, ils étaient contrôlés par la police morale notoire et redoutée, dont les hommes, armés de bâtons, vérifient si les citoyens respectent les prescriptions religieuses.

Ils n’ont pas trouvé le foulard d’Amini approprié, alors ils l’ont poussée dans une camionnette et l’ont brutalement battue.

Selon des membres de la famille, Amini était encore éveillé à ce moment-là. Quelques heures plus tard, après avoir été transporté à l’hôpital, vous n’êtes cependant plus en mesure de réagir à votre environnement, vous êtes en état de mort cérébrale. Ils se sont battus pour sa vie pendant trois jours, mais en vain, il est mort le 16 septembre.

En apprenant la nouvelle, des manifestations spontanées ont eu lieu dans la capitale et dans plusieurs grandes villes ce jour-là, qui étaient d’une part contre les réglementations strictes contre les femmes, et à la suite desquelles plusieurs femmes se sont coupées les cheveux et ont brûlé leur foulard.

D’autre part, ils se sont également retournés contre le régime iranien, scandant "mort au dictateur" ont pu être entendus lors de plusieurs manifestations.

À ce moment-là, la police a également tiré sur les manifestants pacifiques à Téhéran.
(Reuters, The Guardian, Iran International)


Nous avons un point de vue unique sur le monde : nous défendons les communautés de base, contre les systèmes qui dressent les gens les uns contre les autres et les paralysent. Nous opérons parce qu’il existe une communauté critique pour le système dont les membres, comme vous, rendent cela possible par l’activisme, l’action, l’écriture, la lecture, la distribution, le travail et l’argent. Nous savons que ce journal peut fonctionner tant qu’il y a une communauté qui y croit.
je le soutiens !


Commentaires

Agenda

 

2022

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois