Ce samedi 1er octobre 2022, se joue un bras de fer entre la direction Continental Hongrie et les salariés de l’usine de Makó, autour de la projection du film « La saga des Conti »

samedi 1er octobre 2022
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 13%

Source : Mércé.hu »

Les Français, qui en 2009 avec un comité ouvrier, et les Hongrois, qui ont repris le combat contre Continental avec une grève en 2021


Noémi Lehoczki
30 septembre 2022 le matin

Vous pouvez lire Mércé gratuitement et sans publicité. Ceci est assuré par le soutien régulier de nos lecteurs. Nous avons aussi besoin de vous. Soutenez-nous !

En avril 2022, après les élections, lors de la manifestation du mouvement Szikra, nous avons projeté un documentaire français pour certains des organisateurs de la grève de 2021 qui a eu lieu à l’usine Continental de Makó.

Le film immortalise la lutte ouvrière contre la fermeture de l’usine Continental de Clairoix, une décennie plus tôt.

Les responsables syndicaux hongrois, quant à eux, voient leur propre combat dans le combat des Français, qu’il s’agisse des méthodes de l’entreprise ou des différends avec la bureaucratie syndicale.

Nous avons invité les acteurs du film et le réalisateur en Hongrie - Roland Szpirko, retraité ouvrier "d’extrême gauche" de l’automobile qui a aidé les contis, et le réalisateur du film, Jérôme Palteau, ont accepté notre invitation.

Nous avons mené une interview conjointe avec Roland Szpirko et Roland Hajdú, le secrétaire du syndicat du caoutchouc de Makó, pour montrer à nos lecteurs pourquoi nous pensions qu’il était important de créer cette rencontre internationale.

Organisé par le Syndicat du caoutchouc de Mako, le film sera projeté à Mako le 1er octobre, et organisé par le mouvement Mérce et Szikra à l’Institut français le 8 octobre , où nous parlerons aux participants des deux luttes ouvrières après la film.

Mérce : En avril, il a reçu une lettre indiquant que certains des organisateurs de la grève Continental à Makó avaient regardé le documentaire sur la lutte légendaire des travailleurs contre la fermeture de l’usine Continental en France.

En juillet, avec le réalisateur du film, Jérôme Palteau, et votre épouse, Claude, ils ont décidé de se rendre en Hongrie à leurs frais pour rencontrer les contis hongrois.

Qu’avez-vous ressenti en découvrant après presque dix ans que quelqu’un dans une autre partie de l’Europe avait vu ce film et reconnu la lutte des contis français pour eux-mêmes ? Pourquoi avez-vous pensé qu’il était important d’avoir cette réunion ?

Roland Szpirko : Tout d’abord, je voudrais partager quelques détails sur ma visite, accompagné de Jérôme et Claude.

Jérôme m’a contacté pour me dire qu’il avait reçu une invitation du syndicat opérant à l’usine Continental de Makó et de Mércé pour les rencontrer, notamment à l’ occasion de la projection du film Le Contisok , qui se déroulerait d’abord à Makó, près de l’usine Continental, puis à Budapest.

Nos camarades ont vu ce film et, selon les rapports, ont estimé qu’il était parallèle à la grève des travailleurs de Continental à Mako, qu’ils ont menée pour faire valoir leurs droits.

Quand Jérôme m’a envoyé cette invitation, j’ai tout de suite dit oui. D’abord parce que je suis heureux de rencontrer ceux qui participent aux luttes en Hongrie. Je serais heureux si je pouvais connaître leur histoire, l’histoire de la grève, leurs problèmes, les problèmes des travailleurs hongrois. Sans parler de mes propres batailles anciennes comme d’une sorte de vieux guerrier et d’une gloire révolue qui pâlit en comparaison des défis auxquels est confrontée l’ensemble de la classe ouvrière aujourd’hui. Mais parce que ça me fait plaisir que les militants syndicaux, les ouvriers, connaissent par eux-mêmes la lutte des ouvriers de Continental en Clairois et les problèmes qu’ils ont dû affronter et surmonter.

Je suis aussi rempli d’une sorte de fierté, « d’avoir fait mon travail » : le message de fierté ouvrière, que nous avons lancé avec notre lutte, a aussi été entendu à l’autre bout de l’Europe.

En ces temps, il serait urgent pour les travailleurs - en France, en Hongrie et dans le reste du monde - de redécouvrir les valeurs de cet héritage malheureusement perdu, et pour des raisons dont les travailleurs ne sont pas responsables. Cet héritage appartient à tout le mouvement ouvrier, depuis le début, avec toutes ses épreuves, ses victoires et ses défaites, et ses espoirs. Les travailleurs, la classe ouvrière, partagent l’exploitation qu’ils ont subie et ont des intérêts communs, ils doivent donc s’unir pour redevenir une force qui peut non seulement protéger leur droit à une vie digne, mais aussi leur permettre de prendre conscience de leur place dans la société. À la richesse qu’ils portent en eux et aux capacités avec lesquelles ils peuvent changer le monde, ce qu’eux seuls peuvent faire.

Alors oui, il fallait venir rencontrer les travailleurs et les syndicalistes qui, ne serait-ce qu’un peu, se sont fait connaître dans la lutte des travailleurs de Clairoix.

Non seulement parce que c’est la même entreprise qui poursuit la même politique partout dans le monde, mais parce que leur lutte a soulevé des problèmes auxquels tout travailleur qui veut voir la fin de la lutte qu’il a choisie doit affronter. Et il est vital que nous puissions discuter de tout cela comme des frères et sœurs, en nous enrichissant mutuellement.

Nous sommes tous victimes de l’isolement dans lequel nous avons été enfermés, avec des murs artificiels. Nous sommes isolés dans notre usine, dans notre ville, dans une entreprise avec nos patrons, dans un pays, voire sur un continent. Alors que notre sort à tous se décide à un tout autre niveau. Donc, toute relation qui peut briser cet isolement mortel est une bonne chose, et je suis heureux d’en faire partie, ayant depuis des décennies la conviction inébranlable que les travailleurs ont un grand potentiel.

L’affiche du documentaire.

Qu’est-ce que cela vous a fait d’être confronté à l’histoire des ouvriers en France à travers le film ?

Roland Hajdú : J’ai vu beaucoup de parallèles, à la fois dans le comportement de l’employeur et des syndicats.

C’était une sensation très étrange de voir ça filmé comme ça.

Avant de voir le film, il ne m’était même pas venu à l’esprit qu’il pouvait y avoir de tels parallèles entre notre présent et les événements vécus par d’autres.

Nous avons déjà entendu la présidence de l’AHFSZ (Audi Hungária Independent Trade Union) et nos experts parler d’expériences dans lesquelles nous avons senti des similitudes, mais ce que nous avons vu sur le film a quand même eu un impact plus fort.

Nous étions également connus pour nous-mêmes lorsqu’ils réagissaient à chaque incident et essayaient de trouver une solution en groupe, cette tension palpable et cet état accru étaient absolument vrais pour nous aussi.

En 2009, une usine Continental en Espagne a été fermée, d’où la production a été réorganisée vers Mako. Pendant ce temps, la production de Clairoix a été déplacée à Timișoara, à 130 kilomètres de Makó. Pensiez-vous qu’un jour vous entreriez en contact avec des gens à qui les Européens de l’Est « enlèvent leur emploi » ?

Roland Hajdú : Je n’aurais jamais pensé que j’aurais un jour à vivre des situations comme celles que nous avons vécues depuis 2008-9. Nous avons eu des défis très sérieux, dans lesquels je pense que le syndicat du caoutchouc de Makó, y compris l’ensemble de ses membres, a fait de son mieux.

Citons par exemple la crise économique mondiale de 2008-2009, l’arrêt de travail provoqué par la chaleur en 2017, néfaste pour la santé, puis le covid.

Ce ne sont que les stations principales qui ont touché tout le monde.

De plus, on peut dire que les employés n’ont pas eu un seul reçu au cours de la dernière décennie en raison des transformations internes continues, par exemple en raison des changements continus au niveau du système du système de prime et du système standard.

Nous n’avons jamais considéré la fermeture de l’usine en Espagne comme une suppression d’emplois, car ce n’était pas notre décision.

Nous savons que nous vivons dans un monde d’exploitation et que la production est amenée là où elle peut tirer le meilleur parti des gens.

De plus, malgré le fait que nous savions que du travail était acheminé à Mako à partir de là, des centaines de nos employés ont néanmoins été renvoyés, illégalement, sans aucune conséquence.

Une amende de quelques dizaines de milliers de forints ne serait pas appelée une conséquence... Plus tard, il y a eu ceux qui ont été réintégrés, mais beaucoup dans de pires conditions d’emploi, par exemple par le biais d’agences d’intérim.

En 2016, après sept ans et demi, la bataille des contis français a pris fin devant un tribunal, la société allemande a été condamnée à payer un total de 29 millions d’euros d’indemnisation, qui a conclu que la raison de la fermeture de l’usine, c’est-à-dire contrainte économique, n’était pas réelle. 683 travailleurs ont dû être indemnisés.

Cependant, même ce verdict n’a pas pu réparer tous les dommages subis par les travailleurs après le licenciement, la première année a apporté à elle seule plus d’une centaine de divorces...

D’après le film, le spectateur peut avoir l’impression que les contis atteignent succès, car bien qu’au prix d’une grande lutte, mais au moins ils devraient recevoir une indemnité de départ décente. Comment le voyez-vous du point de vue de plus de dix ans, le combat contre Continental a-t-il été un succès ou un échec ?

Roland Szpirko : La lutte des travailleurs de Continental Clairoix a commencé spontanément quand l’usine a été annoncée pour fermer. L’annonce a été faite par un membre du personnel de Continental de Hanovre.

1 100 travailleurs ont immédiatement quitté le travail, en colère contre les mensonges dont ils avaient été nourris et déterminés à se battre. La mobilisation a été continue de mars 2009 à juin 2009 à travers les assemblées générales tenues chaque jour, auxquelles 800 ouvriers ont participé, ils ont décidé de tout, ils sont devenus maîtres de leur lutte.

C’est ce qu’il y a de plus remarquable. Les travailleurs de Continental ont redécouvert leur force, la démocratie ouvrière la plus complète. En devenant leur propre maître, les travailleurs prennent conscience de leur pouvoir individuel et collectif.

Ce ne sont plus des femmes et des hommes contraints d’obéir aux représentants de la direction sur le lieu de travail, ou contraints d’obéir aux dirigeants syndicaux souvent autoproclamés qui leur demandent d’obéir.

C’est ainsi que les dirigeants du syndicat alors majoritaire, la CFTC, qui avaient fait des compromis honteux les années précédentes, ont été immédiatement relégués au second plan à tel point qu’ils n’ont jamais pris la parole lors des réunions quotidiennes pendant plus de trois mois de conflit.

Pour organiser leur lutte, les ouvriers ont élu un comité de lutte de 80 membres syndiqués et non syndiqués, qui s’est réuni chaque jour avant l’assemblée générale pour présenter ses propositions déjà discutées. Et puis, lors de ces réunions, les travailleurs pouvaient demander à prendre la parole pour soutenir ou non ces propositions ou pour en faire d’autres.

Enfin, le comité était chargé de mettre en œuvre les décisions prises par l’assemblée générale.

Et c’est grâce à cela que les ouvriers ont pu mener leur lutte, en évitant les pièges tendus non seulement par la direction de Continental, mais aussi par les dirigeants nationaux des confédérations syndicales.

Alors, ce combat a-t-il été gagné ou non ?

Cela dépend du point de vue.

Oui, les travailleurs ont gagné en ce sens qu’ils ont, mille et cent, réussi à faire reculer un groupe international d’entreprises qui exploite aujourd’hui près de 250 000 travailleurs dans le monde.

Oui, ils ont réussi à atteindre d’autres travailleurs de la région et du pays, en surmontant les obstacles que les fédérations syndicales ont tenté de mettre sur leur chemin.

Des milliers de travailleurs, des syndicats de base les ont soutenus, dépassant la tête de leurs propres dirigeants.

Cela les remplissait de fierté que ces travailleurs soient prêts à se battre quand les licenciements pleuvaient dans le sillage de la crise de 2008, et quand le leader de la CGT, Thibault, passait son temps à cajoler le président de la république, Sarkozy, et à faire intervenir les dirigeants des fédérations dans les entreprises. pour casser les mouvements et les faire accepter avec leurs propres militants et travailleurs, ils doivent faire des sacrifices.

Les 1 100 salariés de Continental Clairoix ont contraint les dirigeants du groupe à prendre un recul important.

En cela, ils ont bénéficié du soutien de milliers de travailleurs qui se sont tenus à leurs côtés.


Des milliers ont pu rencontrer leurs camarades allemands
, dont 4 000 se sont réunis à Hanovre pour leur réception afin de relancer l’objectif fixé par l’Union internationale des travailleurs en 1864 :

Travailleurs du monde, unissons-nous !

Cette rencontre brûla au cœur de tous les ouvriers qui l’ont vécue, et rappellent l’émotion des ouvriers allemands qui les reçurent à la gare de Hanovre pour aller manifester ensemble à l’assemblée générale des actionnaires qui se réunissait ce jour-là. Une usine en Allemagne (Stoecken) a fermé en même temps que Clairoix.

Et la crainte que la lutte à Clairoix n’infecte les ouvriers en Allemagne a fait reculer la direction internationale de l’entreprise.

Les travailleurs de Clairoix ont réintégré les principes de base du mouvement ouvrier, qui sont encore très pertinents aujourd’hui.

Les choses les plus importantes ne sont pas les avantages financiers qu’ils ont pu gagner : la continuité du contrat de deux ans sans avoir à travailler, ou l’indemnité de départ minimum de 50 000 euros, que le tribunal a improbablement augmentée, qui dépendait de la détermination du travailleurs d’une part, et d’autre part,
Non, le plus important est qu’ils ont pris conscience de leur propre force, et ce fut une démonstration dans tout le pays et au-delà de ses frontières, pour les autres travailleurs, qu’ils sont capables et ont les moyens de résister à l’arrogance de la direction et à la complicité de l’appareil d’Etat.

Et qu’ils peuvent aller aussi loin qu’ils sont prêts à aller s’ils le souhaitent.

Il est vrai qu’ils n’ont pas réussi à faire annuler la décision de fermer leur usine, mais ce n’était pas au pouvoir des 1 100 ouvriers de Clairoix, seuls face à l’un des plus grands trusts d’Allemagne, des États français et allemand et de la les dirigeants syndicaux qui ont ouvertement combattu la lutte des travailleurs de Continental, notamment en soutenant les attaques du gouvernement et de la justice contre les travailleurs.
Pourquoi avez-vous jugé préférable de faire grève en février 2021 que de s’asseoir à la table des négociations ? Rétrospectivement, comment jugez-vous qu’il vaut la peine de recourir à l’outil de la grève ?

Roland Hajdú : Avant février 2021, nous étions assis à table pendant plus de six mois. Après une série de négociations infructueuses et chronophages, les employés ont été satisfaits des bavardages de l’employeur, de la communication suggérant la supériorité et des négociations infructueuses.

Il est également important de noter que nous n’avons pas jugé préférable de faire la grève, mais plutôt les employés unis dans leur désespoir, et nous n’avons fait que répondre à leurs besoins. Il n’y avait pas d’autre moyen.

Rétrospectivement, je pense toujours que cela en valait la peine, et nous sommes prêts à recommencer à tout moment si les collègues exigent ce genre de pression.

En tout cas, on y a tellement gagné que la convention collective a été rétablie jusqu’à la fin de l’année, pour que les gens qui ont été renvoyés après la grève puissent au moins recevoir l’indemnité de départ à laquelle ils avaient droit.

Vous avez reçu de nombreuses critiques pour avoir accepté l’aide de János Lázár - grâce à son intervention, la municipalité de Makó a accordé une subvention de 100 000 HUF chacun aux personnes licenciées après la grève. Et vous avez critiqué la gauche pour ne pas avoir aidé. Selon Gábor Radics, le président de l’association de l’industrie du caoutchouc, la seule exception était le mouvement Szikra. Qu’est-ce que le Makó Rubber Industry Union aurait attendu de la gauche ?

Roland Hajdú : Nous sommes principalement du VDSZ [Syndicat hongrois des travailleurs de la chimie, de l’énergie et des professions apparentées - éd. ] et nous nous serions attendus à plus d’aide de la part du mouvement syndical.

Nous avons constaté que l’intervention néfaste du VDSZ ne faisait que discréditer l’employeur et nous empêchait d’atteindre les objectifs des employés.

Nous avons reçu une aide importante, à la fois financière et spirituelle, de la part de syndicats auxquels nous ne sommes pas légalement affiliés.

Le VDSZ n’a pas publié de déclaration de solidarité pendant notre grève, bien que nous ayons reçu leur soutien par la suite, à notre demande.

Pendant la grève, nous n’avions aucune coopération ou relation avec aucun politicien ou parti, et nous y avons prêté une attention particulière.

Nous avons reçu des invitations, mais les avons délibérément déclinées.

Les politiciens ont fait ce qu’ils ont fait complètement indépendamment de nous.

La purge patronale et les représailles qui ont suivi le succès de la grève ont provoqué tant d’indignation que les acteurs et partis politiques sont apparus plus en évidence qu’auparavant.

Nous n’avons pas été sélectifs, nous avons accepté l’aide de tous ceux qui pouvaient tout faire pour empêcher ce genre de comportement de l’employeur et aider nos collègues qui ont été traités de manière si ignoble.

Nous ne nous intéressons pas non plus à savoir qui a bénéficié politiquement de l’aide.

Ici, nous parlons de personnes, de leurs familles et de leurs moyens de subsistance.

Il est vraiment intéressant que nous ayons reçu des critiques de la gauche parce que nous avons accepté l’aide de la droite, et donc nous avons été immédiatement enfermés.

Les partis de droite ou leurs représentants n’ont jamais mentionné la gauche.

Je pense qu’ils respectent notre objectif de rester indépendant de la politique partisane, alors que la gauche dit que sinon avec eux, alors contre eux.

Vous êtes un militant syndical expérimenté, vous avez également participé à la grève générale de 1968. Comment voyez-vous le rôle de la plus grande fédération syndicale française, la CGT ( Confédération Générale du Travail ) à cette époque ?

Roland Szpirko : Permettez-moi d’abord de rappeler le contexte global de cette période, qui illustre en quelque sorte les idées que je représente, les espoirs du monde du travail.

Car il ne s’agit pas seulement de la grève générale en France, à laquelle 10 millions de personnes ont participé.

De 1967 au début des années 1970, le monde entier a été secoué par des mouvements contestataires. Ces mouvements s’opposent à l’oppression et à l’exploitation.

Dans les Amériques, les Noirs américains ont lutté contre l’oppression.

Des rébellions ont éclaté dans les quartiers pauvres des villes américaines, et plus d’une fois ils ont pris les armes et se sont battus pour leurs droits afin qu’ils n’aient pas à vivre dans la soumission et la tête baissée.

Pendant ce temps, la jeunesse des États-Unis s’est également rebellée contre la guerre du Vietnam, même au sein de l’armée, car elle ne voulait plus mourir pour les dirigeants et les puissants de l’impérialisme américain.

Les jeunes se sont également rebellés au Mexique.

En Europe, la jeunesse ouest-allemande a également défié l’ordre bourgeois dans les rues, rejoignant la lutte de la jeunesse japonaise et exprimant son espoir que le monde puisse être différent de celui contrôlé par la course à la richesse de la minorité riche.

En Pologne aussi, la jeunesse s’est soulevée contre le régime dictatorial, anti-ouvrier et anti-populaire de la soi-disant "démocratie populaire". Leur mouvement a subi de sévères représailles.

Et en Tchécoslovaquie, les chars russes ont mis un terme à l’explosion démocratique qu’a connue le pays, non seulement parce qu’ils craignaient que l’exemple ne soit contagieux, mais parce qu’il pouvait même conduire à ce qui s’est déjà produit en Hongrie en 1956, le début d’une guerre ouvrière ’ révolution.

Cela faisait également partie du pacte conclu entre les vainqueurs de la seconde guerre : les puissances occidentales devaient maintenir l’ordre des riches sur leur propre territoire, et l’Union soviétique devait faire de même sur son propre territoire souverain.

C’est la raison pour laquelle les États-Unis et leur camp ont versé des larmes de crocodile pour la Tchécoslovaquie devant les chars russes à l’été 1968, comme ils l’ont fait dans le cas de la Hongrie en 1956 : ils étaient convaincus que le régime bureaucratique contrôlant l’Union soviétique le "sale boulot" pour eux.

Outre la France, le mouvement ouvrier rejoint également la lutte en Italie : des vagues successives de grèves se succèdent en 1969-70. Dans le même temps, les travailleurs d’Allemagne de l’Ouest ont également lancé une lutte contre les employeurs pour imposer de nouveaux droits. Ces mouvements étaient donc contagieux à l’époque et se sont répandus dans le monde entier.

De retour en France, la vague de grèves qui a paralysé tout le pays, dirigée contre les patrons et le gouvernement, est partie spontanément, à partir des jeunes ouvriers, contre la volonté de l’appareil syndical. Ce mouvement a été inspiré par la rébellion de la jeunesse universitaire qui a défié le régime notoirement autoritaire de De Gaulle et l’a forcé à battre en retraite, par des émeutes généralisées et des affrontements très violents avec la police - qui ont également suscité l’indignation de la classe ouvrière.

La CGT et le Parti communiste, qui avaient une très grande influence parmi le peuple et les ouvriers, se sont opposés à toute lutte sérieuse dans la décennie précédente.

Ils ne toléraient aucune polémique et persécutaient les militants qui les critiquaient par la gauche.

La CGT a systématiquement exclu tous les détracteurs.

Ces dirigeants voulaient prouver à la bourgeoisie qu’ils étaient les gardiens de l’ordre et qu’ils pouvaient à terme être rappelés au gouvernement, comme ce fut le cas entre 1944 et 1947.

La grève, qui a éclaté dans une usine d’avions, s’est propagée spontanément, comme une traînée de poudre, aux usines automobiles puis à plusieurs autres, encouragée par les jeunes ouvriers de partout.

Craignant d’être eux aussi emportés par la grève et de rencontrer le même rejet des ouvriers que des étudiants, les dirigeants du Parti communiste et de la CGT décident de reprendre le contrôle de la grève en le prolongeant, mais en même temps ils demandent aux travailleurs de rentrer chez eux, laissant les mains libres aux bureaucrates syndicaux. Chaque dirigeant de chaque syndicat voulait arrêter la grève et parvenir à un accord avec le gouvernement et les employeurs.

Cet accord, hormis l’augmentation du salaire minimum de plus de 35 %, qui touchait très peu de travailleurs, ne contenait presque rien, seulement de nouveaux droits accordés à l’appareil syndical.

Le patron de la CGT, Georges Séguy, qui a tenté de faire accepter cet accord devant dix mille salariés de Renault, a été hué et contraint de reculer.

Bien que la grève se poursuive pendant plusieurs semaines, les dirigeants syndicaux la brisent et mettent tout en œuvre pour reprendre le travail en échange de concessions bien loin de ce qu’on aurait pu arracher à une grève générale de dix millions de travailleurs.

Néanmoins, les employeurs ont eu peur et les travailleurs ont retrouvé leur esprit combatif, grâce auquel ils ont arraché de nombreuses concessions aux patrons et aux gouvernements avec des grèves continues pendant les six années suivantes. Jusqu’à ce que la crise éclate et que les licenciements commencent.

De retour dans le présent, à Clairoix, à votre suggestion, les contis ont formé un soi-disant "comité de combat" au lieu d’un syndicat. Comment fonctionne un comité de lutte et qu’est-ce qui le rend meilleur qu’un syndicat ? Le comité de combat est-il aussi connu sous le nom de conseil ouvrier ?

Roland Szpirko : Oui, j’ai convaincu l’assemblée des travailleurs de Continental Clairoix d’élire un comité de lutte, qui réunirait les travailleurs qui veulent le plus résolument continuer la lutte. L’assemblée générale a soutenu l’idée avec enthousiasme. 80 ouvriers se sont portés candidats et l’assemblée générale les a élus à l’unanimité. Il devint l’organe exécutif de la lutte.

Les discussions se sont déroulées librement au sein du comité.

Le comité rassemblait la majorité des syndicalistes militants qui avaient choisi le camp de la lutte, ainsi que de nombreux travailleurs ordinaires, syndiqués et non syndiqués.

Chacun pour soi. C’était important, voire décisif, car ainsi l’action ne dépendait pas de la négociation entre les appareils syndicaux, mais était soumise à la décision des ouvriers.

La tâche du syndicat est la propagande quotidienne ; celle du comité est l’unification des travailleurs en leur donnant les moyens de mettre en œuvre ce qu’ils ont décidé.

Les comités ou conseils sont les organes les plus démocratiques de la lutte, puisqu’ils sont élus par tous les ouvriers mobilisés, et les ouvriers ont le pouvoir de révoquer à tout moment les membres du comité qui, à leur avis, ne remplissent pas leur devoir.

Dans l’histoire du mouvement ouvrier, les comités de grève, les conseils ouvriers, aux stades les plus avancés de la lutte, ont été indispensables à l’action contrôlée par les ouvriers et à la poursuite de la lutte aussi longtemps que les ouvriers l’ont choisi - indépendamment de tous les autres corps.

Le mouvement ouvrier hongrois est l’un des plus riches de l’histoire.

Les travailleurs hongrois ont pris la direction du pays en 1919, alors que l’action révolutionnaire se renforçait dans toute l’Europe après la prise du pouvoir par les prolétaires en Russie.

Ceux qui ont subi la guerre impérialiste de 1914-1918 se sont détournés de son monde barbare et ont voulu construire une société libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Pour assurer l’acquisition du pouvoir, les travailleurs hongrois ont créé des conseils ouvriers dans chaque usine, district et ville, et ont rebaptisé le pays la République des Conseils.

Les travailleurs ont pris en charge l’organisation de la société dans son ensemble à travers ces conseils. C’était la démocratie directe. Elle fut vaincue par l’intervention de l’armée, avec le soutien de plusieurs pays capitalistes, sous la direction de Horthy - qui imposa alors une dictature dure à tout le pays jusqu’en 1945.

Lorsqu’un soulèvement populaire éclate en octobre 1956 contre la dictature et l’appareil politique, contre la police politique, l’AVH, et contre la présence de l’armée soviétique, de nouveaux conseils ouvriers se forment immédiatement dans les usines de tout le pays, qui unissent dans une alliance au niveau de la ville et du comté. Des commissions militaires se sont bientôt jointes.

Les ouvriers, qui ne voulaient pas le retour du capitalisme, la dictature des patrons et des patrons, ont trouvé la forme d’organisation la plus démocratique, qui assurait un contrôle direct et permanent sur les représentants qu’ils élisaient.

Ils gouvernaient donc le pays, pas le gouvernement d’Imre Nagy. Ils assurèrent l’approvisionnement de Budapest et du reste du pays, qui purent ainsi résister pendant des mois à la seconde intervention soviétique. Et l’armée russe a été forcée de négocier avec eux.

Bien sûr, la répression a fini par l’emporter et les dirigeants syndicaux ont été exécutés - soit par les forces répressives russes, soit par l’appareil répressif hongrois dirigé par Kádár. Mais la constitution de comités est restée un outil indispensable à toute action déterminée de la classe ouvrière.

Aux élections législatives de 2022, un candidat d’extrême droite l’a emporté dans la circonscription de Clairoix. A partir du film, on découvre un tout autre Clairoix : par exemple, les ouvriers se regroupent sans distinction d’origine, et à Hanovre ils sont aussi solidaires des ouvriers allemands dans une situation similaire. Pourquoi la solidarité transfrontalière qui s’est créée dans la lutte contre Continental n’a-t-elle pas pu durer ?

Roland Szpirko : Tout d’abord, clarifions les faits pour ne pas tomber dans le piège d’un raisonnement qui ne correspond pas à la réalité. Clairoix est un village proche de Compiègne de quelques centaines d’habitants, où ne vivent que quelques anciens ouvriers de Continental. La majorité des anciens ouvriers de Continental se sont soit déplacés vers le nord du département, à Noyon, soit vers la partie rurale du département, où vivent plus de 200 000 personnes. Nous ne savons donc pas s’ils ont voté, et si oui, comment.

D’ailleurs, l’absentéisme de masse a été déterminant lors des dernières élections législatives, notamment dans les quartiers populaires, où le taux de participation n’a souvent même pas atteint 30 %.

A l’heure actuelle, en France et ailleurs en Europe, peut-être aussi en Hongrie, il y a une perte totale de sens, notamment parmi les électeurs ouvriers, et une perte de crédit générale pour toute la classe politique.

Depuis 40 ans, les ouvriers se sont habitués au fait que la gauche et la droite alternent. La gauche qui est arrivée au pouvoir s’est complètement discréditée parmi les ouvriers et ceux qui vivent dans les conditions les plus humbles.

Le Parti socialiste a fait campagne avec le slogan "changeons la vie". Mais lorsqu’il est arrivé au gouvernement, souvent en coalition avec le Parti communiste, il a lancé une attaque contre la classe ouvrière ; il se tourna vers les capitalistes et les plus riches, encouragea les licenciements et l’éclatement des services publics. Lorsque la droite a pris le relais, elle a évidemment poursuivi la même politique. L’un des exemples les plus visibles en est le combat que Macron, le président de la République, mène contre les retraites.

Bien sûr, Macron a encore réduit les choses, mais la loi votée en 2016 sous la présidence du socialiste François Hollande aurait de toute façon repoussé l’âge de la retraite de plusieurs années, si Marcon n’avait rien fait. Il y a du dégoût et même de la colère parmi la population.

Il est vrai qu’en dehors du cercle des électeurs de droite classique, dans les circonscriptions populaires où, par le passé, ils votaient majoritairement pour le Parti communiste ou d’autres candidats de gauche, l’extrême droite Consolidation nationale a récemment pris tenir. Mais pour cela, la responsabilité incombe à ceux qui ont trahi leur engagement et sali le nom du socialisme et du communisme.

Des militants ont disparu des usines et des quartiers populaires. Par exemple, la CGT, qui comptait environ 2,5 millions d’adhérents au début des années 1980, compte aujourd’hui un peu moins de 600 000 adhérents. Et il essaie d’éliminer ceux qui sont trop combatifs.

Revenons aux ouvriers de Continental Clairoix : je peux dire avec certitude qu’ils n’ont pas oublié leur voyage à Hanovre. Comme je l’ai déjà mentionné, même après 13 ans, nous gardons tous notre rencontre avec les travailleurs en Allemagne comme le souvenir le plus précieux dans nos cœurs. Je ne le dis pas, ils le disent. Mais au fil du temps, le moral des ouvriers a continué de se détériorer.

Le monde du travail ne se sent pas assez fort pour répondre aux attaques incessantes qu’il reçoit.

Il y a une sorte de rage silencieuse qui pèse sur les conversations. Je ne sais pas quand il y aura une explosion. Le déchaînement de la colère populaire ne se prédit pas à l’avance et peut être déclenché par n’importe quoi. En 1956, la radicalisation la plus extrême a eu lieu en quelques heures en Hongrie.

Et ce qui me remplit vraiment d’optimisme pour l’avenir, c’est ce qui s’est passé lors du conflit de Clairoix.

En un temps extrêmement court, les travailleurs de Continental ont redécouvert les principes du mouvement ouvrier militant, la démocratie ouvrière, le besoin d’unité entre tous les travailleurs, au niveau national comme au niveau international.

De plus, ils se sont également rendu compte qu’il fallait remettre en question la règle des employeurs.

Tout cela ne s’est pas produit pendant longtemps, mais ils l’ont réalisé dès que les travailleurs ont commencé à réfléchir à la manière dont ils pourraient mieux agir pour leurs propres intérêts.

Et je suis sûr que la classe ouvrière prendra conscience de tout cela, dirigée par les jeunes et les femmes, s’il y a des militants qui défendent ces idées et présentent cette perspective inspirante aux travailleurs.

Les textes français ont été traduits par Eszter Horváth , Noémi Lehoczki et Attila Piróth .
Vous pouvez lire notre rapport en deux parties sur la grève de Mako ici et ici , et notre rapport sur la projection du film en avril de cette année ici . Notre série consacrée au "long ’68" en Italie est disponible ici .


Nous avons un point de vue unique sur le monde : nous défendons les communautés de base, contre les systèmes qui dressent les gens les uns contre les autres et les paralysent. Nous opérons parce qu’il existe une communauté critique pour le système dont les membres, comme vous, rendent cela possible par l’activisme, l’action, l’écriture, la lecture, la distribution, le travail et l’argent. Nous savons que ce journal peut fonctionner tant qu’il y a une communauté qui y croit.
je le soutiens !
Image vedette : La Saga des Conti ©Arnaud Dumontier


Source : Mércé.hu

Continental de Makó tente de rendre impossibles les réunions et les événements des membres du syndicat


Vanessa Juhasz
30 Septembre 2022 fin d’après-midi

Vous pouvez lire Mércé gratuitement et sans publicité. Ceci est assuré par le soutien régulier de nos lecteurs. Nous avons aussi besoin de vous. Soutenez-nous !

La direction de l’usine de caoutchouc Continental de Makó retire un à un les supports d’information du syndicat des salles d’attente et des aires de repos du site.

Selon les informations de notre journal, la direction tente de rendre impossibles les réunions et événements des membres du syndicat du caoutchouc de Makó, notamment la projection d’un documentaire sur les travailleurs de Continental conjointement avec Mércé et le mouvement Szikra.

Selon les dernières informations, plusieurs personnes ont été inopinément sommées de travailler samedi soir, alors que le film est projeté dans un cinéma local.

Roland Hajdú, le secrétaire du syndicat, a rapporté à Mércé que jeudi la direction avait tenu une soi-disant réunion extraordinaire des travailleurs à l’usine, au cours de laquelle elle a souligné que l’entreprise se distanciait de toutes sortes de "mouvements radicaux" et en voulait les « actions émouvantes » du syndicat, qu’ils utilisaient pour désigner la projection du film.

Hajdú a confirmé à notre journal qu’il y a une sorte de remontée d’humeur de la part de l’employeur contre la représentation des intérêts des salariés.

Le secrétaire a ajouté que les documents d’information du syndicat liés aux négociations salariales et aux événements sont retirés un par un des zones communes de l’usine, empêchant ainsi d’importantes informations de plaidoyer d’atteindre les travailleurs.

La direction a également retiré les dépliants et les affiches qui auraient annoncé aux travailleurs la projection du film organisée en coopération entre Mérce et le mouvement Szikra.

Le documentaire « Les Contis » (La saga des Conti), qui sera présenté lors de la manifestation qui se tiendra à l’Institut français de Budapest , raconte l’histoire des 1 120 ouvriers français de la Continental qui, en 2009, ont confronté l’immense multinationale à tous les moyens dont ils disposaient à l’annonce de la fermeture de l’usine de Clairoix. , et ils se sont battus pour une indemnisation acceptable.

Après la projection, les participants pourront échanger avec le réalisateur du film et l’un des acteurs, ainsi qu’avec les dirigeants syndicaux de la grève de 2021 à l’usine de caoutchouc de Mako.

"Jusqu’à présent, nous étions les moutons de Continental. A partir de maintenant, nous serons des lions !

- a déclaré Xavier Mathieu, le secrétaire local de la CGT (Confédération générale du travail, l’une des plus importantes fédérations syndicales de France), qui dirige les travailleurs français, en 2009.

L’événement a été créé dans le but de présenter aux parties intéressées l’histoire des deux grèves et la lutte des travailleurs. Comme on le sait, la demande directe de l’ arrêt de travail indéfini de mars 2021 était de rétablir les conventions collectives qui avaient été résiliées un an plus tôt. Et bien que la grève de Mako semble à première vue éloignée dans le temps des organisations françaises, les racines des problèmes remontent en fait à 2008-09, qui s’est encore aggravée en 2020, lorsque le gouvernement a autorisé les grandes entreprises à instaurer un horaire de travail de deux ans. .

Il n’est donc pas surprenant que la direction de Continental ne soit pas satisfaite du documentaire montrant la grève à son encontre, et travaille d’arrache-pied pour rendre la manifestation syndicale impossible.

Nous avons également contacté Continental avec nos questions, dont nous avons reçu la réponse suivante :

Afin de répondre aux attentes accrues des clients de l’industrie automobile, nous avons été contraints d’annoncer le quart de nuit cette semaine.


L’équipe du samedi soir ne peut pas être qualifiée de fréquente, elle ne s’est produite qu’une seule fois cette année, au mois d’avril. Il est important de souligner que dans tous les cas où une telle décision est prise, elle se fait conformément au Code du travail alors en vigueur.

Comme toutes les entreprises respectueuses de la liberté d’expression, notre société met également à la disposition des syndicats plusieurs plateformes publicitaires d’information au sein du site.

Ces interfaces et tableaux d’affichage sont entièrement sous l’autorité des organisations syndicales qui actualisent, échangent et actualisent l’actualité sur ces canaux de communication.

Notre entreprise fournit les outils nécessaires à la communication syndicale, tels que l’informatique, l’imprimerie, le papier et les bureaux.


Nous avons un point de vue unique sur le monde : nous défendons les communautés de base, contre les systèmes qui dressent les gens les uns contre les autres et les paralysent. Nous opérons parce qu’il existe une communauté critique pour le système dont les membres, comme vous, rendent cela possible par l’activisme, l’action, l’écriture, la lecture, la distribution, le travail et l’argent. Nous savons que ce journal peut fonctionner tant qu’il y a une communauté qui y croit.


Commentaires

Agenda

 

2022

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois