Hongrie : ...aprés les caisses de retraites, la presse ...le pouvoir s’attaque aux philosophes.

lundi 31 janvier 2011
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 9%

Phil’Info

Hongrie : le pouvoir s’attaque aux philosophes

« Chasse aux sorcières contre les philosophes » : c’est ainsi que László Tengelyi, professeur à l’université de Wuppertal, en Allemagne, décrit la situation de la philosophie en Hongrie dans une lettre ouverte (pour une traduction française, cliquez ici). En cause, le nouveau directeur de l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences hongroise a licencié quatre professeurs de philosophie et accuse quinze des ses collègues, sur vingt-trois, d’incompétence. Tous sont réputés pour leur opposition au gouvernement, notamment Agnès Heller, élève du philosophe marxiste Georg Lukacs.(1)

Ces philosophes sont violemment attaqués dans les médias proches du gouvernement. Correspondante à Budapest pour le journal Libération, Florence la Bruyère confirme : « Depuis dix jours, articles et éditoriaux éreintent ces philosophes, réputés de gauche ; ils sont soupçonnés d’avoir perçu un demi-milliard de forints (environ 1,8 million d’euros) lorsque la gauche était au pouvoir pour écrire des oeuvres fumeuses ou inutiles. Ces intellectuels sont par ailleurs accusés « d’avoir sali » l’image de la Hongrie à l’étranger ». De façon mesurée, László Tengelyi répond en neuf points à ces accusations dans sa lettre. Parallèlement, le professeur Sádor Radnóti a lancé une pétition en ligne (http://www.petitiononline.com/logosz/ ) pour alerter l’opinion publique.

Ces attaques s’inscrivent dans un contexte inquiétant. Depuis la victoire du premier ministre Viktor Orban aux élections législatives d’avril 2010, « le principe de la séparation des pouvoirs est menacé, affirme László Tengelyi. Les fonctionnaires travaillant dans l’administration d’État, et qui n’étaient pas adhérents du parti au pouvoir actuellement, ou qui ne le sont pas devenus, ont été et sont licenciés en masse – sans justification. » Quant à la presse, le parlement hongrois a adopté le 1er janvier une loi qui, selon la commission européenne en charge des médias, pourrait aller à l’encontre des « droits fondamentaux de liberté d’expression et d’information ». Rétablir la censure politique en somme.

(1) György Lukács naît dans une famille de la bourgeoisie juive de Budapest. Il fait des études de philosophie à l’université Humboldt de Berlin et obtient son doctorat ès lettres en 1906. Il devient l’assistant de Max Weber.
En 1917, il adhère au marxisme et entre au Parti communiste. Il participe à la République des conseils de Hongrie de 1919 (dirigée par Béla Kun, dont il est commissaire à l’Instruction). Après l’échec de ce soulèvement, il s’exile en Autriche, puis à Berlin, et enfin à Moscou à partir de 1933. Il revient en Hongrie en 1945, et devient député et professeur de philosophie. Il est ministre de la Culture dans le gouvernement d’Imre Nagy en 1956. Après la répression de l’Insurrection de Budapest, il est exilé en Roumanie, mais peut revenir en Hongrie en 1957. Il se consacre alors aux questions d’esthétique et de théorie littéraire…


autres infos
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1130
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1199
http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.org/spip.php?article1228


Documents joints

PDF - 68.1 ko

Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois