Canada : Malgré le nombre croissant d’étudiants en grève et la multiplication des manifestations, le gouvernement Charest n’a aucunement l’intention de revenir sur sa décision de hausser les droits de scolarité.

jeudi 15 mars 2012
par  onvaulxmieuxqueca
popularité : 48%

Source : Radio Canada

Droits de scolarité : Québec n’a pas l’intention de plier

Mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Malgré le nombre croissant d’étudiants en grève et la multiplication des manifestations, le gouvernement Charest n’a aucunement l’intention de revenir sur sa décision de hausser les droits de scolarité.

De passage à Sherbrooke jeudi, le premier ministre Jean Charest et la ministre de l’Éducation Line Beauchamp ont répété que le gouvernement avait pris la bonne décision et qu’il allait aller de l’avant.
Présentant les mêmes arguments, ils ont réaffirmé que la hausse des droits de scolarité était nécessaire pour assurer un meilleur financement des universités, soulignant au passage que la grande partie du financement des études postsecondaires est assurée par l’ensemble des contribuables.

« Le plus gros de l’effort sera fait par l’ensemble des contribuables, et le secteur privé en fera davantage. Plus de 50 % de l’effort est fait par les contribuables qui, à nouveau, vont mettre la main dans leur proche. Nous demandons un effort aux étudiants », a déclaré Jean Charest.

« Comme contribuables, on investit 11 000 $ dans un diplôme universitaire. On demande aux étudiants de faire leur juste part », a renchéri la ministre de l’Éducation, rappelant que les droits de scolarité ont été gelés pendant 33 des 42 dernières années.
Le premier ministre et la ministre de l’Éducation ont répété que le programme de prêts et bourses sera bonifié pour équivaloir à la hausse des droits, donc, ont-ils assuré, l’accès aux études postsecondaires ne sera nullement compromis.

Selon M. Charest, la hausse était devenue inévitable pour assurer la qualité des universités.

« Pourquoi avons-nous choisi cette politique ? C’est parce que nous voulons que les universités québécoises soient des universités de calibre mondial. Pour y arriver, il faut se donner les moyens », a-t-il estimé.

M. Charest et Mme Beauchamp ont aussi rappelé que ce ne sont pas tous les étudiants qui sont contre la hausse des droits de scolarité et qui font la grève.

La ministre Beauchamp a indiqué que le gouvernement ne sera nullement « perturbé » par les manifestations étudiantes, lançant au passage un avertissement aux étudiants qui « boycottent leurs cours ». « La principale perturbation, prévient-elle, va être vécue dans la vie personnelle de l’étudiant qui choisit de boycotter ses cours. On ne peut pas boycotter ses cours et avoir son diplôme à la date prévue "comme si j’avais assisté à mes cours". »

Mme Beauchamp a aussi répliqué à ceux qui l’accusent de se cacher depuis le début du mouvement de contestation étudiant. « Je suis ministre de l’Éducation tous les jours », a-t-elle lancé.

Le mouvement étudiant prend de l’ampleur

Pendant ce temps, le mouvement étudiant est loin de s’essouffler. Jeudi, environ 170 000 étudiants collégiaux et universitaires québécois étaient en grève générale illimitée.

Manifestation silencieuse à Sherbrooke

Les manifestations se poursuivent aussi. Profitant du passage de Jean Charest à Sherbrooke, des étudiants ont tenu une manifestation devant l’hôtel de ville et les bureaux du ministère de l’Éducation.
Au lendemain de leur adhésion au mouvement de grève, quelque 200 étudiants de l’Université Concordia ont manifesté ce midi dans les rues de Montréal. Les 33 000 étudiants de premier cycle de l’université ont voté à 67% en faveur de la grève.

Des étudiants en grève doivent aussi prendre part à la manifestation contre la brutalité policière, qui aura lieu à partir de 17 h, à Montréal.
Par ailleurs, le vote sur les hausses des droits de scolarité à l’université au cégep de Thetford Mines devra être repris. Une majorité d’étudiants se sont prononcés en faveur de la hausse mardi, mais le scrutin a dû être annulé parce qu’il a été tenu à main levée, alors que des étudiants avaient réclamé un scrutin secret.

Les règlements de l’association étudiante stipulent qu’un vote doit être secret si quelqu’un le demande. Un nouveau scrutin par bulletins de vote cette fois aura donc lieu mardi prochain.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois