Monument du comte Mihály Károlyi et l’EXTREME DROITE

jeudi 28 juin 2012
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 1%

Monument du comte Mihály Károlyi, président de la République de 1918, au dernier moment avant sa disparition : les arbres qui l’ont entouré sont déjà coupés, le monument est encore a sa place (Le gouvernement construit un parking souterrain pour les visiteurs du parlement…)

LA CULTURE HONGROISE : PROIE DE L’EXTREME DROITE

Le Fidesz, le parti de Viktor Orbán, n’a formulé aucune sorte de programme concernant la culture dans sa campagne électorale. Jobbik, le parti d’extrême droite l’a fait vigoureusement. Qu’est-ce qu’on voit après deux années du gouvernement Fidesz ? On voit que ce gouvernement qui se veut démocratique a déjà réalisé la majorité des points du programme culturel de Jobbik. Suivons donc les points du programme un par un :

-  Le curriculum de base national est remodelé selon les principes de la fierté nationale et une idée conservatrice de la famille – revendiqués par le Jobbik.

-  „Nous enlèverons le monument de Károlyi de la place Kossuth sans retard.” – lit-on dans le programme du Jobbik – c’est fait.

-  „Que la place Roosevelt reçoit le seul nom qu’elle mérite : celui d’István Széchenyi” – c’est fait. (Széchenyi est la fondateur de l’Académie des Sciences Hongroise, en 1825.)

-  „Il faut changer les noms des lieux publiques qui sont nommés apres des personnages négatives” – cela se fait chaque jours. Il y a quelques jours seulement que la municipalité de la ville Pécs a retiré sa place de Karl Marx et la a donné a Albert Wass, un écrivain nationaliste de deuxième rang. Ce même conseil a aussi décidé de changer les noms des rues Marteau et Faucille parce qu’elles se croisent ! La rue Marteau est déjà devenu rue Pivoine, une fleur dont la ville de Pécs est très fière. Nous avons du mal à penser au croisement de la faucille et la pivoine…

-  Le Jobbik voulait lancer un programme publique pour développer le culte des personnages comme Miklós Horthy, Albert Wass, Pál Teleki et d’autres en érigeant des monuments ,etc. – c’est fait, le programme se réalise en plein feu. (Voir notre article sur les monuments de Horthy.) József Nyírő, écrivain transylvanien et député fasciste en 1944 et un proche du dictateur hongrois Ferenc Szálasi (Parti du Croix Fleché) est déjà dans le curriculum national.

-  Une „faute” commise par le Jobbik : ils ont récemment érigé déjà deux monuments pour Cécile Tormay, écrivaine qui se réclamait ouvertement fasciste, quand ils ont réalisé que la chère Cécile était lesbienne. Depuis, c’est la silence.

-  Les théâtres doivent être mis sous la direction des vrais hongrois. Le directeur du Théâtre National n’est pas encore changé mais cela arrivera en 2013. Un théâtre de Budapest (Théâtre Nouveau) est déjà donné a un directeur néo-nazi.

-  Le Jobbik revendique la fondation d’un Institut de la Préhistoire Hongroise. Le „Programme Julianus” lancé par le secrétaire d’état de la culture, Géza Szőcs (récemment démissionné) suit a peu près le même but. (Frere Julianus a entrepris deux longues voyages pour retrouver les traces des ancêtres des hongrois en Asie centrale, au 13ieme siècle. Les rapports des voyages ont été retrouvés a la fin du 17ieme siècle.)

C’est ainsi que la distance disparait entre la droite et l’extrême-droite, en Hongrie.

(Raccourci de http://fn.hir24.hu/itthon/2012/06/27/a-jobbik-programjabol-dolgozik-a-fidesz/ )


Commentaires

Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123