200 000 manifestantEs contre la hausse des droits de scolarité. La manifestation la plus importante de l’histoire du Québec.

samedi 24 mars 2012
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 2%


Mobilisation avant le 22 mars :
La grève des étudiantEs au Québec prend de l’ampleur chaque jour. La résistance s’organise. http://onvaulxmieuxqueca.ouvaton.or...
Et d’autres articles sur notre site.


200 000 manifestantEs contre la hausse des droits de scolarité. La manifestation la plus importante de l’histoire du Québec.

Manifestation du jeudi 22 mars 2012

Source : le syndicat SCFP

Grande manifestation contre la hausse des droits de scolarité

Au surlendemain du dépôt d’un budget du Québec plus qu’insatisfaisant, environ 200,000 personnes ont défilé dans les rues du centre-ville de Montréal pour dire non à la hausse des droits de scolarité prévue par le gouvernement Charest.

De l’avis général, il s’agit de la plus importante manifestation au Québec depuis celle contre l’invasion de l’Irak en mars 2003. Le mouvement étudiant a donc écrit une nouvelle page d’histoire du Québec.

C’est sans réserve et avec enthousiasme que le SCFP et la FTQ ont participé ce jeudi à ce succès monstre du mouvement étudiant. Des représentants de sections locales des différents secteurs du SCFP ont manifesté avec la présidente Lucie Levasseur.

En avant-midi, le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer, a participé à la conférence de presse en appui à ce mouvement. Entouré de représentants des autres centrales syndicales et de partis d’opposition à Québec, il a expliqué pourquoi la FTQ et ses affiliés dénoncent la hausse des droits de scolarité.

Essentiellement, pour la FTQ, il s’agit d’une injustice : elle réduirait l’accessibilité des études supérieures pour les jeunes issus de familles de la classe moyenne ou à faible revenu. La FTQ déplore également l’entêtement de Québec, qui refuse tout dialogue avec le mouvement étudiant.

En soirée, au Métropolis et au théâtre National, un grand nombre d’artistes ont tenu à apporter leur soutien à la cause étudiante dans le cadre de deux spectacles. Chloé Sainte-Marie, Paul Piché, Dan Bigras, Martin Léon, Manu Militari et les Zapartistes étaient du nombre.


Source : Radio Canada

Les étudiants québécois promettent de poursuivre le combat

Mise à jour le vendredi 23 mars 2012

Au lendemain d’une manifestation monstre dans les rues de Montréal, les fédérations étudiantes universitaires et collégiales du Québec pressent le gouvernement Charest d’entreprendre des négociations sur l’augmentation des droits de scolarité de 1625 $ sur cinq ans.
En attendant une réponse positive, ils annoncent le début d’une nouvelle phase de manifestation.

La FECQ et la FEUQ assurent que le rassemblement de jeudi, qui a réuni 200 000 personnes, selon leur estimation, n’est pas l’aboutissement de leur mouvement.

Outre de nouvelles manifestations, prévues la semaine prochaine, elles entendent saboter en tout temps les sorties publiques des députés libéraux, notamment à l’extérieur de Montréal.

« Il faut transporter la mobilisation hors de l’île de Montréal, en région, pour mettre une pression importante sur les députés libéraux », a fait valoir le président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin, « parce qu’il y a plusieurs députés qui regardent la mobilisation à la télévision, un peu comme si ça se passait outre-mer. »

« Il faut rapporter ça près des députés, mettre de la pression au jour le jour, et selon moi, c’est ça qui va faire une différence. Il va venir un moment où, au caucus des libéraux, ils vont dire au premier ministre : « c’est peut-être le temps que tu le règles ton problème, parce que moi, ça nuit à mon travail ».

En conférence de presse, vendredi matin, les deux fédérations étudiantes ont révélé les résultats d’un sondage CROP commandé par la FECQ, qui conclut que 78 % des Québécois souhaitent que le gouvernement Charest négocie.

Le coup de sonde révèle en outre que 49 % des répondants sont opposés à la hausse des frais de scolarité, contre 51 % qui disent l’appuyer.

Le sondage a été effectué en ligne auprès de 1000 répondants du 15 au 19 mars. Le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas, puisqu’il s’agit d’un échantillon non probabiliste.

« Qu’attend M. Charest pour ouvrir le dialogue avec les étudiants ? Attend-il que la situation devienne hors de contrôle ? » — Léo Bureau-Blouin, président de la FECQ

Léo Bureau-Blouin reconnaît qu’une forte proportion de Québécois hésite à appuyer le mouvement de grève « car ils craignent qu’on vienne fouiller dans leurs poches. Aujourd’hui, je veux leur dire qu’on peut maintenir abordables les études universitaires sans augmenter le fardeau fiscal des contribuables », a-t-il plaidé.

Léo Bureau-Blouin propose notamment de hausser les impôts des entreprises de 0,5 % et de restructurer le financement des universités.

« Est-ce que ce gouvernement est rendu tellement usé qu’il est devenu aveugle ? Est-ce qu’il est devenu sourd et impotent pour nier la réalité ? » — Martine Desjardins, présidente de la FEUQ

Soulignant que les universités québécoises dépensent 5,5 milliards de dollars chaque année, Mme Desjardins affirme également qu’il « est temps qu’on fasse le ménage de cette gestion universitaire et qu’on arrête d’aller piger dans la poche des étudiants et des familles  ».
Pour l’heure, le gouvernement Charest reste campé sur ses positions. La ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, a d’ailleurs rappelé la position du gouvernement vendredi.

« La décision [de hausser les droits de scolarité] a été prise il y a plus d’un an. [...] Et franchement, la perturbation, dans la vraie vie, elle va avant tout se vivre dans la vie des étudiants qui choisissent de boycotter leurs cours. » — Line Beauchamp

Lors du dépôt du budget, mardi, le ministre des Finances Raymond Bachand a aussi rejeté une offre de médiation faite par le recteur de l’Université du Québec à Rimouski. Il a indiqué que la décision du gouvernement était prise et qu’il n’y avait rien à négocier.

Près de 200 000 étudiants collégiaux et universitaires du Québec sont actuellement en grève au Québec, selon un autre regroupement étudiant, la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante. Plus de 100 000 autres ont débrayé pour la seule journée de jeudi.

Vidéo Radio Canada
http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBFT/2012-03-23_11_30_00_tjmidi_2298_09_500.asx


Commentaires

Agenda

 

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031