Pendant le confinement, la baisse de la pollution de l’air a évité 2 300 morts

mardi 20 avril 2021
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 34%

Source : Reporterre

Pendant le confinement, la baisse de la pollution de l’air a évité 2 300 morts

Trafic routier ralenti, industries en berne... La baisse de l’exposition aux particules fines durant le premier confinement a permis d’éviter la mort, à long terme, de 2 300 personnes, selon une étude de Santé publique France. « Les politiques tardent à agir » face aux effets sanitaires de la pollution de l’air, regrettent les associations.

En France, le cap des 100 000 morts du Covid sera franchi aujourd’hui.

À moins qu’il ne l’ait déjà été il y a plusieurs semaines, comme le laissent entendre les données du centre d’épidémiologie sur les causes de décès de l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Le confinement strict instauré du 16 mars au 11 mai 2020 a sans nul doute permis de réduire ce terrible bilan humain. Il a en tout cas eu un effet positif inattendu : l’amélioration de la qualité de l’air.

Ceci a permis d’éviter, à long terme, 2 300 décès liés à l’exposition aux particules fines et 1 200 décès liés à l’exposition au dioxyde d’azote (NO2) – un polluant fortement lié au transport routier — indique une étude publiée mercredi 14 avril 2021 par Santé publique France.

En effet, le confinement a entraîné une baisse importante du trafic routier et des activités industrielles. Selon l’Ineris, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques, cité dans le rapport de Santé publique France, les baisses de concentration atmosphérique du 1er au 30 mars 2020 dans les grandes villes françaises ont été en moyenne de 49 % pour le NO2, de 12 % pour les particules de diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM 2,5) et 10 % pour les PM 10. Rien qu’à Paris, la qualité de l’air s’était améliorée de 20 à 30 %, selon AirParif.

« Plus l’exposition aux polluants est importante, plus la mortalité est élevée »

Plus précisément, selon cette étude réalisée dans le cadre du programme de surveillance Air et santé (Psas) en collaboration avec l’Ineris, le Centre interprofessionnel technique d’études la pollution atmosphérique (Citepa), l’Association agréée de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) et l’Observatoire régional de santé d’Île-de-France, 280 décès ont été évités grâce à la baisse de concentration en NO2 et 70 [1] grâce à celle en PM 10 à court terme, soit durant le confinement strict et le déconfinement progressif du 16 mars au 22 juin 2020. La moitié des vies épargnées se concentre dans les communes appartenant à une unité urbaine de plus de 100 000 habitants.


Brouillard de pollution au-dessus d’Ajaccio en Corse, en février 2021.

« Ces travaux reposent sur des données épidémiologiques et des connaissances scientifiques sur la toxicité des polluants – ici, en l’occurrence, les NO2 et les PM 10, explique à Reporterre Sébastien Denys, directeur de la direction santé environnement travail de Santé publique France. Les effets de la pollution de l’air sont très bien étudiés en santé environnementale, ce qui nous permet de savoir qu’il existe une relation sans seuil entre exposition et mortalité et que plus l’exposition aux polluants est importante, plus la mortalité est élevée. La mortalité prise en compte est de toutes sortes : à court terme — quand des personnes déjà atteintes de pathologies décompensent, par exemple quand une personne asthmatique voit son état s’aggraver lors d’un pic de pollution — et à long terme — en lien avec des maladies chroniques telles que maladies cardiovasculaires, cancers, maladies neurodégénératives. »

Quarante mille décès seraient attribuables à une exposition aux particules fines
Pour M. Denys, c’est clair : « Cette étude montre qu’une politique volontariste de réduction de la pollution atmosphérique a des effets sensibles sur la santé. » Ceci, alors que 40 000 décès seraient attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines (PM 2,5), selon Santé publique France, qui a évalué à près de huit mois la perte d’espérance de vie causée par ces polluants.

Mais attention, « on ne veut pas passer le message selon lequel le confinement doit être généralisé ! » insiste le directeur de la direction santé environnement travail. Pour éviter toute interprétation de ce genre, le rapport Santé publique France insiste aussi sur les dégâts causés par ces privations de liberté : exposition accrue à la pollution de l’air intérieur, augmentation de la sédentarité, conséquences psychiques tels que détresse psychologique, troubles anxiodépressifs, symptômes de stress post-traumatique et troubles du sommeil, etc. « Il faut aussi élargir la réflexion sur les autres sources de pollution de l’air qui n’ont que peu baissé pendant le confinement, les émissions agricoles notamment », complète M. Denys.


« D’autres sources de pollution de l’air ont peu baissé pendant le confinement, comme les émissions agricoles. »

« Les résultats de cette étude ne sont pas une surprise mais confirment ce qu’on savait déjà, a réagi le directeur général de l’association Respire Olivier Blond, interrogé par Reporterre.

Ils nous rappellent à quel point cette mortalité est importante, car quelques microgrammes de polluants en moins peuvent sauver 2 000 personnes, ce qui est gigantesque. Ce qui est malheureux, c’est que les études se succèdent, vont toutes dans le même sens mais que les politiques tardent à agir. »

Seul regret de M. Blond, que l’étude de Santé publique France n’aborde pas le fait que la pollution de l’air aggrave l’épidémie de Covid-19. À l’échelle mondiale, les polluants atmosphériques seraient ainsi responsables de 15 % de la mortalité du Covid — 19 % en Europe. « C’est vrai qu’une abondante littérature scientifique récente évoque ce lien, dit M. Denys. Santé publique France travaille d’ailleurs à un protocole pour pouvoir bientôt travailler sur cette question. »


C’est maintenant que tout se joue…
La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :
• celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
• celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
• celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.
En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.
Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 98% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.
Soutenir Reporterre

Notes
[1] Ces résultats ne sont pas sommables intégralement car une partie des décès peut être attribuée à l’exposition conjointe à ces deux polluants.
Précisions
Source : Émilie Massemin pour Reporterre
Photo :
. chapô : À Paris, le 17 mars 2020. ©Nnoman/Reporterre
. Brouillard de pollution au-dessus d’Ajaccio en Corse, le 25 février 2021.
© Pascal Pochard-Casabianca/AFP
. vignes : Wikimedia (luigifab/CC BY-SA 3.0)


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois