Partout en France, des manifestations le 17 avril contre des projets destructeurs de la nature

mardi 20 avril 2021
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 6%

Source : Reporterre
Info — Luttes

Partout en France, des manifestations le 17 avril contre des projets destructeurs de la nature

Des milliers de personnes ont manifesté samedi 17 avril partout en France en réponse à l’appel du collectif Agir contre la réintoxication du monde. Le point sur les différentes actions.


De la Seine-Saint-Denis à la Loire-Atlantique, en passant par le Haut-Rhin et le Finistère : samedi 17 avril, des milliers de personnes se sont mobilisées, partout en France, en réponse à l’appel du collectif Agir contre la réintoxication du monde. Après les deux premières éditions le (17 juin 2020, à la sortie du premier confinement, et le 17 novembre 2020, durant le second), une trentaine d’actions se sont déroulées pour dénoncer les projets destructeurs d’espaces naturels. Malgré les restrictions sanitaires dues à la pandémie de Covid-19, selon le décret gouvernemental du 2 avril, il était possible pour les citoyens de manifester sur la voie publique (dans les rassemblements autorisés) sans craindre d’être verbalisés.

À Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), un millier de personnes ont manifesté pour défendre des jardins ouvriers, menacés par la bétonisation des Jeux olympiques 2024. À Dijon (Côte-d’Or), des militants ont détourné des panneaux publicitaires pour dénoncer la destruction programmée de centaines d’hectares d’espaces naturels et cultivables, menacés par des projets de constructions immobilières et de zones d’activités économiques. À Saint-Colomban aussi, en Loire-Atlantique, près de 300 personnes se sont rassemblées pour s’opposer à l’extension des carrières de sable gérées par les entreprises Lafarge et GSM.


Dans le Finistère, à Briec, une centaine d’habitants se sont réunis pour s’opposer à l’implantation d’un entrepôt Amazon.

Dans de nombreuses villes françaises, ces actions « contre la réintoxication du monde » se sont cristallisées autour du refus des entrepôts de commerce en ligne — Amazon en tête. Dans le Finistère, à Briec, une centaine d’habitants ont dessiné sur le sol du centre-ville les centaines de véhicules qui devraient circuler chaque jour dans la région pour s’approvisionner auprès de la plateforme Amazon prévue là-bas. À Sens (Yonne), plus de 200 personnes ont manifesté contre le projet de l’entreprise Panhard, qui souhaite installer une plateforme logistique sur 40 hectares de terres cultivées, pour un géant du commerce en ligne.

Des entrepôts logistiques sont aussi prévus à Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn), Salles (Gironde) et à Marquillies (Nord) : des centaines de personnes se sont réunies pour afficher leur opposition.

Des projets autoroutiers controversés

Sans oublier les projets autoroutiers controversés : dans le Tarn, plus de 800 manifestants ont formé une chaîne humaine sur le tracé envisagé de l’autoroute Castres-Toulouse. À La Roche-sur-Yon (Vendée), un rassemblement a été organisé pour s’opposer à la construction de la rocade, le contournement sud de la ville. Même chose à Monestier-de-Clermont (Isère), où des habitants ont manifesté contre l’élargissement d’une route départementale, ainsi que contre l’implantation d’antennes 5G.


Un rassemblement était organisé à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) contre le projet de serre Tropicalia.

Et la liste n’est pas exhaustive : des citoyens se sont aussi opposés à un projet de golf à Crots dans les Hautes-Alpes, ou encore au projet de serre et de zoo tropical Tropicalia à Montreuil-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais.

À Wittelsheim (Haut-Rhin), des habitants se sont rassemblés pour rappeler leur opposition à la décision gouvernementale de laisser les tonnes de déchets toxiques au fond de Stocamine. Signe que malgré la crise sanitaire actuelle, les luttes continuent.


C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.

Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :
• celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
• celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
• celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.
En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.
Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 98% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.
Soutenir Reporterre
Précisions
Source : Justine Guitton-Boussion pour Reporterre, avec le collectif Agir contre la réintoxication du monde
Photos : Collectif Agir contre la réintoxication du monde
. chapô : À Crots (Hautes-Alpes), une manifestation a été organisée le samedi 17 avril 2021 contre un projet de golf.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123