Turquie : 31 défenseurs des droits humains et syndicalistes détenus lors d’une vague d’arrestations et de perquisitions

mardi 4 octobre 2011
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 28%

Source : Front Line

Turquie : 31 défenseurs des droits humains et syndicalistes détenus lors d’une vague d’arrestations et de perquisitions

Posted on 2011/10/01

Le 27 septembre 2011, des policiers auraient visé des défenseurs des droits humains et des syndicalistes à travers la province de Sanliurfa, lors d’une vague de perquisitions et d’arrestations simultanées. Des perquisitions ont été menées dans les bureaux de l’Association des droits de l’homme (IHD), du syndicat des travailleurs de l’éducation et de la science (Eğitim-Sen) et du syndicat des travailleurs de la santé et des services sociaux (SES) de la province de Sanliurfa. Les domiciles des présidents et des cadres de ces organisations ont aussi été perquisitionnés. 31 défenseurs des droits humains et syndicalistes affiliés aux organisations susmentionnées auraient été arrêtés et seraient actuellement détenus à Urfa.

Parmi les personnes placées en détention se trouvent Cemal Babaoğlu, Président de la branche de Sanliurfa de l’IHD et deux cadres, Müslüm Kina etLe Müslüm Çiçek ; le Président d’Eğitim-Sen (branche de Sanliurfa), Halit Şahin, et l’ex-Président Sitki Dehşet, les cadres Veysi Özbingöl Remziye Şahin, et les membres du syndicat Yasin Öztürkoğlu.

Des détails des accusations et les raisons des perquisitions ne sont pas clairs car le Parquet a classifié ces informations comme étant confidentielles, au nom de la loi anti-terrorisme en vigueur. Cependant, lors des perquisitions, le mandat présenté faisait référence à des allégations de « propagande en faveur d’une organisation illégale » et « participation à des activités liées à l’action et aux objectifs de cette organisation ». Sous la législation turque, les personnes détenues ne peuvent accéder à leurs avocats pendant les premières 24 heures de détention.

Les perquisitions pourraient être liées à des actions contre le syndicat des communautés du Kurdistan (KCK), une organisation de tutelle qui inclut le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Au cours des deux dernières années, plusieurs opérations contre le KCK ont été menées et plusieurs politiciens, maires, syndicalistes et défenseurs des droits humains ont été arrêtés. Les perquisitions pourraient aussi être liées à la récente « tentative pour une solution démocratique », une initiative de désobéissance civile lancée par le Parti Paix et Démocratie (BDP) visant à proposer une solution pacifique à la question Kurde. Depuis avril 2011, les forces de l’ordre ont effectué des raids contre les tentes, les ont démontées et ont confisqué tout le matériel. A ce jour, au nom du combat contre le terrorisme, plusieurs défenseur-ses des droits humains ont été arrêté-es et placé-es en détention à cause de leur travail légitime en faveur des droits humains.

Bien que les perquisitions et les arrestations aient été officiellement menées contre le PKK illégal, Front Line pense que l’IHD et les syndicalistes mentionnés ci-dessus ont été pris pour cibles à cause de leur travail en faveur des droits humains, notamment leurs actions de plaidoyer pour un plus grand respect des droits de la population kurde en Turquie. Front Line est préoccupée pour l’intégrité physique et psychologique des personnes arrêtées, notamment car elles n’ont pas accès à leurs avocats.

Front Line demande instamment aux autorités turques de :
1. libérer immédiatement tou-tes les défenseur-ses des droits humains et syndicalistes arrêté-es le 27 septembre et d’abandonner toutes les charges qui pèsent contre eux, car Front Line pense qu’ils sont détenus uniquement à cause de leur travail légitime et pacifique en faveur des droits humains ;

2. prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir l’intégrité physique et psychologique de tou-tes les défenseur-ses des droits humains qui travaillent en Turquie, notamment ceux qui défendent les droits de la communauté kurde ;

3. garantir qu’en toutes circonstances, tou-tes les défenseur-ses des droits humains en Turquie puissent mener à bien leurs activités légitimes sans craindre ni restrictions, ni représailles, y compris l’acharnement judiciaire.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123