Occupations d’écoles : A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant

vendredi 21 novembre 2014
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 4%

Communiqué de presse du collectif « Jamais sans Toit »

du 21 novembre 2014

Depuis le jeudi 20/11 2014, plusieurs écoles de l’agglomération lyonnaise sont occupées pour dénoncer la situation des enfants SDF (194 comptabilisés à ce jour) et de leur famille qui vivent dans la plus grande précarité. Le mouvement continue mais des solutions pourraient commencer à s’esquisser.

Suite à notre entrevue avec le directeur de cabinet de M le préfet (le 19/11), une réponse de M. CARENCO (cf courrier ci-joint envoyé par la préfecture à la presse) nous est parvenue ce jour.

M. le préfet reconnaît la légitimité de notre mobilisation, fait le distinguo entre la question de l’hébergement et celle du droit au séjour et nous donne l’assurance qu’il n’enverra pas la force publique au sein des écoles pour mettre fin à notre action.

Il nous assure également que la Préfecture offrira aux familles concernées une solution pérenne si elle possède des droits complets et qu’elle réexaminera la situation de chacune d’elle au regard du droit au séjour si elle se trouve en situation irrégulière.

Nous avons été ce jour en contact avec Mme Magali GRETTEAU, chef de cabinet du Préfet, pour préciser les propositions faites par la préfecture.

Un rendez-vous est pris avec M Gilles MAY-CARLE, directeur départemental de la cohésion sociale (service déconcentré de la Préfecture), le jeudi 27 novembre à 17h30. Une délégation de 10 personnes sera reçue

D’ici là, la mobilisation continue et plusieurs écoles sont toujours occupées ce soir. Elles le resteront jusqu’à ce que des solutions de logement soient proposées aux familles hébergées.

Les écoles occupées enverront un communiqué de presse pour vous informer de la mobilisation.

Le collectif Jamais sans Toit note une avancée dans la recherche de solutions par la préfecture mais reste toutefois très prudent et très mobilisé.

Pour le collectif, Jamais sans Toit,

Si vous souhaitez plus d’informations sur le collectif, plus de précisions sur les différentes situations, vous pouvez suivre l’actualité sur le compte twitter : https://twitter.com/jamaissanstoit

Lyon 8e : une école occupée par des parents d’élèves


Par Raphaël Marchal , Steven Belfils

Publié le 20/11/2014 à 19:20

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, des parents d’élèves ont décidé d’occuper les locaux du groupe scolaire Jean Giono. Cinq familles sans domicile fixe seront hébergées pour les prochains jours, une occupation prolongée que n’approuve pas Anne Brugnera, adjointe à l’éducation.

La convention des droits de l’enfant fête son 25e anniversaire, et pourtant des enfants scolarisés continuent de passer leurs nuits dans le froid hivernal. Pour alerter sur cette situation, des parents d’élèves ont décidé d’occuper le groupe scolaire Jean Giono, situé dans le huitième arrondissement lyonnais. Cinq familles sans domicile fixe, ayant toute au moins un enfant scolarisé dans cette école, seront hébergées pour les prochaines nuits, en plus de la dizaine de parents d’élèves participant à l’occupation.
"Les foyers sont des cages à poules"

Pour Simona Le Court de Béru, qui avait déjà participé à une opération de cette envergure l’année dernière, "les enfants doivent pouvoir dormir dans de bonnes conditions". "Il faut absolument que les familles trouvent un toit, mais aussi qu’on apprenne à accueillir les immigrés comme des êtres humains, et non pas comme des animaux", précise la mère de famille.

Les parents d’élèves envisagent d’occuper les lieux pendant plusieurs nuits d’affilée, afin de faire toute lumière sur la situation de ces familles sans domicile. "On a prévu pour les six prochaines nuits", affirme Simona.
"Le logement est un droit"

Le directeur de l’école élémentaire, monsieur Thévenin, affirme "comprendre que ce soit très difficile pour les enfants d’apprendre dans ces conditions". "Dormir dans des squats, dans des voitures...ce n’est pas possible, le logement est un droit pour l’enfant" ajoute le fonctionnaire.

Monsieur Thévenin, qui ne participe pas à l’opération en raison"d’un devoir de réserve", déclare "tout faire pour que l’occupation se déroule le mieux possible, sans que l’activité scolaire soit gênée pendant la journée, puisque notre mission, c’est que les enfants apprennent ". A 7h45, les tentes, couvertures et matelas sont donc remisés et l’école reprend son visage quotidien. "Avec le Plan froid, on espère que des places se libèrent pour les familles" ajoute monsieur Thévenin.
"L’école doit rester un lieu d’apprentissage"

Interrogée en marge de sa conférence sur la mise en place des rythmes scolaires, l’adjointe à l’éducation, Anne Brugnera assure être "au courant de situations très compliquées pour certains élèves des écoles lyonnaises" et suivre ces dossiers. Concernant l’action menée par les parents d’élèves, l’élue assure "comprendre" la démarche d’une "occupation symbolique pour une nuit". Toutefois, elle ne souhaite pas voir l’occupation se prolonger : "L’école doit rester un lieu d’apprentissage pour les élèves et ne peut pas être lieu où loger des enfants".

http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/emissions/jt-local-1920-grand-lyon


Ecoles occupées 10 minutes 17secondes


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois